Chers lecteurs,

Nous avons besoin de votre contribution. Avec 1 dollar ou plus, vous pouvez nous aider à garder notre journalisme à l’abri de toute influence et contribuer ainsi à améliorer la qualité de l'information en RDC.

dimanche, mai 31, 2020
DRC
3,070
Personnes infectées
Updated on 31 May 2020 à 10:26 10 h 26 min
DRC
2,551
Personnes en soins
Updated on 31 May 2020 à 10:26 10 h 26 min
DRC
448
Personnes guéries
Updated on 31 May 2020 à 10:26 10 h 26 min
DRC
71
Personnes mortes
Updated on 31 May 2020 à 10:26 10 h 26 min

Blattner, Kamerhe et les 100 jours : « cops » au nez de Tshisekedi

Interpellé et placé en détention, depuis le mercredi 19 février 2020 par les autorités judiciaires de Kinshasa, David Blattner est ciblé comme principal problème dans le fiasco des sauts-de-mouton. Cet homme d’Affaires, très proche de Vital Kamerhe, puissant Directeur de cabinet du président Félix Tshisekedi, est le symbole et la clé d’un fiasco de l’affaire des 100 jours, sur laquelle la justice congolaise enquête actuellement.

Mise à jour:

Cet article a été mis à jour après publication. Il y a eu évolution notamment au niveau des marchés confiés à Safricas. Ils ont été initialement confiés, sans appel d’offres, de gré à gré, à l’OVD via le son Directeur général Benjamin Wenga, un très proche de Vital Kamerhe, qui, par la suite, les a confié, dans leur majorité, à SAFRICAS.

Des proches de Mme Anne Mbuguje ont démenti tout lien entre elle et M. David Bettner, contrairement aux témoignages de deux sources interrogées à ce sujet.

————————————————–

Félix Tshisekedi voulait « des arrestations avant la fin de la semaine ». Le président congolais est servi. Alors que la justice venait à peine d’ouvrir ses enquêtes autour de l’affaire de sauts-de-mouton, au cœur d’une vive polémique en République démocratique du Congo, un homme est déjà tombé dans les filets de la police : David Blattner. Sa société, « Safricas-Congo s.a. », rachetée en 2000 à la Société Belge CFE (Filiale de VINCI) par la famille BLATTNER, est l’heureuse détentrice de la quasi-totalité des marchés de construction de ces ouvrages largement en retard de livraison.

David Blattner a été interpellé par le parquet général près de la Cour d’appel de Gombe à Kinshasa, dans le cadre des enquêtes sur les sorties de fonds alloués aux travaux des sauts-de-mouton. Officiellement, l’homme est interpellé pour « des raisons d’enquêtes ». Mais, les services judiciaires semblent n’avoir pas été chercher loin avant d’identifier un suspect dans cette affaire qui court pourtant depuis plusieurs mois.

Kamerhe – Blattner, amis intimes

En effet, c’est depuis octobre 2019 qu’une vive colère anime les habitants de Kinshasa face à des immenses travaux de construction de sauts-de-mouton qui s’éternisent, occasionnant des gigantesques embouteillages. Dans un premier temps, le président Tshisekedi a semblé garder son calme, effectuant une visite des sites, tout en affichant un optimisme autour de l’évolution. Mais, depuis janvier 2020, les choses ont changé.

D’abord, deux inaugurations manquées d’un ouvrage dans l’ouest de Kinshasa. Ensuite, des vifs soupçons de détournements ont commencé à pleuvoir. L’Observatoire de la dépense publique, une ONG congolaise, constate dans un rapport que les promesses de Félix Tshisekedi sur une meilleure gestion des finances publiques n’ont jusque-là pas été tenues dans ce projet. Dans son rapport publié le 8 janvier 2020, l’ONG explique par exemple que le programme d’urgence dit de « 100 jours » a été géré en violation de la loi-cadre régissant les finances publiques. Elle cite, notamment, des cas de surfacturation ou d’opacité dans le processus de passation des marchés.

Au parti de Félix Tshisekedi également, le ton est rapidement monté. Jean-Marc Kabund, président intérimaire de l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social (UDPS), et Augustin Kabuya, Secrétaire général, improvisent une visite et appellent dans la foulée à ce que la justice se saisisse du dossier, mais également à la démission de « toute personne soupçonnée ou citée ». L’homme visé derrière les accusations est Vital Kamerhe, puissant directeur de Cabinet du Chef de l’État et, surtout, gestionnaire principal du projet. Et l’arrestation de David Blattner ne fait que renforcer les accusateurs. L’entrepreneur de nationalité américaine, également à la tête d’une société d’aviation, et dont la famille a une main mise sur l’économie congolaise, est un « grand ami » à Vital Kamerhe. À Kinshasa, plusieurs épisodes attestent cette « amitié » de longue date.

Pour la petite histoire, la relation très intime entre Vital Kamerhe et David Blattner trouve ses traces dans le passé, récemment avec la présence d’une dame, Anne Mbuguje, épouse d’un des fils Mobutu. Cette diplômée de l’Université Libre de Bruxelles (ULB) et du Webster University de Londres a sillonné le monde, passant par le Maroc, avant de poser ses valises à la BIAC, une banque dont les Blattner sont actionnaires majoritaires. Elle y occupera le juteux poste de directrice commerciale pendant plus de huit ans. Mais, lorsque la troisième banque congolaise est sur le point de faire faillite début 2016, c’est à elle que les Blattner font confiance. Le très sérieux Directeur général Michel Losembe arrive en fin contrat et des divergences « graves » avec les actionnaires le poussent à plier bagage. Le même jour, Anne Mbuguje est nommée directrice générale par intérim à la tête d’une direction collégiale avec pour objectif d’«accélérer le programme de consolidation de la Banque qui traverse une tension passagère de liquidité ».

Forbes. Dr.

Des proches de Mme Anne Mbuguje ont contacté POLITICO.CD après la publication initiale de cet article pour contester tout lien entre elle et M. David Blattner. « Bien qu’elle ait travaillé à la BIAC, elle n’a eu à collaborer qu’avec Elwyn Blattner [ actionnaire majoritaire de la banque] et aucun autre Blattner. D’ailleurs Elwyn et David [Blattner] ne travaillent jamais ensemble, ils s’entendent pas« , explique un proche qui a requis n’anonymat.

Si la proximité d’Anne Mbuguje et les Blattner est disputée, celle avec Vital Kamerhe trouve ses vraies traces en décembre 2016. Alors que le Dialogue de la Cité de l’Union Africaine venait d’être clôturé, le président de l’Union pour la Nation Congolaise (UNC) est coiffé au poteau par Samy Badibanga au poste du Premier ministre. Pour consoler Vital Kamerhe, Joseph Kabila et ses alliés lui laissent alors quelques postes au gouvernement, dont le très juteux ministère du Budget. Pierre Kangudia, alors bras droit de Kamerhe, est désigné pour occuper le poste. Mais, Vital Kamerhe veut avoir un œil à l’intérieur de ce ministère où l’argent est au cœur de tout. C’est là que Mbuguje entre en scène. Elle sera nommée Directrice de Cabinet du nouveau ministre d’État chargé du Budget, combinant même, jusqu’en mai 2017, son poste avec celui de la directrice de banque privée à la Rawbank.

Le coach des 100 jours

La suite est une longue épopée. Retenons que Vital Kamerhe et David Blattner se connaissent donc bien. Arrive finalement l’accès au pouvoir. Au 24 janvier 2019, Félix Tshisekedi réussit le rêve de son père, l’immense Etienne Tshisekedi. En arrivant au pouvoir, le président a, dans ses bagages, Vital Kamerhe. Au 25 janvier, le lendemain d’une prise du pouvoir historique au Palais de la nation, Félix Tshisekedi se voit transmettre les clés de la maison par Joseph Kabila. Mais, dans la salle à côté, un autre transfert a lieu, celui de Vital Kamerhe et Nehemie Mwilanya. Orchestrée autant que celui du Président de la République, l’arrivée de Vital Kamerhe au poste du Directeur de Cabinet consacre, sans réellement le montrer, un binôme à la tête de la République démocratique du Congo. Et temps qui passe allait le prouver.

Dès les premières semaines, c’est un « Super » Directeur de Cabinet qui prend les commandes de la navette présidentielle. Le même jour de sa prise officielle des fonctions, Vital Kamerhe fait signer à Félix Tshisekedi une ordonnance qui allait changer à jamais les choses. Dans ce document lu à la télévision nationale, il est annoncé que le président de la République, Félix Antoine Tshisekedi, a suspendu, vendredi 25 janvier 2019, tous les recrutements et mises en place dans les entreprises, services et établissements publics « jusqu’à nouvel ordre ».
Cette mesure ne concerne pas les « cas exceptionnels » qui devront être soumis à l’autorité préalable du Chef de l’Etat. « Toutes les liquidations des dépenses publiques, autres que celles liées aux charges du personnel, sont également suspendues », ajoute le communiqué signé par le Directeur de Cabinet du Chef de l’Etat, Vital Kamerhe.

Selon le communiqué lu à la télévision publique RTNC, ces mesures sont prises à titre conservatoire en vue d’éviter de « saigner les finances publiques des dépenses abusives et complaisantes ainsi que des nominations et/ou des embauches de positionnement dans l’administration publique tout comme dans les entreprises de l’État ». « Cette instruction est donnée à l’intention de tous les membres du gouvernement et dirigeants des entreprises, établissements ainsi que des services publics de l’État« , précise le communiqué. Concrètement, plus personne ne peut dépenser un rond du Trésor public au Congo sans l’aval du Cabinet du nouveau Président. S’ensuit alors un des épisodes les plus marquants du mandat de Félix Tshisekedi. En quelques semaines, les Congolais voient surgir des documents, tous faisant mentions de grosses sommes d’argent, le plus souvent signés par le Directeur de Cabinet du Président, Vital Kamerhe.

Le 2 mars 2019, le Président déplace la gotha politique vers le somptueux Échangeur de Limete. Sous ce symbole des prétentions illusoires du régime de Mobutu, Félix Thisekedi étale ses ambitions, dans un programme étrange, spécial et même chrono, de 100 jours. En somme, le nouveau Président vise surtout à « impacter » les esprits. Le programme ne cherche pas tant que ça à résoudre les problèmes prioritaires. Non, il veut monter ce nouveau Chef d’État contesté, dont certains doutent de la légitimité, y compris du pouvoir, en train de « faire quelque chose ».

Aussi, de l’autre côté de la ville, en mai 2019, la société chinoise CREC 8 démarre les travaux de construction d’un saut-de-mouton au rond- point Pompage. Ces travaux, explique-t-on, consistent en la construction d’un viaduc devant assurer la diffusion du trafic dans cinq sens : vers Mbudi, Brikin, Maman Yemo , Nzolantima et Saint Mukassa, en vue d’éliminer les embouteillages constatés souvent aux heures de pointe dans cette partie de la capitale.

Marchés entre potes

La patte de Vital Kamerhe est partout dans ce projet. Il en est le gestionnaire principal. Alors que le Président part à la conquête de la diplomatie mondiale autour de la RDC, à Kinshasa, les partisans du président de l’UNC n’hésitent pas à l’appeler « coach », l’entraîneur à la base de ce projet ambitieux, qui veut, non seulement construire des infrastructures, mais fait adopter également une des plus grandes décisions en matière d’enseignement en RDC : la gratuité de l’enseignement de base.
Toutefois, si les voyants sont verts en ce début des travaux, la catastrophe était bien enracinée dès le départ.

Tenez. Dans ce projet, la quasi-totalité des marchés sont confiés aux prestataires sans un quelconque appel d’offres, ni de procédure de passation de marché en bonne et due forme. Ils sont lancés, pour un programme de plus de 400 millions de dollars américains. La Présidence de la République, surtout le bureau du Directeur de Cabinet, supervise tout, et détient les clés de toutes les dépenses. Des ONG s’en plaindront plus tard.

On retiendra simplement l’entrée en lice de David Blattner, qui héritera alors étrangement de la quasi-totalité des marchés de construction des sauts-de-mouton, initialement prévue à 22 millions de dollars, mais qui finira par passer à plus de 45 millions, sans explication aucune. Blattner est tellement dépassé par l’ampleur des marchés qu’il est obligé d’en sous-traiter.

Par ailleurs, la façon dont Safricas se retrouve au coeur de ce marché de construction de sauts-de-mouton pousse aux questions. Initialement, les marchés ont été confiés à l’Office des voiries et Drainage (OVD), dont le Directeur général Benjamin Wenga Basubi a l’immense qualité d’être un très proche de Vital Kamerhe. Mais ce dernier les transférera par la suite, dans leur majorité, à Safricas, sans révéler la nature de cette opération, ni pourquoi cette société a été choisie.

A l’arrivée, ce programme est un fiasco. Les chantiers de sauts-de-mouton et le chaos qu’ils occasionnent à travers Kinshasa en deviennent les symboles. Derrière, des voix s’élèvent et sont sans appel. Dans son rapport, l’ODEP affirme que les projets lancés dans le cadre du programme de 100 jours ont une valeur d’environ 2,5 milliards de dollars américains. Ce que la Présidence de la République, ou plutôt Vital Kamerhe, dément toutefois, soutenant que le coût global des projets est de 497 millions de dollars avec un taux d’exécution d’environ 70%. Il accuse l’ODEP d’incorporer, dans son analyse, d’autres projets qui ne figurent dans le programme d’urgence de Félix Tshisekedi. Mais, le lendemain de sa sortie médiatique, c’est le ministre des Finances qui viendra lui-même contredire le super « direcab ». Les travaux n’ont pas atteint 50% d’exécution. « Pas même 30% », enfoncera Jean-Marc Kabund. Vital Kamerhe est achevé quand le saut-de-mouton du quartier Pompage, dans l’ouest de Kinshasa, qu’il annonçait terminé pour le 30 janvier 2020, ne sera jamais inauguré.

Derrière le fiasco, la main du « Dircab » pèse lourde. Le député du MLC Jean-Jacques Mamba l’explique mieux. Dans une lettre qu’il adresse au concerné, pour une « question orale » à l’Assemblée nationale, l’élu du parti de Jean-Pierre Bemba est sans équivoque : « De prime abord, je constate que, dans le cadre du programme de 100 jours du Chef de l’État, l’administration de la Présidence de la République que vous dirigez s’est activée utilement dans la réalisation de ce programme en qualité d’autorité contractante telle que définie dans la loi 10/010 du 27 avril 2010 relative aux marches publics », fait-il renseigner. Ensuite, il devient plus précis : « Partant du principe que nul n’est censé ignorer la loi, nos enquêtes préliminaires ont révélé plusieurs violations de la loi relative aux marchés publics et la loi des finances pour un montant de 237.000.000 USD qui nécessitent, dans tous les cas de figure, d’établir des responsabilités et, le cas échéant, pour ce qui me concerne, de restituer la vérité à nos concitoyens dans le cadre de la mission nous confiée »

Tshisekedi, le Roi Salomon

A travers ce député de l’opposition, on découvre alors toute l’étendue des affaires qui gangrènent ce projet de 100 jours. Et si David Blattner est principalement cité pour les sauts-de-mouton, d’autres acteurs et faits sont également sujets à caution dans ce programme et le député Mamba les énumère:

  • La quasi-totalité des marchés publics conduits par la Présidence ont été passés en procédure de gré à gré en violation des dispositions des articles 37et 42 de la loi relative aux marchés publics.
  • Le sujet SAMIH HOUBALLA JAMMAL, non autrement identifié, se voit attribuer, par votre administration, deux marchés publics de 171.000.000 USD (cent septante et un millions de dollars américains) pour ses deux sociétés respectives créées en l’espace de 8 mois entre do 2018 (SAMIBO SARLU) et avril 2019 (HUSMAL SARL).
  • Après une visite de Vital Kamerhe à la prétendue société SOCOC (non identifiée au guichet unique de création d’entreprises et prétendument propriété de monsieur BISHEKWA VANNY), cette dernière s’est vu attribuer, par votre administration, un marché de 66.000.000 USD (soixante-six millions de dollars américains) en procédure de gré à aré pour la construction de 30 Km de routes à Goma (10 km) et BUKAVU (20 km).

Vital Kamerhe ne s’est pas encore expliqué sur les questions du député, ni sur les soupçons qui pèsent sur lui. Mais, les procédures judiciaires continuent leur chemin. A Kinshasa, plusieurs chefs d’entreprises, qui ont pris part au projet de 100 jours, sont auditionnés. Le ministre de la Justice, Célestin Tunda Ya Kasende, y proclame la fin de l’impunité.

Sur le plan judiciaire, David Blattner cerné. Le DG de Safricas doit non seulement expliquer le retard dans les travaux, mais également des faits étonnants, notamment le fait que deux des sauts-de-mouton payés par l’Etat à hauteur de 40%, n’ont connu aucun début des travaux. « S’il parle, ça sera compliqué pour beaucoup à la présidence qui ont gêré ce marché. Il y a à boire et à manger dans cette histoire« , explique une source du parquet de parquet général près de la Cour d’appel de Gombe.

Du côté du président Félix Tshisekedi, les marges de manœuvres deviennent de plus en plus minces à l’endroit de son alliés des accords de Naïrobi. D’un côté, le Chef de l’État congolais est embourbé dans une colère populaire qui lui réclame les coupables, de l’autre, le constat sans appel qui veut qu’il lutte un peu plus contre la corruption qui gangrène le système politique congolais. Alors que la RDC négocie avec FMI des programmes d’aides, le FMI, l’Union Européenne et même les Etats-Unis, principaux bailleurs de la RDC, n’ont pas hésité à faire savoir au gouvernement que des mesures concrètes contre la corruption doivent être prises. Plus que jamais, Félix Tshisekedi est appelé à montrer des signaux. De l’autre côté du fusil, les coupables sont de plus en plus identifiés.

Litsani Choukran.

- Publicité -

8 Commentaires

  1. Huuuum. N’importe quoi.

    il fallait vraiment qu’on dise a Felix que les travaux de construction des sauts de mouton ont capoté? Par où passe-t -il quand il va prendre l’avion a l’aeroport de Ndjili pour ses innombrables voyages? Prend- il un helicopter pour se rendre a l’aeroport de Ndjili? Ses soeurs, freres, cousins, cousines, tantes, oncles ne sont-ils pas kinois comme les habitants de mbudi, kinsuka , Pascal?

  2. Le président Fatshi n’a qu’une seule option, laisser la justice faire son travail jusqu’au bout.si Kamerhe est trempé dans cette histoire, ce dont je ne doute pas d’ailleurs, et ben tant pis.
    Le pays ne sera pas otage d’un groupe des Congozairois ivres d’avarice.
    Et si le nom du chef lui même est cité

  3. Le président Fatshi n’a qu’une seule option, laisser la justice faire son travail jusqu’au bout.si Kamerhe est trempé dans cette histoire, ce dont je ne doute pas d’ailleurs, et ben tant pis.
    Le pays ne sera pas otage d’un groupe des Congozairois ivres d’avarice.
    Et si le nom du chef lui même est cité ?

  4. Vous parlez des choses que vous ne maîtriser pas , comment ce pays peut se développer avec les gens qui écrivent du n’importe quoi pour nuire à quelqu’un
    David n’est pas actionnaire à la BIAC . Vraiment nous sommes fatigués de la jalousie et la haine contre une seule personne de Vital Kamerhe .

Comments are closed.

notre sélection

Jean-Marc Kabund: « je quitte ce poste la tête haute et sans compromission »

Jean-Marc Kabund a officiellement réagi peu après sa destitution du poste du 1er vice-président de l'Assemblée nationale intervenue tard dans la soirée...

Célestin Tunda recadre Benoit Lwamba et dément avoir violé l’indépendance des juges

En réaction à une correspondance du président de la cour constitutionnelle et président du conseil supérieur de la magistrature, Benoît Lwamba Bindu...

Convocation de Kamerhe: Tryphon Kin-Kiey Mulumba « stupéfait et préoccupé » face aux termes du communiqué de l’UNC

Dans un communiqué signé par tous ses hauts cadres, également membres du gouvernement et des institutions, l’UNC dénonce un acharnement contre son...