Dans une lettre signée le lundi 19 avril 16, Lambert Mende, Ministre de la Communication et des médias, a répondu au sénateur amériacin John McCain. On se rappelle que le 15 avril dernier l’ancien candidat à la présidence américaine avait écrit une lettre à François Balumuene, ambassadeur de la RDC à Washington. Dans cette lettre, l’homme d’Etat américain avait notamment souhaité un transfert démocratique du pouvoir cette année en RDC.

Dans sa réponse, Lambert Mende a regretté que cette lettre ait été diffusée dans les médias avant de parvenir à son destinataire. Il a rappelé les obstacles à la tenue des élections dans le délai et le bien-fondé de la tenue du dialogue national inclusif.

« (…) tous les congolais qui aiment leur pays ont résolu de prendre part à ce dialogue imminent à l’exception de quelques extrémistes ambitieux qui caressent l’espoir de ramasser le pouvoir en créant le chaos. Plutôt que de s’associer à cette démarche pacifique et républicaine qui s’inscrit dans nos traditions, ils se sont transformés en fétichistes des dates et n’ont de projet que l’agitation de l’épouvantail d’une insurrection populaire sous le prétexte du non-respect des délais qu’ils savent pourtant objectivement intenables. Il est déplorable que vous acceptiez de mettre votre célébrité et leadership au service d’un dessein aussi irresponsable. »

Pour Lambert Mende, les propos de John McCain sont assimilables « aux menaces d’une époque révolue »

« Nous apprécierons que vous ayez une lecture plus réaliste de la situation en RDC, pays qui est en si bons termes avec les USA au lieu des vous inscrire, sur base d’informations délibérément biaisées, dans la défense de thèses de ceux qui ne fondent leur existence politique que sur le schéma de l’instabilité chronique de nos institutions. Nous espérons ainsi pouvoir, à la lumière, de ce modeste éclairage, vous compter parmi désormais parmi les intercesseurs d’un Congo paisible et convivial au sénat américain pour obtenir notamment que les Etats-Unis d’Amérique viennent concrètement au chevet de notre processus électoral avec les appuis financiers attendus au lieu de se cantonner dans des anathèmes et des menaces d’une époque révolue. C’est de cette manière que les Etats-Unis pourraient contribuer efficacement au tout premier transfert démocratique du pouvoir en RDC. »

Cette sortie médiatique intervient au moment où Tom Perriello, l’envoyé spécial de Barack Obama dans la région des grands lacs multiplie non seulement des contacts, mais surtout des déclarations hostiles à un glissement du calendrier électoral.

John McCain est un vétéran de la guerre du Viêt Nam. Membre du Parti républicain, sénateur de l’Arizona au Sénat des États-Unis depuis 1987, il était candidat républicain à l’élection présidentielle de 2008 face à Barack Obama.

Réponse à MC Cain 1Réponse à MC CAIN

5 comments

  1. MC Cain doit savoir et lire surtout l’histoire de la démocratie à l’américaine qui a un résultat mitigé. Aider les congolais à mieux organiser les élections qui mettront tout le monde d’accord serait réfléchi que de rester dans ce que savons tous impossible de respecter et organiser les bonnes élection en même temps.

    1. C’est malheureux qu’un etat ou un gouvernement responsible doive crier “a l’aide” pour organizer des elections. Un petit rappel, nous avons un Budget qui est vote chaque annee, en consequence, chaque annee, nous avions le loisir-pendant 14 longues annees- de mettre en reserve une quotite annuelle, de maniere a etre pret le jour venu.
      Cher frere, c’est pour cela que nous avons des comptables. Les Elections sont prevues dans notre Constitution, la date et l’annee sont connues avant la Prestation de serment comme President de la Republique. Qu’y a-t-il de si magique ?

  2. Le Congo ne peut pas être sanctionner pour les faits d’une bande de bandits politiques qui y subjuguent le peuple lâchement.
    C’est au peuple congolais, par la voie de ses parlementaires d’appeler au secours tous les nations amis du Congo pour mettre hors d’état de nuire ces hommes sataniques.
    La difficulté que nous avons aujourd’hui est d’accéder au peuple meurtri pour lui indiquer le chemin. Comme toute imposture, le régime de Kanambe fait tout ce qui est de son pouvoir pour isolés, exterminer les congolais qui tentent de s’émanciper.
    Il faut plutôt lancer un vibrant appel aux EUA et à l’Union Européenne, pour qu’ils nous aident à arrêter et juger Kanambe et tous ceux qui ont fait et font comme lui, démocratiquement, humainement.

Comments are closed.