Élections en RDC: les alliés de Katumbi menacent d’activer l’article 64 s’il n’est pas proclamé vainqueur

Les candidats à l’élection présidentielle, Moïse Katumbi, Matata Ponyo, Delly Sesanga, Seth Kikuni et Franck Diongo ont signé jeudi décembre, une déclaration commune dénonçant de « nombreuses irrégularités et fraudes » lors du scrutin du 20 décembre de l’année courante.

Dans leur déclaration, ils pointent plusieurs dysfonctionnements qui auraient pu empêcher des électeurs de voter, comme le manque de machines à voter ou des listes électorales incomplètes. Ils évoquent également des actes de violence envers les partisans d’un candidat en particulier, Moïse Katumbi.

« Le déroulement des scrutins combinés présidentiel, législatif, provincial et municipal de ce 20 décembre 2023 a donné lieu à des dysfonctionnements et des irrégularités, dont l’ampleur confirme la planification de la fraude organisée par le pouvoir sortant et la CENI, en violation de la Constitution et des lois de la République »,

Publicité

Les signataires dénoncent une « fraude généralisée » organisée selon eux, par le pouvoir sortant et la Commission électorale (CENI). Ils mettent en cause la multiplication de bureaux de vote fictifs, le fait que le matériel électoral ait été détenu par des membres pro-gouvernementaux, ou encore l’expulsion systématique de leurs observateurs lors du dépouillement.

D’après cette déclaration, Katumbi et ses alliés estiment également que la CENI a outrepassé ses prérogatives en étalant le scrutin sur plusieurs jours, alors que la loi prévoit qu’il doit se tenir en une seule journée.

« Dans cette entreprise de la fraude orchestrée par le pouvoir en place, la CENI a, en violation de l’article 52 de la loi électorale, étendu les opérations électorales à plus d’un jour de scrutin contrairement à l’esprit et à la lettre de la loi. Le scrutin direct se ticat un
dimanche ou un four ton. de six heures à dix-sept heures. Se fondant sur cette disposition stricte de la loi, la CENI n’a pas le pouvoir de dissocier les jours de déroulement d’un scrutin direct », accusent ces candidats présidents.

En dépit de ces irrégularités, les candidats affirment que les premiers résultats collectés sur le terrain ainsi que leurs propres observations donnent Moise Katumbi largement vainqueur. Ils appellent le peuple congolais à rester vigilant face aux résultats officiels qui seront publiés et à se mobiliser pour défendre le choix exprimé en faveur de Moïse Katumbi.

Cette déclaration commune vient alourdir le climat d’incertitude entourant le scrutin en RDC, où l’opposition dénonce depuis des mois la partialité de la CENI face au pouvoir en place. Elle jette un doute sur la transparence du dépouillement et alimente les craintes de contestation de la régularité du vote.

Ézéchiel T. Mampuya

4 comments
  1. Sans effet avec vos plans satanique, affirmé la défaite je parle comme un citoyen congolais en sachant la réalité et la vérité sur terrain, dans les élections vous faites face à l’échec et à la réussite accepté les choix que nous les peuples nous avons votés, vous n’étiez pas toujours condamné à réussir

  2. Ces sont de mauvais perdants. Dès le début, Katumbi avait des discours incitatifs aux désordres et à la haine. Je pense que monsieur devrait être emprisonné, voire chassé du pays ! Il apporte tout sauf la paix, l’amour et l’unité.

Comments are closed.

Publicité

En savoir plus sur Politico.cd

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading