Alors que les chefs d’État africains sont réunis ce jeudi à Addis-Abeba en Éthiopie pour débattre de l’élection présidentielle en République démocratique du Congo, Kinshasa dénonce les appels de la SADC et CIRGL pour un recomptage des voix et à des négociations pour un gouvernement d’union nationale.

Très impliquée dans la crise congolaise, la SADC tout comme  la Conférence internationale de la région des Grands Lacs (CIRGL), ont pris une position étrange en début de semaine en appelant à des négociations pour un “gouvernement d’union nationale” en RDC, y compris pour un recomptage des voix de la Présidentielle.

La RDC considère ces appels comme une “ingérence flagrante dans les affaires internes d’un pays souverain“, a déclaré Kikaya à nos confrères de Bloomberg depuis Addis-Abeba. «Plus important encore, cela va à l’encontre de toutes les règles de l’Union africaine, même du droit international. Les élections relèvent de la souveraineté nationale”, a-t-il insisté.

“Ce qui est curieux avec les deux déclarations, c’est qu’elles ont toutes les deux appelé à un recomptage des votes et à un gouvernement d’union nationale, ce qui pour nous est mutuellement exclusif“, a déclaré Kikaya. «Si vous voulez un recomptage des votes, cela signifie que nous ne savons pas encore qui est élu. Comment pouvez-vous en même temps avoir un gouvernement d’union nationale? ” a-t-il interrogé.