PUBLICITÉ

RDC : Possible union avec LAMUKA, « le FCC se trompe de stratégie » (Germain Kambinga)

Dans un entretien exclusif qu’il a accordé à POLITICO.CD ce dimanche 31 octobre 2021 depuis Paris (France), le Président du regroupement politique « Le Centre » et l’un des membres fondateurs du Front Commun pour le Congo (FCC), Germain Kambinga est revenu largement sur le mariage qui se dessine entre la famille politique de Joseph Kabila et celle de Martin Fayulu. Un rapprochement que Germain Kambinga juge « inapproprié » et augure une « logique d’accompagnement fanatique ».

« Il nous parait tout à fait inapproprié pour le FCC dont nous sommes l’un des membres fondateurs de nous aligner comme si nous n’avons pas nos propres capacités de peser sur l’opinion. Nous nous accrochons sur une autre force pour peser sur l’opinion. Fondamentalement ça nous pose un problème. Il est hors de question de s’inscrire dans une logique d’accompagnement fanatique », s’indigne-t-il, avant de dénoncer « des décisions et postures qui semblent improductives ».

- Publicité-

Pour M. Kambinga, le raccourci proposé par le FCC « ne convient pas, parce que cela va constituer l’amorce d’une disparition de la raison pour laquelle des gens comme lui avaient fait le sacrifice du sursaut patriotique il y a quelques années, pour accompagner les actions du Président de la République honoraire Joseph Kabila ». En lieu et place de cette union, le Président du « Centre » croit que c’est « l’occasion pour le FCC d’expliquer le bénéfice du bilan » de Joseph Kabila pendant 18 ans et « d’offrir une nouvelle offre politique qui les réconcilierait avec le peuple congolais ».

Le FCC « se trompe… »

S’opposant à tout rapprochement entre les deux forces politiques, Germain Kambinga fait observer que cette alliance ne va pas profiter au FCC. Reconnaissant la « force transcendante » de LAMUKA de Martin Fayulu, Germain Kambinga conclut que le FCC mieux ceux qui l’ont engagé « se trompent de stratégie ».

« Il n’y a pas d’autres résultats possibles face à une force comme celle de monsieur Fayulu. Il a une force transcendante. Si vous croisez celle-là avec notre force, ce n’est pas nous qui bénéficions, mais c’est lui qui bénéficie de notre apport. Le FCC se trompe de stratégie ou ceux qui ont décidé d’engager le FCC » fait-il remarquer, en soulignant que même « sur le plan du bon sens, le FCC et LAMUKA n’ont pas la même requête. Le FCC est un groupe politique institutionnel, première force de l’opposition.»

Contrairement aux revendications de LAMUKA et du FCC exigeant une CENI « dépolisée », Germain Kambinga propose aux manifestants, puisque la centrale électorale « est une institution éminemment politique », « d’accompagner la crédibilité de la CENI à travers une surveillance politique et citoyenne forte et faire en sorte que les acteurs désignés soient à même de garantir cela ».

FCC et LAMUKA, main dans la main ?

« En politique, il n’y a pas des éternels ennemis ou amis, il n’y a que les intérêts », dit-on ! LAMUKA et le FCC, avec d’autres forces vives, ont rejeté l’ordonnance du Président Félix Tshisekedi portant nomination des nouveaux animateurs de la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI). De ce fait, ils ont appelé à une manifestation commune ce samedi 6 novembre.

« Nous demandons aux Congolais à travers les 4 coins du pays, à nous rejoindre ce samedi 6 novembre 2021 pour notre grande marche populaire afin de sauver notre souveraineté constitutionnellement garantie », ont-ils annoncé devant la presse, le mardi 26 octobre à Kinshasa.

À travers cette mobilisation, ces organisations soulignent que « le monde verra et comprendra que le peuple congolais n’est pas faible ni lâche et qu’il est fondamentalement opposé à la parodie d’Etat de droit irrévérencieusement scandé par ses hérauts.»

LAMUKA et le FCC continuent à dénoncer les irrégularités observées dans la désignation et l’entérinement de l’équipe Kadima. Tout en appelant à un consensus entre les parties prenantes, les forces sociales et politiques dénoncent les dérives qu’elles qualifient de dictatoriales du régime Tshisekedi.

Stéphie MUKINZI

Soutenez POLITICO.CD!

Si vous appréciez le travail de POLITICO.CD, sachez que votre média ne vit que des contributions et des annonces publicitaires, qui lui permettent de sauvegarder son indépendance éditoriale et de continuer à fournir des enquêtes de qualité. Dès lors, nous vous prions de faire un geste. Chaque contribution, qu'elle soit petite ou grande, fait la différence.

EN CONTINU