Montée en puissance des FARDC: la RDC réceptionne 3 de 9 drones d’attaque commandés en Chine

Déterminée à renforcer la capacité de dissuasion de ses forces de défense et de sécurité pour endiguer les violences de groupes armés locaux et étrangers ainsi que l’agression de la part du Rwanda particulièrement dans l’Est du pays, la République démocratique du Congo vient de réceptionner un premier lot de trois drones d’attaque commandés en Chine en début de cette année. La livraison de ce système de drones de combat CH-4 à la RDC a été assurée par la société China Aerospace Science and Technology Corporation (CASC).

Les informations de AI renseignent que le lot, qui comporte trois drones en plus d’une station au sol, s’inscrit dans une commande plus large passée par Kinshasa en début d’année. Celle-ci porte en tout sur trois systèmes pour un total de neuf UAV d’attaque.

Selon la même source, trois autres aéronefs seront escomptés en septembre, puis trois autres encore à la fin de l’année, à la condition que le gouvernement congolais honore les paiements de manière régulière.

Publicité

Les appareils, similaires au drone américain MQ-9 Reaper, seront positionnés sur l’aéroport militaire de Kavumu, à une trentaine de kilomètres au nord de Bukavu, chef-lieu de la province du Sud-Kivu. Des formations à leur utilisation par des militaires chinois sont prévues.

En outre, le gouvernement congolais n’exclut pas d’acquérir également des avions de combat chinois, équipements nécessaires destinés à renforcer les capacités des Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC) dans la guerre contre le M23 soutenu par le Rwanda.

En effet, la RDC à travers la maison militaire du Chef de l’État congolais, dirigée par le lieutenant-général Franck Ntumba a multiplié depuis le début de cette année, des acquisitions de munitions au profit des forces armées congolaises engagées sur plusieurs fronts de bataille contre les terroristes du M23 dans l’Est du pays.

Une délégation de haut niveau de la China nationale Aero-technology import et export corps (CATIC) a séjourné à Kinshasa accompagnée des quelques officiers de l’armée populaire de libération (APL).

L’objectif de ce déplacement à Kinshasa a été évidemment de proposer à la Présidence congolaise, l’acquisition de plusieurs avions de combat multi rôle « Chengdu FC-1 Xialong », qui est le fruit d’un partenariat industriel sino-pakistanais.

Cette offre visait également à satisfaire les objectifs du Président Tshisekedi concernant la force aérienne des FARDC, équipée récemment des avions russes « Sukhoi ». Cependant, le FC-1 demeurant, un avion de combat léger, la délégation chinoise, a proposé à Kinshasa des avions « Chengdu J-10 », qui sont nettement plus onéreux.

L’acquisition de ce premier lot de trois drones d’attaque intervient à la veille du déplacement du Président congolais Félix Tshisekedi à Pékin, capitale chinoise où il y rencontrera son homologue, Xi JinPing. Outre les dossiers miniers et ou du contrat du siècle, du cobalt et du cuivre en échange d’investissements dans les infrastructures signé avec la Chine en 2008 par l’administration Kabila, Tshisekedi et Jinping devraient également aborder le sujet du renforcement de la coopération militaire.

Carmel NDEO

Publicité

En savoir plus sur Politico.cd

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading