PUBLICITÉ

Les dirigeants de Congo Airways soupçonnés de détourner plus de 23 millions USD

L’inspection générale des Finances (IGF) soupçonne l’équipe dirigeante de la compagnie d’aviation nationale, Congo Airways, d’avoir détourné plus de 23 millions USD et pointe plusieurs cas d’irrégularités financières enregistrés.

Dans sa lettre du 28 mai adressée au Président du Conseil d’Administration de Congo Airways (PCA), l’IGF transmet à ce dernier les observations définitives sur le contrôle de la gestion financière de la compagnie d’aviation nationale, Congo Airways.

- Publicité-

À l’issue de sa mission de contrôle effectuée auprès de cette compagnie d’aviation, l’IGF déclare avoir découvert plusieurs irrégularités financières et plus de 23 millions de dollars américains détournés par l’équipe dirigeante, craignant ainsi que l’entreprise soit déclarée en faillite dans les prochains jours, souligne le courrier consulté par POLITICO.CD 

Surfacturation manifeste en faveur de fournisseur des services

L’IGF révèle à son rapport remis au Conseil d’administration de Congo Aiways, un paiement sans soubassement contractuel de 3.517. 910,80 USD au profit de la société ITM. La cession à Engen d’une somme de 946.317,90 USD et à Cobil RDC d’une somme de 1.086.625,90 USD au titre des décotes non justifiés, sommes venant de la subvention accordée à Congo Airways par le Gouvernement dans le cadre de la structure des prix des produits pétroliers.

L’existence des sorties de fonds non justifiées à la hauteur de 2.770.273 464,25 FC, paiement injustifié d’une somme de 123.200 USD en faveur d’une organisation privée dénommée « Congo Challenge » au motif d’arbitrage d’un conflit d’ordre administratif entre Congo Airways et la RVA d’une part et FPI d’autre part. Paiement de 99.600 USD de façon anticipative à la chaîne de télévision Wapicom pour diffusion des spots publicitaires violant ainsi la procédure des marchés publics ; paiement « exorbitant » de 1.917.424 USD au titre de location des matériels de transport.

En outre, l’IGF relève un paiement non justifié de 2.352.144,26 USD qu’elle considère de « surfacturation manifeste » en faveur des fournisseurs des services de douane. Puis un détournement de fonds par les agents de Congo Airways à la hauteur de 2.040.868,79 USD résultant du manque de reversement des recettes de vente des billets. Un paiement de 8.784.710 USD au titre de prestations à l’Autorité d’Aviation Civile (AAC) sans que les prestations concernées ne soient réelles pour la période allant de 2016 à 2020. La non comptabilisation de 2.456.492 USD résultant de la différence entre le chiffre d’affaires du logiciel Datawings et celui pris en recettes.

En conclusion, l’Inspection Générale des Finances (IGF) note que la mauvaise gestion de Congo Airways se matérialise par les faits ci-après : 

  • L’absence d’une politique de rationalisation des charges ; 
  • L’application d’un barème de rémunération fort onéreux ; 
  • La non déclaration et le non paiement des impôts dus à l’État aggravant ainsi le risque fiscal ; 
  • La mauvaise allocation des ressources financières ; 
  • Mauvais comportement des indicateurs de gestion tels que la situation nette, le fonds de roulement, la trésorerie nette, la rentabilité économique, la solvabilité et l’autonomie financière.

Adrien AMBANENGO

Soutenez POLITICO.CD!

Si vous appréciez le travail de POLITICO.CD, sachez que votre média ne vit que des contributions et des annonces publicitaires, qui lui permettent de sauvegarder son indépendance éditoriale et de continuer à fournir des enquêtes de qualité. Dès lors, nous vous prions de faire un geste. Chaque contribution, qu'elle soit petite ou grande, fait la différence.

spot_img

EN CONTINU