« Les résultats au Nord-Kivu et en Ituri n’étant pas positifs aujourd’hui, l’état de siège n’est pas un modèle à imiter pour d’autres provinces » (Archevêque de Bukavu)

- Publicité-

Le vice-premier ministre, ministre en charge de l’intérieur, Daniel Aselo a reçu mercredi 10 novembre, l’archevêque de Bukavu, Monseigneur François-Xavier Maroy. Cette rencontre s’inscrivait dans le cadre des consultations initiées par le gouvernement par le truchement du ministre de l’intérieur après l’incursion rebelle en plein centre ville de Bukavu, chef lieu de la province du Sud-Kivu dans la nuit du 02 à la matinée du mercredi 03 novembre.

Bien évidemment au cours de leur entretien, il a été question de faire le point de la situation générale dans cette province, mais plus particulièrement celle de la situation sécuritaire.

Au sortir de cette audience, l’archevêque de Bukavu a indiqué que le vice-premier ministre de l’intérieur a tenu à démentir la rumeur selon laquelle, le gouvernement envisagerait d’étendre l’état de siège au Sud-Kivu.

« … le vice-premier ministre nous a rassuré que le projet de l’état de siège au Sud-Kivu n’a jamais été à l’ordre du jour du gouvernement. Donc tenons nous tranquille et cherchons plutôt comment stabiliser notre peuple en lui évitant tout ces tâtonnements, des milices de gauche à droite croyant que c’est ça qui va amener l’État à instaurer, un état de siège ici », a déclaré Monseigneur François-Xavier Maroy.

Pour lui, l’état de siège n’est pas un modèle à imiter pour d’autres provinces quoi qu’il en soit au vu des résultats enregistrés dans les provinces du Nord-Kivu et de l’Ituri, deux provinces en état de siège depuis 6 mois.

« Pourquoi je vais à l’école? Je vais à l’école parceque j’ai vu quelqu’un qui a étudié avoir une bonne vie. Est-ce que les conclusions de l’état de siège du Nord-Kivu et de l’Ituri nous donnent l’envie de demander que ça vienne aussi chez nous ? Je pense que la réponse est claire, c’est non. Les résultats au Nord-Kivu et en Ituri n’étant pas positifs aujourd’hui ce n’est donc pas un modèle à imiter pour d’autres provinces quoi qu’il en soit à travers les difficultés, les peines que ces autres provinces sont en train de connaître. Ce qu’on a aujourd’hui comme résultat ne nous donne pas la joie de dire que c’est un exemple à imiter », a-t-il argué.

Il faut dire que la situation sécuritaire au Sud-Kivu préoccupe le gouvernement après cette incursion qui a fait 9 morts dont 6 assaillants, 2 militaires et un policier, l’arrestation de 36 autres rebelles et la récupération de 16 par les Forces armées de la République démocratique du Congo.

Pour ce faire, le premier ministre, Jean-Michel Sama Lukonde avait souligné lors du dernier conseil des ministres l’importance pour le gouvernement de rester en alerte face à ce genre de situation. C’est ainsi qu’une délégation constituée du vice-premier ministre de l’intérieur Daniel Aselo, du ministre de la défense, des 6 députés nationaux et 1 sénateur, est arrivée à Bukavu chef lieu de la province du Sud-Kivu, le dimanche, 7 Novembre 2021 pour s’apercevoir de la réalité.

Carmel NDEO

- Advertisement -
- Advertisement -

notre sélection