Les Etats-Unis infligent des sanctions à huit congolais impliqués dans le trafic d’espèces sauvages

- Publicité-

Les Etats-Unis d’Amérique infligent ce lundi 13 décembre, des sanctions à huit (8) ressortissants de la de la République démocratique du Congo (RDC) qui ont été impliqués dans le trafic d’espèces sauvages

Dans le communiqué de presse parvenu à POLITICO.CD, le département d’État américain explique que ses actions sont en vertu de la section 212(a)(3)(C) de la Loi sur l’immigration et la nationalité (INA), qui cible les trafiquants d’espèces sauvages et de bois qui sont soupçonnés d’être, ou ont été, complices ou impliqués dans le trafic d’espèces sauvages, d’espèces sauvages pièces ou produits.

Il rappelle cependant que le trafic d’espèces sauvages est un crime transnational grave qui menace la sécurité nationale, la prospérité économique, l’état de droit, les efforts de conservation de longue date et la santé humaine par la propagation de maladies zoonotiques.

Ainsi, pour le département américain, la RDC est une plaque tournante majeure pour le trafic de la faune et des produits de la faune qui se déplacent d’Afrique vers l’Asie et le Moyen-Orient. Cela comprend de grandes quantités d’écailles d’ivoire et de pangolin, ainsi que de la corne de rhinocéros.

Cette politique de restriction des visas est conçue, souligne-t-il, pour perturber davantage les mouvements et les activités des organisations criminelles transnationales impliquées dans le trafic d’espèces sauvages et de bois en leur rendant plus difficile la contrebande d’espèces sauvages et de bois illégaux.

Par conséquent, les États-Unis estiment par ces sections envoyer un message clair selon lequel les trafiquants d’animaux sauvages et de bois ne sont pas les bienvenus aux États-Unis. Les États-Unis se sont engagés à travailler avec les autorités gouvernementales de la RDC et l’Institut congolais pour la conservation de la nature (ICCN) pour perturber les réseaux de trafic et lutter contre le trafic d’espèces sauvages à l’échelle mondiale.

Dominique Malala

notre sélection