PUBLICITÉ

Agression dans l’Est : Le Nord-Kivu, une zone « d’influence naturelle » du Rwanda

Dans l’Est de la RDC, la tension rallumée sur fond d’un retour aux combats depuis fin 2021 entre les FARDC et les terroristes du M23 ne faiblit pas. Depuis juin, Kinshasa pointe d’un doigt accusateur, son naturel voisin de l’Est, Kigali, notamment dans l’appui en matériel et en homme des rebelles sur terrain. Des preuves se sont accumulées, en mi-juin, après l’arrestation des soldats de la RDF sur la ligne des fronts mais niées d’un revers de main par les autorités rwandaises créant un flou constant dans la situation qui écume la bonne partie de l’Est de la RDC.

Kivu, une zone de richesse demeure l’épicentre de l’activisme des plusieurs groupes armés. Les combats d’agression qui ont lieu actuellement, se déroulent principalement dans le territoire de Rutshuru et une partie de Nyiragongo, au Nord-Kivu, une province aux enjeux économiques très importants. Le carrefour commercial de Bunagana, une cité frontalière avec l’Ouganda, aujourd’hui sous contrôle du M23, en est un des pôles économiques et stratégiques facilitant des échanges transnationaux.

- Publicité-

Loin de disposer de grandes ressources minières notamment l’or, la cassitérite et le pétrole, le Nord-Kivu est aussi riche en gaz méthane présent naturellement dans le lac Kivu.

Décryptant, sur France 24, les raisons historiques et économiques liées à l’instabilité dans la région des Grands Lacs, et plus particulièrement entre Kigali et Kinshasa, le Professeur Filip Reyntjens, enseignant à l’Université d’Anvers a, sans doute, révélé que le Rwanda, qui n’a pas vu de bon œil le récent déploiement de l’armée ougandaise (UPDF) dans l’Est de la RDC, considère le Nord-Kivu comme une partie de sa « zone d’influence naturelle », et ce, serait l’un des contextes de l’actuel regain de tension observé entre Kinshasa et Kigali.

« Le retour du M23 date de la fin novembre 2021, et se situe dans un contexte complexe, notamment l’implication – avec l’autorisation du gouvernement de Kinshasa – de l’armée ougandaise en Ituri et au Nord-Kivu », a indiqué le Professeur Reyntjens, peu avant de marteler « le déploiement des Forces de défense du peuple ougandais a irrité le Rwanda, qui considère le Nord-Kivu comme une partie de sa zone d’influence naturelle ».

Pour lui, le Rwanda a déjà, à maintes reprises, envahi la République Démocratique du Congo. Dans plusieurs guerres de haute intensité en RDC, le Rwanda a été présente sous plusieurs formes. « Le Rwanda post-génocide a envahi le Zaïre (devenu la République Démocratique du Congo) à deux reprises, en 1996 et 1998. Cette deuxième guerre a pris officiellement fin en 2003 mais depuis lors, l’armée rwandaise a été présente sur le territoire congolais par des mouvements rebelles interposés (le CNDP, puis le M23 depuis 2012) », explique cet expert de la région des Grands Lacs.

Quid de l’actuel soutien du Rwanda au M23

Difficile d’affirmer complètement. Cependant, le Professeur Filip Reyntjens qui ne doute pas d’un possible soutien politique et diplomatique de Kigali au M23, s’étonnerait qu’au moment où les relations commençaient à s’améliorer, le Rwanda pourrait ne pas jouer franc jeu.

« Aujourd’hui, le soutien politique et diplomatique du régime rwandais au M23 ne fait aucun doute, mais est-ce qu’il appui également militairement ? Cela n’est pas établi, il y a pas encore de preuve confirmée par des sources indépendantes. Ce serait étonnant, au moment où les rapports entre les deux pays commençaient à s’améliorer », a-t-il confié.

Par ailleurs, parlant d’un possible soutien de l’Ouganda, soupçonné de ne pas dévoiler sa vraie face et dont les relations avec Kigali sont intensifiées ces jours, Filip Reyntjens estime que la République Démocratique du Congo qui mène une opération conjointe avec l’armée ougandaise ne peut présentement pointer du doigt l’Ouganda qui a pourtant servi de refuge à certains dirigeants du M23 après leur défaite en 2013. En mi-juin, des éléments armés ougandais ont été soupçonnés sur la ligne de front notamment lors de la chute de Bunagana et ses environs. Des sources militaires avaient affirmé que les forces loyalistes avaient subi des « frappes sérieuses » des éléments ougandais, au côté des rebelles.

Serge SINDANI

Soutenez POLITICO.CD!

Si vous appréciez le travail de POLITICO.CD, sachez que votre média ne vit que des contributions et des annonces publicitaires, qui lui permettent de sauvegarder son indépendance éditoriale et de continuer à fournir des enquêtes de qualité. Dès lors, nous vous prions de faire un geste. Chaque contribution, qu'elle soit petite ou grande, fait la différence.

spot_img

EN CONTINU