Procès Chebeya : La comparution de Joseph Kabila exigée par la partie civile

- Publicité-

Interrompues quelques jours avant les festivités de fin d’année, les audiences publiques au procès du double assassinat de Floribert Chebeya et Fidèle Bazana ont repris mardi 11 janvier devant la Haute Cour militaire de Kinshasa-Gombe, en chambre foraine à la prison militaire de Ndolo

Alors que les plaidoiries devraient commencer, la Cour suspend les audiences et renvoie l’affaire afin de rencontrer la demande de la partie civile sur la comparution de l’ancien Président de la République Joseph Kabila et du général John Numbi cités par le major Paul Mwilambwe comme commanditaires de ce double assassinat du défenseur des droits de l’Homme, Floribert Chebeya et son chauffeur Fidèle Bazana, apprend POLITICO.CD ce mercredi 12 janvier 2022 des sources judiciaires.

Lors de ses dépositions et audiences, Paul Mwilambwe, l’un des témoins clés dans l’affaire a chargé plusieurs personnalités dont le Président honoraire de la République Joseph Kabila, le général John Numbi, le général Joseph Mponde, ancien auditeur supérieur militaire et le bourgmestre de la commune de Limete.

« Quand le téléphone sonne, le général Mponde répond. Ça c’est le général John Numbi qui appelle. Il parle en swahili. Est-ce que tu as déjà reçu l’appel du Raïs ? Le général Mponde dit non. Et quand le Raïs appelle, il pose la question au général Mponde ‘’est-ce que Mwilambwe est là ? Passe-le-moi. Et quand il me passe le Président au téléphone, celui-ci me dit en swahili de ne pas révéler au général Mponde tout ce j’ai vécu. La personne qui m’a informé c’était le président Kabila lui-même », avait témoigné mercredi 8 décembre le policier Paul Mwilambwe.

Des témoignages qualifiés de contre vérité par le ministère public après que ce dernier a été contredit par trois de ses coaccusés, car, le ministère public estime Paul Mwilambwe cherche à se disculper comme s’il n’avait pas joué un rôle dans ce crime.

Condamné par défaut pour assassinat, meurtre, désertion simple, terrorisme et association de malfaiteurs, le major Paul Mwilambwe est de retour à Kinshasa, après près de 10 ans d’exil.

Il sied de signaler cependant que soupçonné d’être le commanditaire du double assassinat du défenseur des droits de l’Homme, Floribert Chebeya et son chauffeur Fidèle Bazana, l’ancien chef de la police nationale congolaise, le Général John Numbi a pris la poudre d’escampette. Longtemps cité sans être réellement inquiété par la justice, en dehors de sa comparution en tant que simple témoin au procès en première instance en 2011, l’ancien bras droit de Joseph Kabila a vu l’étau se resserrer autour de lui après les témoignages accablants de deux policiers en exil, Hergil Ilunga et Alain Kayeye Longwa, qui ont affirmé en février dernier, avoir participé à l’assassinat du fondateur de l’Ong la Voix des Sans Voix en 2010.

Attendu à Kinshasa où il devait être entendu, il n’a pas répondu à l’invitation qui lui a été adressée jusqu’à ce que plusieurs sources ont annoncé sa cavale. Parmi elles, Georges Kapiamba, Président de l’Association Congolaise pour l’Accès à la Justice (ACAJ).

Dominique Malala

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

notre sélection