Répression de la marche de l’opposition : l’AFBC de Néné Nkulu tient le régime Tshisekedi responsable de toutes les disproportions commises contres les manifestants

L’Alliance des Forces pour le Bien-être des Congolais (AFBC), une plateforme proche de l’opposition a exprimé son indignation face à la répression brutale de la marche organisée par l’opposition ce samedi 20 mai à Kinshasa, par la police nationale congolaise appuyée par l’armée.

Le bloc de l’opposition constitué de Martin Fayulu, Moïse Katumbi, Matata Ponyo et Delly Sesanga ont manifesté pour protester contre la vie chère, l’insécurité dans la partie Est du pays et le processus électoral bâclé.

Dans un communiqué rendu public ce même samedi, l’Alliance des Forces pour le Bien-être des Congolais (AFBC) qui dit avoir suivi le déroulement de la marche de l’opposition organisée ce jour à Kinshasa ainsi que les altercations qui s’en sont suivies, condamne la répression des manifestants.

Publicité

« L’AFBC note avec indignation que le pouvoir a mobilisé les forces de l’ordre, à savoir : les FARDC et la Police ; lesquelles ont violemment réprimé les manifestants pacifiques et brutalisé même les enfants mineurs pourtant non offensifs », souligne le communiqué.

De ce qui précède, l’AFBC se dit profondément choquée par cette énième violation grave de droit à la manifestation et des droits humains, étant aussi victime des mêmes pratiques lors de sa marche pacifique organisée à Lubumbashi, pour exiger la libération du Pasteur Daniel Ngoie Mulunda.

Au regard de la gravité de la situation susévoquée, le bureau politique de l’AFBC s’est réuni en son siège national ce mardi 20 mai, après la marche de l’opposition pour évaluer la situation.

A la suite de cette réunion, ce regroupement politique a adressé son soutien et sa solidarité aux leaders de l’opposition, initiateurs de ladite marche et aux victimes, violentées par les services de l’ordre.

Dans la même déclaration, l’AFBC condamne avec fermeté les actes de barbarie commis à cet effet par les forces de l’ordre et invite les autorités compétentes à sanctionner leurs auteurs.

« Tout en prenant l’opinion nationale et internationale à témoin, l’AFBC, tient le régime TSHISEKEDI responsable de toutes les disproportions commises à cet effet. L’AFBC, promet au pouvoir en place que, quoi qu’il en coûte, sa lutte pour l’instauration de la démocratie en République Démocratique du Congo ne va pas s’arrêter », peut-on lire dans cette déclaration.

Adrien Kokonyangi

Publicité

En savoir plus sur Politico.cd

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading