jeudi, septembre 17, 2020
DRC
10,414
Personnes infectées
Updated on 17 September 2020 à 5:03 5 h 03 min
DRC
320
Personnes en soins
Updated on 17 September 2020 à 5:03 5 h 03 min
DRC
9,827
Personnes guéries
Updated on 17 September 2020 à 5:03 5 h 03 min
DRC
267
Personnes mortes
Updated on 17 September 2020 à 5:03 5 h 03 min

Professeur Jason Stearns : « Les mandats de la MONUSCO se contredisent »

- Publicité-

Dans un rapport intitulé « Qui sont les tueurs de Beni? » que vient de publier « Le  Groupe  d’étude  sur  le  Congo  (GEC) », l’équipe du Professeur Jason Stearns ont entendu des témoins et donné quelques pistes sur les responsabilités les rôles des différents acteurs du conflit dans le territoire de Beni. Répondant à une question de Jeune Afrique sur le rôle de la MONUSCO, Jason Stearns répond :

 « La Monusco a deux mandats qui se contredisent souvent : protéger la population civile et aider à étendre l’autorité de l’état. On voit cette contradiction à Beni. Avant de lancer des nouvelles opérations conjointes, la mission devrait mener une investigation approfondie pour en savoir plus sur l’identité des tueurs, mais aussi sur le comportement de ses propres militaires, qui tardent souvent à agir.

Le secrétaire général de l’ONU, Ban ki-Moon, avait recommandé une réduction de 1 700 hommes de la Monusco, en plus des 2 000 dont le départ a été décidé l’an passé. Est-ce le bon moment pour réduire les effectifs ?

Pour moi, ce n’est pas seulement une question du nombre des troupes, mais surtout de leur stratégie et mode d’opération. La plupart des troupes de la Monusco font assez peu pour protéger les civils à cause des contraintes politiques, mais aussi à cause de la difficulté de mener des opérations de contre-insurrection en RDC. »

Ancien de l’université de Yale, Jason Stearns travaille sur les dynamiques de conflit en Afrique centrale depuis 2001. Il avait également travaillé pour International Crisis Group, le Groupe d’experts sur la République démocratique du Congo de l’ONU, et l’Institut de la Vallée du Rift. Il est l’auteur de Dancing in the Glory of Monsters: The Collapse of the Congo and the Great War of Africa.

Le  Groupe  d’étude  sur  le  Congo  (GEC) se définit comme un  projet  de  recherche  indépendant,  à but non lucratif, dédié à la compréhension de la violence qui affecte des millions de congolais. Le GEC est basé au  Centre  de  coopération  internationale  de  l’Université  de  New York (Center on International Cooperation, New York University) et travaille en collaboration avec le Centre d’études politiques de l’Université de Kinshasa.

- Advertisement -
- Advertisement -

2 Commentaires

  1. Vous n’avez pas d’infos ou quoi? Je ne vois pas comment vous travaillez pour un seul titre et une carricature pour toute une journée dans pays bouré d’actualités.

    • Bonjour cher monsieur,
      Nous sommes à ce jour le site d’actualité le plus à jour avec une dizaine d’articles par jour. Merci de vérifier.

Comments are closed.

notre sélection

Jean-Marc Kabund: « je quitte ce poste la tête haute et sans compromission »

Jean-Marc Kabund a officiellement réagi peu après sa destitution du poste du 1er vice-président de l'Assemblée nationale intervenue tard dans la soirée...

Célestin Tunda recadre Benoit Lwamba et dément avoir violé l’indépendance des juges

En réaction à une correspondance du président de la cour constitutionnelle et président du conseil supérieur de la magistrature, Benoît Lwamba Bindu...

Convocation de Kamerhe: Tryphon Kin-Kiey Mulumba « stupéfait et préoccupé » face aux termes du communiqué de l’UNC

Dans un communiqué signé par tous ses hauts cadres, également membres du gouvernement et des institutions, l’UNC dénonce un acharnement contre son...