PUBLICITÉ

Le commerce illicite de l’or continue à prospérer en RDC, selon deux sénateurs américains

Le commerce illicite de l’or exfiltré vers les pays voisins de la République Démocratique du Congo continue à prospérer malgré les efforts fournis pour assainir le secteur. Le 16 avril dernier, deux Sénateurs américains qui disent avoir fait ce constat ont écrit à ce sujet, appelant à des actions contre le commerce de « l’or meurtrier » des conflits.

Dans une lettre rédigée par Cory Booker et Cardin qui disent avoir réalisé une série d’études sur la situation, les deux Sénateurs américains demandent au Secrétaire au Trésor du Département américain, Janet Yellen, de sanctionner les principaux acteurs impliqués dans le commerce de l’or des conflits. Aussi, ils lui demandent de citer nommément en Ouganda, au Rwanda et à Dubaï, les individus et les entreprises qui se livrent à ce commerce illicite en dehors de la RDC.

- Publicité-

Ces Sénateurs, citant le rapport 2020 d’une étude menée par le Groupe d’experts des Nations Unies sur la RDC, épingle les volumes d’or sortis clandestinement de la RDC. D’après eux, ces volumes “étaient nettement plus élevés que les volumes d’or commercialisés légalement”. Ils relèvent en outre que “le secteur aurifère congolais restait vulnérable à l’exploitation par des groupes armés et criminels, par des réseaux de commerce non réglementés ». “Les individus et les entreprises qui se livrent au commerce d’or illicite hors de la RDC sapent les chances de paix et de stabilité en RDC, tout en privant les populations de leur droit de bénéficier de l’immense richesse en ressources naturelles de leur pays », estiment-ils.

Pour Cory Booker et Cardin, les intermédiaires et les commandants de groupes armés s’enrichissent du commerce illicite de l’or en RDC. Des millions de citoyens du pays sont morts à la suite de conflits armés depuis les années 90; quelque 5 millions de congolais sont actuellement déplacés à l’intérieur du pays. Près d’un million de plus sont des réfugiés dans les pays voisins et plus de 19 millions ont besoin d’une aide humanitaire d’urgence, soulignent-ils.

Ainsi, au cours de l’exercice 2020, le Gouvernement des États-Unis a fourni 332 millions de dollars d’aide à la RDC. Selon l’ONU, 300 à 600 millions de dollars d’or sont sortis clandestinement de la RDC chaque année, fournissant la plus grande source de revenus aux groupes armés dans l’Est de la RDC, où environ 3,3 à 7,6 millions de personnes sont mortes en raison du conflit en cours et de l’instabilité.

Cory Booker et Cardin citent Alain Goetz et son réseau de raffinerie qui traitent l’or de source illicite de la RDC en Ouganda, au Rwanda et à Dubaï. Ils estiment que c’est le réseau le plus influent dans le commerce de l’or de conflit.

Goetz, selon les Sénateurs, a également été lié de manière crédible au blanchiment d’or d’une valeur de 300 millions de dollars du Venezuela via une raffinerie qu’il a créée en Ouganda, ce qui en fait un acteur important dans le commerce illicite de l’or mondial, sapant ainsi un objectif clé de la politique étrangère américaine dans l’hémisphère occidental.

L’or extrait des zones de conflit dans l’Est de la RDC a atteint des marchés internationaux, y compris les chaînes d’approvisionnement des grandes entreprises américaines et dans les produits que les consommateurs utilisent quotidiennement, rapportent les Sénateurs. En 2010, le Congrès a inclus une disposition dans le projet de loi de réforme Dodd Frank Wall Street (loi publique 111-203), traitant de l’exploitation minière et du commerce illicites des minerais de conflit, y compris l’or, dans le financement de la violence en RDC et aux alentours.

Cory Booker et Cardin demandent des sanctions contre ce réseau et d’autres accusés de commerce d’or illicite ou exploité illicitement en Afrique centrale. Pour eux, ces sanctions auront donc non seulement un impact positif sur les efforts de résolution des conflits dans l’Est de la RDC, mais également sur le commerce illicite de l’or dans le monde.

Par ailleurs, ils exhortent donc à tenir ces personnes et les entreprises qu’elles exploitent pour responsables de leurs actes en désignant des personnes et / ou des entités associées à Global Magnitsky.

Dans la mesure du possible, le Gouvernement américain devrait préconiser des désignations parallèles par le comité des sanctions de l’ONU sur la RDC, estiment encore ces Sénateurs, compte tenu des descriptions répétées du groupe d’experts des Nations Unies sur les entreprises contrôlées par Goetz et le commerce de l’or en conflit.

En outre, ils exhortent à émettre des avis FinCEN pour alerter les institutions financières sur les conflits et l’or à haut risque d’Afrique orientale et centrale, soulignant en particulier les risques importants présentés par le commerce d’or illicite.

Adrien AMBANENGO

Soutenez POLITICO.CD!

Si vous appréciez le travail de POLITICO.CD, sachez que votre média ne vit que des contributions et des annonces publicitaires, qui lui permettent de sauvegarder son indépendance éditoriale et de continuer à fournir des enquêtes de qualité. Dès lors, nous vous prions de faire un geste. Chaque contribution, qu'elle soit petite ou grande, fait la différence.

spot_img

EN CONTINU