Catégorie : ECONOMICO

HomeECONOMICO

Le Fonds de Promotion de l'Industrie (FPI) a, à son tour, félicité Sama Lukonde pour sa nomination au poste du premier ministre de la RDC. À travers un communiqué parvenu à politico.cd, le Conseil d'Administration, la Direction Générale et le Personnel du FPI ont présenté au nouveau chef du gouvernement Sama Lukonde, leurs félicitations ainsi que leurs vœux ardents de réussite dans la réalisation de sa mission. Profitant de l'occasion, le Fonds de Promotion de l'Industrie a martelé dans son communiqué, son attachement dans sa vision qui voudrait accompagner le gouvernement pour faire de l'économie Congolaise une économie émergente à l'horizon 2030 fondée sur un tissu industriel diversifié, intégré et compétitif, tourné vers la satisfaction des besoins intérieurs et exterieurs et s'appuyant sur le développement harmonieux des chaines des valeurs dans tous les 145 territoires de la RDC. Par ailleurs, le Conseil d'Administration, la Direction Generale et le personnel du Fonds de Promotion de l'Industrie ont rassuré au premier Sama Lukonde de leur ferme détermination d'apporter leur contribution à la reconstruction du Pays notamment dans la création d'emplois et à la mise en œuvre de la politique du gouvernement, plus particulièrement dans le développement de l'entreprenariat féminin et l'accompagnement des Jeunes. Il sied de rappeler que, le chef de l'État, Félix Tshisekedi a jeté son dévolu sur Jean-Michel Sama Lukonde Kyenge comme premier ministre de l'Union sacrée. Il succède à Sylvestre Ilunkamba déchu par l'Assemblée nationale. Carmel NDEO

Par l'entremise du cabinet Robert Kahenga et associés, la Ministre de l'Economie Acacia Bandubola a saisi mercredi 10 février 2021, le Procureur Général près la Cour d'appel de Kinshasa/ Gombe pour porter plainte contre inconnu. Selon les avocats de la plaignante, il circule depuis quelques jours dans les réseaux sociaux un document d'une certaine organisation dénommée " Business Police" dans lequel il est dit que la Ministre de l'Economie est dans le viseur de l'Interpol. Motif, Acacia Bandubola aurait placé en deux ans la somme de deux milliards de dollars américains dans une banque Luxembourgeoise sans la nommer. Pour ce cabinet d'avocats, une telle accusation nuit grandement à la personne de leur cliente et peut décourager les investisseurs étrangers à venir en RDC, au regard des hautes responsabilités de leur cliente. La saisine signifie que l'information a été relayée par la parution du 10 février 2021 du Journal Impact News N° 748 à la page 2. Ce tabloïd cite Monsieur Jimmy Kitenge non seulement comme source mais aussi auteur de la propagation de ladite information dans les réseaux sociaux. Les avocats ont saisi la justice pour que les auteurs de ces actes soient identifiés et déférés devant le juge compétent, soit pour imputation dommageable soit pour diffamation. Et cela au regard de la gravité des faits qui sont de nature à porter atteinte à l'honneur de leur cliente. JM Mawete

Venus spécialement de Bunia pour les consultations présidentielles, trois notables de la province de l'Ituri ont été reçus, ce jeudi par le Chef de l'Etat. "Le message que nous lui avons apporté en ce qui concerne la province de l'Ituri est d'en finir avec les groupes armés qui pillulent dans la province", ont-ils dit avant d'ajouter qu'au-delà des questions sécuritaires, l'Ituri a besoin de redresser son économie en berne du fait des conflits, rapporte la presse présidentielle. En ce qui concerne la situation politique actuelle, les notables de l'Ituri pensent que le Président de la République doit se donner une nouvelle orientation politique. Ils ont promis de lui apporter tout leur soutien dans la recherche de la paix et le bien-être des congolais. Thierry Mfundu

Le directeur Afrique au Quai d'Orsay (France), Christophe Bigot, a été reçupar le président de la République, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo, jeudi 19 novembre 2020 au Palais de la nation, à Kinshasa. Accompagné de l'ambassadeur de la République française en RDC, Christophe Bigot a dit être venu transmettre un massage d'amitié du président français Emmanuel Macron à son homologue congolais et lui apporter le soutien de la France aux réformes ambitieuses qu'il a entreprises, rapporte la presse présidentielle. " La France a toujours été un fervent soutien de l'Unité et de l'indépendance de la RDC. Il est important que nous puissions le rappeler ", a déclaré Christophe Bigot. Monsieur-Afrique du Quai d'Orsay a aussi fait savoir qu'il a beaucoup discuté avec le Chef de l'État Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo, de la présidence de l'Union africaine que la RDC va exercer en 2021 avec ses nombreux défis, notamment, la gestion de la crise de Covid-19 et les différentes crises régionales. Pour faire face aux difficultés économiques que traversent les pays africains, le diplomate francais a annoncé que la France travaille, dans le cadre des relations entre l'Union africaine et l'Union européenne sur le financement des économies africaines. Il a transmis au président de Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo l'invitation lui adressée par le président Macron pour participer à un sommet ad hoc qui sera organisé au premier semestre 2021. Thierry Mfundu

Le Cardinal Laurent Monsengwo Pasinya fait partie des personnalités reçues, lundi 02 novembre 2020, au Palais de la nation par le Chef de l'État, dans le cadre des consultations politiques initiées par le président Félix Tshisekedi en vue de créer une Union sacrée pour la refondation de l'action gouvernementale. "Nous avons rencontré le Chef de l'État, Félix Antoine Tshisekedi, qui a commencé à poser. le problème que vous connaissiez, qui est le problème des consultations, conformément à son dernier discours adressé à la nation. Nous avons eu un mémo que nous lui avons présenté, dans lequel nous disons que le pays a besoin de centrer le tout sur l'économie, l'économie pour tout le développement du pays pour que le peuple puisse avoir de quoi manger, les soins de santé, etc.", a déclaré le Cardinal Laurent Monsengwo Pasinya au sortir de la réunion avec le Chef de l'État, Félix Antoine Tshisekedi. L'ancien président du HCR/PT soutient que, grâce à cette initiative, " il y aura une suite des réponses qu’il faudra étudier et qu’il commence à favoriser le dialogue grâce à l’intervention de certaines personnes ressources qui peuvent l’aider à naviguer des deux côtés de la pirogue; comme cela, il y a des chances que le travail avance". Laurent Mosengwo Pasinya a aussi félicité le Chef de l'État pour l'initiative. "Grâce à cette initiative, il arrivera à avoir une série de réponses qu'il pourra, par après, étudier avec des gens et qu'il commence à favoriser le dialogue grâce à l'intervention de …

Le chef de la délégation de l’Union européenne en RDC, Jean Marc Chataigner, a mis en évidence les retombées bien gérées de l’économie d’un parc sur la création des milliers d’emplois, au cours d’une conférence de presse organisée dimanche 25 octobre 2020. "Ce que nous souhaitons faire dans ce partenariat, c’est de rendre au Congo et aux Congolais cette richesse naturelle extraordinaire, qui sont ses parcs de conservation. Ce sont des joyaux, des trésors  qui peuvent apporter de la richesse aux populations" , a-t-il expliqué. À son avis, " les retombées bien gérées de l’économie d’un parc peuvent contribuer à créer des centaines, voire des milliers d’emplois". "Protéger la nature, l’environnement, la biodiversité doivent se conjuguer avec le développement humain. J'ai partagé, cette semaine avec le Pasteur Cosma, directeur général de l’Institut congolais pour la conservation de la nature (ICCN) mes convictions sur le potentiel incroyable que représente pour la République démocratique du Congo et sa population ses parcs naturels, sa biodiversité, sa forêt", a-t-il rappelé. En fait, " loin d’une approche de conservation traditionnelle éloignant la population du parc, il faut au contraire étroitement associer cette dernière à la gestion de celui-ci, lui faire bénéficier des différentes retombées économiques et sociales de la préservation de l’espace naturel (revenus du tourisme, exploitation légale et encadrée de certaines ressources du parc), construire une vision et un projet de développement responsable et intégré (avec par exemple, lorsque cela est possible comme dans le parc des Virunga, la construction de barrages à proximité du …

En ce moment où les forces vives de la Nation congolaise se lèvent pour réclamer l’expulsion de l’Ambassadeur du Rwanda à Kinshasa, qui a manifestement souillé la mémoire de nos compatriotes massacrés froidement par les armées de son pays, dans une guerre injuste et pillarde qui nous a été imposée, tous les journalistes de POLITICO.CD et POLITICO MAGAZINE joignent leurs voix à elles, pour réclamer l’expulsion immédiate de ce Monsieur. Aux noms de nos héros et martyrs, aux noms de nos frères Angolais, Zimbabwéens, Namibiens et tant d’autres qui ont donné de leurs vies pour mettre fin aux guerres d’agression qui nous ont été imposées par le Rwanda ; Aux noms de tous les citoyens du monde, humanitaires ou membres de l’ONU qui se battent depuis plus de 20 ans contre des fléaux engendrés par ces guerres-là et qui continuent de mobiliser, jusqu’à ce jour, les moyens et une grande énergie de la Communauté internationale ; Au nom de l’histoire, de la paix et de la justice ; Nous appelons, Son Excellence Monsieur le Président de la République Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo, à écouter les voix de son Peuple et à prendre cette décision juste, qui s’impose, dans le but de préserver les mémoires de nos martyrs. Nous estimons que l’expulsion de l’Ambassadeur du Rwanda de Notre pays est un préalable nécessaire pour la poursuite du processus de réconciliation et de paix sincère avec nos frères Rwandais. Les journalistes de POLITICO.CD. Litsani Choukran, Ruddy Ndony, Fiston Mahamba, Ange Nsumbu, Parfait Kwilu, Richard Ngapi, Hervé …

Le ministre de l'environnement et développement durable Claude Nyamugabo annonce l'organisation en RDC du premier forum sur les tourbières du 28 au 29 mai 2020 à Kinshasa. Son communiqué du 22 février 2020 parvenu à notre rédaction en ce jour, fait appel à toute personne qui voudra "s'associer à la République démocratique du Congo pour partager des informations utiles et identifier les stratégies de conservation et de valorisation des tourbières". Les intéressés s'associeront aux décideurs politiques, aux dynamiques nationales, aux chercheurs, aux institutions ainsi qu'aux praticiens concernés par la conservation, la valorisation et le suivi des tourbières pour echanger autour des thématiques comme "la cartographie, le suivi ainsi que les politiques des tourbières " en RDC. Les tourbières  sont des zones humides caractérisées par l'accumulation progressive de la tourbe. Une tourbe quant à elle est un sol caractérisé par une forte teneur en matière organique, peu ou pas décomposée, d'origine végétale. Grace à cette forte teneur en matières organiques, les tourbières constituent des stocks de carbone qui permet de lutter contre le réchauffement climatique.

De ce récit, j’espère raconter comment, avec le citron le plus acide, le plus amer que la vie ait produit, des gens venus du monde entier, d’un courage des rois et d’une détermination des guerriers, tentent d’en faire une limonade. ça se passe à Yangambi, au cœur même du Congo.

Le parc des Virunga, dans l'est de la République Démocratique du Congo, est le plus ancien parc naturel d'Afrique créé par les colons belges en 1925 afin de protéger la population unique de gorilles ainsi que d'autres espèces de la flore et de la faune. Le parc est souvent filmé à cause de la lutte héroïque menacée par les gardes du parc pour mettre leur vie en danger contre les braconniers et les milices armées, afin de protéger les gorilles de l'extinction. Dans un documentaire Netflix, vous pouvez voir à quel point les gardes du parc sont impuissants lorsque les rebelles du M23 envahissent le parc en 2012. En 2014, le directeur du parc, le prince belge Emmanuel de Mérode, a lui-même été grièvement blessé par un bombardement. Mais il existe aussi un autre côté de cette histoire. Les recherches menées par le groupe de recherche sur les conflits de l'université de Ghent, le journal allemand Die Tageszeitung et la NOS montrent que les quelque 700 à 800 gardes du parc sont coupables d'innombrables violations des droits de l'homme. Le média NOS a parlé à des villageois qui parlent de maltraitances physiques et d'humiliation de la part des gardes du parc. "J'ai commencé à chercher du bois dans le parc lorsque j'ai rencontré les gardes. Ils m'ont pris. Ils m'ont arraché les vêtements et m'ont frappée", raconte Espérance Kabekatyo, du village de Mugunga, à l'extrémité sud du parc. "Ils ont dit que je valais moins que les arbres. Les gardes …

Nos Podcast

L’audio débarque sur POLITICO.CD. Suivez nos discussions au coeur de la politique en temps réel