TindaPV ou la tentative technologique pour contrer « la fraude » des machines à voter

Alors que la commission électorale nationale indépendante, CENI, tient à organiser les élections présidentielles et législatives nationales et provinciales le 23 décembre prochain, une partie prenante à ces échéances (opposition, camp Lamuka) continue à s’opposer à l’usage de la machine à voter, soupçonnant cet outil de facilitateur d’une fraude massive.

Face à la précision de la commission électorale nationale indépendante, conditionnant la tenue des prochaines élections à l’usage de la machine à voter et au vu du délai minime séparant les manœuvres actuelles pour écarter la machine à voter de la date de tenue des scrutins, des politiciens jadis opposés à l’usage de cet outil technologique pensent aux plans B pour pouvoir aller aux élections avec la machine à voter tout en minimisant le risque de fraude.

Lançant sa campagne électorale ce samedi dans la province du Kongo central, le candidat indépendant Alain-Daniel Shekomba a rappelé que les élections du 23 décembre prochain constituent une guerre numérique pour plusieurs candidats, prêts à miser tout leur savoir pour remporter les prochaines élections.

Proposant une alternative pour contrer ce qu’il qualifie de fraude préparée en avance par l’usage de la machine à voter, Alain-Daniel Shekomba, informaticien de formation, propose TindaPV (envoies les PV) comme dispositif technologique axée sur l’usage de drones, pouvant aider à contourner cette fraude.

Publicité

« Grace aux drones, les photographies de PV prises dans les centres de vote seront envoyées à une équipe, qui recevra en temps réel toutes les données qui seront géo-localisables » explique-t-il en introduction.

Alain-Daniel Shekomba, qui n’a pas dévoilé le plan de déploiement de drones et autres outils connexes au dispositif TindaPV pour des « raisons sécuritaires » indique que cette recette technologique constituera une base de contre-vérification de résultats qui seront publiés par la centrale électorale et couvrira l’étendue du territoire national.

Pour assurer une réussite à cette mesure de compilation parallèle de résultats de vote de scrutins du 23 décembre, Alain-Daniel Shekomba, appelle les jeunes congolais à « s’approprier l’usage de cet outil car étant les plus aptes à manipuler les smartphones, un de composant important de TindaPV ».

L’Union pour la Démocratie et le Progrès Social, le plus vieil parti de l’opposition Congolaise dont le président a été choisi comme ticket gagnant de la plate-forme « Camp du Changement », CACH, avait proposé le déploiement massif de témoins dans les bureaux de vote pour contrer toute tentative de fraude qui pourrait être orchestrée par les machines à voter.

Fiston Mahamba (@FMLarousse)
Publicité

En savoir plus sur Politico.cd

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading