Jean-Pierre Bemba, une libération pas avant 2034?

1
819

Le procureur a requis huit ans de prison à l’encontre de l’ancien vice-président congolais Jean-Pierre Bemba, reconnu coupable par la Cour pénale internationale (CPI) de subornation de témoins afin d’obtenir son acquittement dans son procès pour crimes de guerre et crimes contre l’humanité.

« L’accusation recommande que Bemba soit condamné à une peine totale de huit ans d’emprisonnement« , a déclaré le procureur, dans un document publié dans la nuit de lundi à mardi, « à purger consécutivement à sa peine dans l’affaire principale« .

 Jean-Pierre Bemba a été jugé coupable à la mi-octobre pour avoir influencé « de manière corrompue » quatorze témoins, présenté de fausses preuves et sollicité la déclaration de faux témoignages. Ses avocats Aimé Kilolo et Jean-Jacques Mangenda, ainsi que Fidèle Babala, un député du parti Mouvement de Libération du Congo (MLC), et un témoin de la défense, Narcisse Arido, avaient versé de l’argent et donné des cadeaux à des témoins ou leur avaient promis une réinstallation et une sécurité en échange d’un faux témoignage devant la CPI.

Le bureau du procureur a par ailleurs requis la peine totale de huit ans d’emprisonnement à l’encontre de M. Kilolo, de sept ans contre M. Mangenda, trois ans contre M. Babala et cinq ans contre M. Arido, demandant également que chacun des cinq accusés soit condamné à une amende.

Dans le premier procès, l’ancien Vice-président a été condamné à 18 ans de prison, alors qu’il est détenu à la Haye aux Pays Bas depuis juillet 2008.

Avec AFP

 

1 COMMENTAIRE

Comments are closed.