mardi, septembre 15, 2020
DRC
10,390
Personnes infectées
Updated on 15 September 2020 à 14:00 14 h 00 min
DRC
319
Personnes en soins
Updated on 15 September 2020 à 14:00 14 h 00 min
DRC
9,807
Personnes guéries
Updated on 15 September 2020 à 14:00 14 h 00 min
DRC
264
Personnes mortes
Updated on 15 September 2020 à 14:00 14 h 00 min

Le « non merci » de Denis Mukwege à Edem Kodjo

- Publicité-

Le Docteur Mukwege est de nouveau en Europe, après une d’une longue tournée qui l’a mené au Japon et en Corée, où il a notamment  remporté 13ème prix Prix de la paix de Séoul. En Belgique, le médecin chef de Panzi a accepté de commenter l’actualité congolaise de l’heure avec la journaliste Colette Braeckman du Soir.

Revenant sur son refus de participer au Dialogue politique initié à Kinshasa par le président Joseph Kabila, lequel a été également boycotté par une large coalition des opposants regroupés derrière Etienne Tshisekedi, le Docteur Mukwege affirme avoir été invité par le facilitateur de l’Union Africaine, Edem Kodjo, mais qu’il lui a dit: « non merci ».

« J’y étais invité par M. Kodjo, mais j’ai dit +non merci+ Il y a cinq ans que le président a tout fait pour aboutir à un tel résultat, une prolongation de fait de son mandat », a-t-il expliqué. Avant d’ajouter: « Je suis légaliste, la Constitution est claire. Elle prévoit que le chef de l »’Etat dispose d’un mandat renouvelable une fois. Pas deux. Donc, deux fois cinq ans, cela fait dix. Pas onze, par douze… C’est très clair. Pour moi après 1O ans le président est définitivement empêché par la Constitution… Tout le reste c’est de la tricherie. S’il y a empêchement définitif, constitutionnel, la loi est claire : c’est le président du Sénat qui doit assurer la fonction de chef de l’Etat. Point final. »

« Pourquoi faudrait-il, en lui permettant de rester plus longtemps au pouvoir, remercier un chef de l’Etat qui n’a pas tenu ses promesses constitutionnelles qui étaient d’organiser les élections ? » s’interroge le gynécologue congolais.

Quand on lui demande s’il pense se présenter à la prochaine présidentielle, Denis Mukwege botte en touche, préférant, selon lui, « Se battre pour les libertés fondamentales, pour la justice, lutter contre l’impunité« .

« Les gens ne cessent de penser au toit, alors qu’il faut d’abord construire les fondations. Se battre pour les libertés fondamentales, pour la justice, lutter contre l’impunité. Mon combat aujourd’hui porte sur la liberté, la justice, la paix et le développement durable qui vont permettre au peuple congolais de retrouver la dignité perdue. Lorsque ces valeurs sont mises en place on pourra mettre au sommet des gens qui auront des bases solides…Il faut d’abord éveiller la conscience, faire démarrer une révolution morale, éthique…« , explique le Docteur Mukwege.

 

- Advertisement -
- Advertisement -

5 Commentaires

  1. Récemment, un immeuble s’est écroulé dans la commune de Kasavubu à Kinshasa faute d’une mauvaise fondation, le respect de la constitution est plus que jamais un acte de haute portée civique et patriotique !!!

  2. si tout le congolais pourrait avoir des bonnes idées et des décisions fermes comme celui de docteur Denis MUKWEGE, je pense que le congo ne peut pas tombé dans le chaos

  3. On en a assez de ces beaux discours.faudra t il se faire héros sur le dos de malheurs de ces pauvres femmes violées. Laissons la politique aux politiciens.Qu il s occupe de son métier.

  4. Kodjo,du science sans conscience.soutenir un acte d’anti-valeur comme celui de kabila,à mon avis pour un intellctuel de calibre de Edem kodjo,je conclu simplement que c’est le manque excessif de conscience de sa part.Il va bien apprendre de notre cher Dr.D.Mukenge.

Comments are closed.

notre sélection

Jean-Marc Kabund: « je quitte ce poste la tête haute et sans compromission »

Jean-Marc Kabund a officiellement réagi peu après sa destitution du poste du 1er vice-président de l'Assemblée nationale intervenue tard dans la soirée...

Célestin Tunda recadre Benoit Lwamba et dément avoir violé l’indépendance des juges

En réaction à une correspondance du président de la cour constitutionnelle et président du conseil supérieur de la magistrature, Benoît Lwamba Bindu...

Convocation de Kamerhe: Tryphon Kin-Kiey Mulumba « stupéfait et préoccupé » face aux termes du communiqué de l’UNC

Dans un communiqué signé par tous ses hauts cadres, également membres du gouvernement et des institutions, l’UNC dénonce un acharnement contre son...