Chers lecteurs,

Nous avons besoin de votre contribution. Avec 1 dollar ou plus, vous pouvez nous aider à garder notre journalisme à l’abri de toute influence et contribuer ainsi à améliorer la qualité de l'information en RDC.

dimanche, mai 31, 2020
DRC
3,070
Personnes infectées
Updated on 31 May 2020 à 18:27 18 h 27 min
DRC
2,550
Personnes en soins
Updated on 31 May 2020 à 18:27 18 h 27 min
DRC
448
Personnes guéries
Updated on 31 May 2020 à 18:27 18 h 27 min
DRC
72
Personnes mortes
Updated on 31 May 2020 à 18:27 18 h 27 min

Afrique du sud : un réfugié congolais pourrait être expulsé après des poursuites judiciaires

Un responsable du mouvement de sit in des réfugiés et demandeurs d’asile congolais devant les installations du HCR à Cape Town, Jean-Pierre Balous qui a été impliqué le week-end dernier dans des scènes d’anarchie au tribunal de première instance du Cap, avec une bagarre entre la police et ses partisans, risque l’expulsion du territoire sud-africain.

Suite à ces actes, le ministre de l’Intérieur, Aaron Motsoaledi, a déclaré que le comportement de Balous ne laisserait finalement au ministère d’autre choix que de l’expulser. « C’est totalement inacceptable« , a déclaré Motsoaledi.

«C’est un comportement criminel que personne ne devrait jamais tolérer. Je suis heureux qu’après le comportement de vendredi, il [Balous] ait été arrêté de nouveau », a-t-il déclaré au journal South African

«Une fois qu’un ressortissant étranger est condamné en Afrique du Sud pour quelque crime que ce soit, après avoir purgé sa peine, le Département des services correctionnels me donne une liste de ceux qui sont libérés, puis nous les expulsons immédiatement», a-t-il ajouté.

C’est une histoire sans fin en vue, et le drame continue de monter autour de la crise des réfugiés au Cap après qu’une agression judiciaire impliquant l’un des dirigeants du groupe a vu la procédure devant le tribunal de première instance du Cap réduite au chaos.

De quoi s’agit-il?

Le ressortissant congolais Jean-Pierre «JP» Balous, le leader controversé et autoproclamé de l’une des factions du groupe des réfugiés siégeant devant le HCR, était au centre d’un fracas au tribunal de première instance du Cap, vendredi 6 mars 2020, lorsque la police a tenté de l’arrêter.

Il est le chef du groupe de réfugiés qui dorment encore à l’église méthodiste centrale du Cap à Greenmarket Square. Une scission s’est développée au sein du groupe à la fin de 2019, avec un autre leader, Papy Sukami, se lavant publiquement les mains de Balus et éloignant sa faction de l’église conformément à une ordonnance du tribunal obtenue par la ville du Cap en février.

Balous fait face à des accusations d’intimidation, d’agression, d’évasion et de résistance à l’arrestation. Les accusations de voies de fait concernent des incidents où cinq chefs de tentative de causer des lésions corporelles graves ont été portés contre lui, avec huit accusations de voies de fait au total.

Il a également été accusé par le commissaire de la Commission sud-africaine des droits de l’homme (SAHRC), Chris Nissen, d’avoir proféré des menaces de mort contre lui.

Lorsqu’un policier s’est dirigé vers Balus pour le retenir avec des menottes, une échauffourée a éclaté entre Balous, la police et un grand groupe de réfugiés qui avaient emballé la galerie pour soutenir leur chef.

Le porte-parole de la police, le capitaine FC van Wyk, a déclaré que ses partisans l’avaient aidé à «s’échapper».

« Lors de la comparution en cour d’un des chefs d’un groupe de réfugiés et de demandeurs d’asile au tribunal de première instance du Cap, un groupe de sympathisants a attaqué la police, aidé l’accusé à s’échapper de sa garde à vue et intimidé la police« , a déclaré Van Wyk.

«La police de l’ordre public, assistée par la police du métro, est intervenue. Ils ont de nouveau arrêté l’accusé dans la rue Caledon et arrêté deux autres suspects pour avoir violé les fins de la justice, résisté à l’arrestation, aux agressions et à l’intimidation. Tous les trois comparaîtront en cour lundi 16 mars 2020.

Sukami est intervenu avec son interprétation des événements sur Twitter, affirmant que Balous était connu pour ses actes de violence, mais ne devrait pas être autorisé à représenter la bonne volonté du peuple congolais.

«Lorsque j’ai dénoncé JP Balous, cet ancien IMBONANKURE burundais [un groupe de milice congolais accusé de crimes de guerre) avec ses rebelles, en tant qu’auteurs du génocide de 1994 des Tutsi, personne ne l’a cru. Ne le mettez pas sur les réfugiés congolais que je dirige. Les Congolais sont pacifiques », a-t-il déclaré sur Twitter.

The south african a demandé à Balous de commenter. Cependant, il n’a pas répondu aux messages WhatsApp qu’il a lus.

Il n’a pas non plus répondu aux appels de Politico.cd sur place en Afrique du sud.

Thierry Mfundu

- Publicité -

notre sélection

Jean-Marc Kabund: « je quitte ce poste la tête haute et sans compromission »

Jean-Marc Kabund a officiellement réagi peu après sa destitution du poste du 1er vice-président de l'Assemblée nationale intervenue tard dans la soirée...

Célestin Tunda recadre Benoit Lwamba et dément avoir violé l’indépendance des juges

En réaction à une correspondance du président de la cour constitutionnelle et président du conseil supérieur de la magistrature, Benoît Lwamba Bindu...

Convocation de Kamerhe: Tryphon Kin-Kiey Mulumba « stupéfait et préoccupé » face aux termes du communiqué de l’UNC

Dans un communiqué signé par tous ses hauts cadres, également membres du gouvernement et des institutions, l’UNC dénonce un acharnement contre son...