Affaire Bakata-Katanga : « l’État congolais a mal géré cette histoire depuis toujours » (Député Pablo Ngwej)

Face à la récente incursion des Bakata-Katanga à Mitwaba le Professeur Docteur Dieudonné Pablo Ngwej donne sa lecture des faits. Pour ce Député provincial du Haut-Katanga membre du Front Commun pour le Congo (FCC) cette affaire mérite bien une solution durable.

« Quand vous étudiez la chose, vous vous rendez compte que l’état congolais a mal géré cette histoire depuis toujours. En fait ces gens là (maï-maï) ont été utilisés par l’état congolais à l’époque d’autodéfense après une guerre d’agression en 1998. C’est comme ça qu’il y avait distribution des armes à ces gens là, pour qu’ils luttent contre l’ennemi », a expliqué le Professeur Pablo Ngwej, qui regrette l’abandon à leur triste sort de ces éléments.

Le Docteur Dieudonné Pablo Ngwej, se rappelle même qu’au niveau du parlement provincial du Haut-Katanga, une mission d’enquête a été diligentée à l’époque, après une incursion et dont les recommandations n’ont pas été appliquées.

Publicité

« A l’époque, il était question qu’une commission parlementaire aille jusqu’à Kinshasa rencontrer le Vice-Premier Ministre, Ministre de l’intérieur ainsi que le Chef de l’état, pour donner nos avis et considérations. Mais, cette mission n’a jamais eu lieu. Cependant notre rapport a été transmis. Des solutions nous les avions proposés. Mais, je me demande, si on suis ce que nous proposons comme pistes de solution? Et c’est comme ça que ça revient chaque fois», a-t-il indiqué.

Pour être on peut plus clair, ce cadre du FCC a dénoncé la tendance de deux poids, deux mesures. « On a vu du côté de l’Est, les seigneurs de guerre ont été incorporés dans l’armée et d’autres réinsérés dans la société avec la prise en charge du programme DDR (désarment, démobilisation et réinsertion) et on les a remis dans la société. Je n’ai jamais compris, pourquoi est ce que ces gens là chaque fois ils doivent revenir? », s’est-il interrogé.

Et de poursuivre:

« Soyons sérieux, ce qu’ils font là, pensez-vous qu’ils peuvent arriver à prendre le Katanga avec des bâtons et trois armes ? C’est non.»

«Moi je me dis, en tout cas de mon analyse ces gens font ces choses-là, parceque qu’ils ne se sentent pas occupés. C’est pour cela que ce mouvement continue. Pour ces jeunes gens là, la société congolaise doit y penser», a-t-il ajouté.

Pour Dieudonné Pablo Ngwej: « Si nous voulons la paix, nous devons aller comprendre qu’est-ce qu’ils veulent. Qu’on termine une fois pour toutes. Tant qu’on ne comprendra pas ça, il y aura toujours des personnes à côté qui les utilisent de cette manière là.»

«Moi je pense qu’il faudrait que, les autorités polico-administratives se penchent une fois pour toutes sur cette question en vue de la paix et de la quiétude dans ce coin de la République. Sinon, on verra chaque fois des gens troubler l’ordre public, puis repartir», a conseillé l’ancien Vice-Président de l’Assemblée Provinciale du Haut-Katanga.

«Il faut que l’on arrive un jour à terminer cette histoire. Le développement d’un pays ne peut se faire que dans la paix, dans la bonne justice et dans le travail», a-t-il conclu.

Junior Ngandu

Publicité

En savoir plus sur Politico.cd

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading