Le cardinal Ambongo franchit le Rubicon(Par Moïse Musangana)

Dans son sermon le samedi saint, la veille de la célébration de la résurrection de Jésus-Christ, le cardinal Fridolin Ambongo, tel un disciple du pape guerrier Jules II, s’est déchaîné impétueusement sur le régime Tshisekedi, l’accusant de fomenter des divisions politiques à Kinshasa.

Situation qui sert, selon lui, de terreau à la crise qui sévit à l’Est et conduit au ralliement récent à la rébellion de certains compatriotes, Corneille Naanga, Jean-Jacques Mamba, ancien du MLC, et les transfuges du PPRD pour ne parler que d’eux, que l’on qualifierait de traîtres.

Le prélat catholique reprend ainsi en chœur, contrairement même aux différents rapports de l’ONU, la thèse rwandaise réduisant la tragédie de l’Est du Congo à une affaire congolo-congolaise. Il semble, paradoxalement, justifier l’engagement des nouvelles recrues dans un mouvement militaire rebelle et d’agression. Pis encore, il paraît soustraire Kigali de pillages des ressources congolaises en n’indexant que les multinationales, alors que celles-ci opèrent à partir de son territoire, y ont établi domiciles.

Publicité

Ni plus ni moins, le cardinal Fridolin Ambongo a franchi le Rubi TVcon. Pour un pays en guerre, sa liberté d’expression mue en libertinage.

(A lire dans Le Phare du lundi 1er avril 2024)

Add a comment

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Recevez l'actualité directement dans votre email

En appuyant sur le bouton S'abonner, vous confirmez que vous avez lu et accepté notre Politique de confidentialité et notre Conditions d'utilisation
Publicité

En savoir plus sur Politico.cd

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading