PUBLICITÉ

RDC : Envoyé spécial de Tshisekedi en Ituri, Thomas Lubanga et ses 5 collaborateurs toujours en otage par les miliciens

Thomas Lubanga, ancien seigneur de guerre en Ituri, demeure toujours en captivité par une faction de la milice CODECO, depuis l’après-midi du mercredi 16 février 2022. Il a été pris en otage avec cinq de ses collaborateurs dont Germain Katanga, ancien chef rebelle et des éléments de l’armée. Envoyée par la présidence de la République Démocratique du Congo, cette délégation séjournait à Djugu, dans une mission de paix et de réconciliation, afin de ramener les groupes armés au bon sens.

Ce jeudi, les informations parvenues à POLITICO.CD renseignent que Thomas Lubanga, et sa suite se portent très bien et sont vivants.

- Publicité-

« Toutes les informations reçues de ces miliciens rassurent que les membres de Task Force sont bel bien vivants et bien portants », dit Pitchou Iribi, porte-parole de la Task Force pour la paix.

À en croire ce haut cadre et proche de Thomas Lubanga, « les démarches pour leur retour évoluent très bien ». La Task Force appelle ainsi la population congolaise au calme.

Dans le cadre de la mission lui confiée par le chef de l’État, les membres de la Task Force dont son coordonnateur Thomas Lubanga séjourne à Bambu-Mines dans la collectivité des Walendus-Djatsi, groupement de Yalala, en territoire de Djugu (Ituri).

Sur place, indique un communiqué de la Task Force parvenu à POLITICO.CD, ils ont mené plusieurs activités. Cependant, à son retour dans la matinée du mercredi, une partie de la délégation s’est rendue au camps Yalala (2km de Bambu-Mines) pour s’entretenir avec les éléments de la CODECO de Petsi et les sensibiliser à adhérer au programme du chef de l’État.

« Il s’agit du coordonnateur Thomas Lubanga, du porte-parole, du Gen Germain Katanga, deux colonels, de l’honorable Detchuvi, du président de l’UNADI, de deux journalistes et un chauffeur », fait savoir ce communiqué.

Dans la foulée, les miliciens ont indiqué avoir pris en otage cette délégation à la suite d’un bombardement armé visant leurs positions. Et, à l’exception du porte-parole et de deux journalistes, l’équipe a été emmené dans une destination inconnue. « C’était pour être mis à l’abri de sorte qu’ils ne soient pas touchés par les bombardements », a reconnu un porte-parole de la milice CODECO.

Le Gouverneur militaire Luboya N’kashama a indiqué avoir été informé de cette mission. « Ils m’avaient appelé le matin, me disant qu’ils allaient à Bambu (Djugu). À leur demande, j’ai fourni la sécurité nécessaire. Mais en chemin, ils ont décidé de laisser les militaires. Ils sont des grands garçons », a-t-il lâché.

Serge SINDANI

Soutenez POLITICO.CD!

Si vous appréciez le travail de POLITICO.CD, sachez que votre média ne vit que des contributions et des annonces publicitaires, qui lui permettent de sauvegarder son indépendance éditoriale et de continuer à fournir des enquêtes de qualité. Dès lors, nous vous prions de faire un geste. Chaque contribution, qu'elle soit petite ou grande, fait la différence.

spot_img

EN CONTINU