Chers lecteurs,

Nous avons besoin de votre contribution. Avec 1 dollar ou plus, vous pouvez nous aider à garder notre journalisme à l’abri de toute influence et contribuer ainsi à améliorer la qualité de l'information en RDC.

mardi, mai 26, 2020
DRC
2,297
Personnes infectées
Updated on 26 May 2020 à 4:19 4 h 19 min
DRC
1,893
Personnes en soins
Updated on 26 May 2020 à 4:19 4 h 19 min
DRC
337
Personnes guéries
Updated on 26 May 2020 à 4:19 4 h 19 min
DRC
67
Personnes mortes
Updated on 26 May 2020 à 4:19 4 h 19 min

L’année de Martin Fayulu, l’homme en colère

Il fait penser à Etienne Tshisekedi durant ses années de vigueur. Depuis la publication des résultats de la présidentielle du 30 décembre, Martin Fayulu croit toujours être le Président de la RDC. Du moins, celui qui a été élu. Mais c’est Félix Tshisekedi qui dirige bel et bien la RDC. La situation plonge alors le candidat numéro 4 en colère.

A Kinshasa, en Europe et partout, il n’hésite pas à fustiger les soutiens de Tshisekedi : Yves Le Drian, ministre français des affaires étrangères est « un guignol », alors que Mike Hammer, ambassadeur des Etats-Unis à Kinshasa est qualifié de « Directeur de marketing » de Tshisekedi.

Les alliés de Fayulu en prennent aussi pour leur compte. «Moise Katumbi sait exactement ce qu’il fait. Il n’a pas la même conviction ni les mêmes principes que moi. J’ai toujours été écœuré par ceux qui font de la politique pour l’argent.» Et Martin Fayulu de renchérir : «On sait que certains ne sont pas clairs dans Lamuka. Après les élections, il y en a pour qui le combat est devenu trop dur à mener…»

Dernière cette colère, Fayulu conserve cependant une parcelle d’influence politique qui lui permet de jouer un rôle. Alors que tous les autres opposants ont du mal à se positionner, lui au moins, avec son jusqu’au-boutisme, ne laisse aucun doute. Il incarne, à sa manière, une constance.

Il a vu Moïse Katumbi monter en puissance dans la deuxième partie de l’année , au risque de l’enterrer, lui que beaucoup affirmaient alors n’exister que par procuration. Mais au côtés de son sulfureux ami Muzito, il a exhibé sa force à Beni, où il a été accueilli en véritable « Père noël ». Les années qui arrivent verront Martin Fayulu exister.

- Publicité -

notre sélection

Jean-Marc Kabund: « je quitte ce poste la tête haute et sans compromission »

Jean-Marc Kabund a officiellement réagi peu après sa destitution du poste du 1er vice-président de l'Assemblée nationale intervenue tard dans la soirée...

Célestin Tunda recadre Benoit Lwamba et dément avoir violé l’indépendance des juges

En réaction à une correspondance du président de la cour constitutionnelle et président du conseil supérieur de la magistrature, Benoît Lwamba Bindu...

Convocation de Kamerhe: Tryphon Kin-Kiey Mulumba « stupéfait et préoccupé » face aux termes du communiqué de l’UNC

Dans un communiqué signé par tous ses hauts cadres, également membres du gouvernement et des institutions, l’UNC dénonce un acharnement contre son...