RDC : Plus de 760 millions USD déjà disponibilisés et sécurisés pour l’exécution du programme de développement des 145 territoires

IMG-20230315-WA0013

Le gouvernement de la République démocratique du Congo a annoncé avoir déjà disponibilisé une somme de 762 millions de dollars américains pour l’exécution du Programme de développement local des 145 territoires (PDL-145T). Cette révélation a été faite à la presse, mardi 14 mars, lors du briefing co-animé par le ministre a.i au Plan avec son homologue de la Communication et Médias.

« Sur le montant global, le gouvernement a déjà disponibilisé  762.000.000 USD dont 711.000.000 en faveur des agences d’exécution pour la construction, dans sa première phase, de 1.200 écoles, 788 centres de santé et 145 bâtiments », a indiqué le ministre a.i au Plan, Crispin Mbadu.

Le ministre a aussi rappelé que le Programme de développement local des 145 territoires découle de la vision du Président de la République qui vise à réduire les inégalités spatiales, redynamiser les économies locales et transformer les conditions de vie des populations congolaises vivant dans les zones jusque-là mal desservies par les infrastructures et services sociaux de base.

L’exécution de ce programme s’articule autour de 4 composantes, à savoir :

  • L’amélioration de l’accès des populations des territoires ruraux aux infrastructures et services économiques de base;
  • La promotion du développement des économies rurales et des chaines de valeur;
  • Le renforcement des capacités de gestion du développement local et;
  • Le développement d’un système d’information géoreférencé de suivi à même de renseigner sur les progrès du programme.

Le directeur général du Bureau central de coordination (BCECO), Jean Mabi Mulumba cité par ACP, a fait savoir que son institution exécute ce programme dans 9 provinces et 48 territoires.

« Du 15 au 30 mars courant les premiers ouvrages pourront être livrés auprès des entités bénéficiaires, en dépit des défis sécuritaires dans l’Est du pays », a-t-il fait savoir.

De son côté, Alain Lungungu, coordonnateur de la CFEF a noté que sur 7 provinces lui attribuée, 635 infrastructures comprenant les écoles, les centres de santé et les bâtiments administratifs, doivent être construites.
Enfin, le coordonnateur du PDL-145T pour le PNUD, Elhadji Diallo, a affirmé que 450 infrastructures restent encore à construire dans les 9 provinces qui lui ont été confiées. Il a toutefois rassuré qu’à ce jour, 45% du travail est réalisé dans le cadre global de l’exécution de ce programme.

Pour ce qui est du taux d’exécution des travaux à ce jour, le Patron du Plan qui est aussi coordonateur national du programme a précisé que la moyenne d’exécution des travaux de 3 agences pour le premier volet du PDL 145 territoires est évalué à une moyenne de 81,6%

Le plan et le programme de travail pluriannuel mis en place pour l’exécution du programme de développement local des 145 territoires (PDL-145 T) a déjà été validé par les membres du comité de pilotage.

Le Programme de Développement Local des 145 territoires vise à réduire les inégalités spatiales, redynamiser les économies locales, et transformer les conditions et le cadre de vie des populations congolaises vivant dans les zones jusque-là mal desservies par les infrastructures et services sociaux de base. Une situation qui avait créé un clivage entre les provinces et les villes, ravivant un sentiment d’abandon des populations vivant dans les milieux ruraux.

Adossé au plan national stratégique de développement (PNSD) 2019-2023, au programme d’actions du gouvernement (PAG) 2021-2023 et au programme présidentiel accéléré de lutte contre la pauvreté et les inégalités (PPALCPI), le financement du programme sera réparti sur trois exercices budgétaires à hauteur de : 300 millions USD pour 2021, 700 millions USD pour 2022 et 660,1 millions USD pour 2023 pour un coût global d’un milliard six cent soixante millions cent et un mille trois cent douze dollars américains dont la mise en œuvre est assurée par le PNUD, le Bureau central de coordination (BCECO) et la Cellule d’exécution de financements en faveur des états fragiles (CFEF).

Carmel NDEO