lundi, septembre 14, 2020
DRC
10,390
Personnes infectées
Updated on 14 September 2020 à 14:59 14 h 59 min
DRC
370
Personnes en soins
Updated on 14 September 2020 à 14:59 14 h 59 min
DRC
9,756
Personnes guéries
Updated on 14 September 2020 à 14:59 14 h 59 min
DRC
264
Personnes mortes
Updated on 14 September 2020 à 14:59 14 h 59 min

Global Witness et PPLAAF ont fait chanter l’Afriland First Bank, révèle l’avocat français Eric Moutet

- Publicité-

Au cours d’un point de presse tenu à Kinshasa ce mercredi 08 juillet 2020, Éric Moutet, avocat de Afriland First Bank a fustigé le dernier rapport publié par les Global Witness et PPLAAF. Le rapport accuse la banque de faciliter à Dan Gertler à faire des transaction en Dollars alors qu’il est sous sanctions américaines. « Il y a derrière ça une intention et vraisemblablement un agenda caché. En tout cas, des intentions qui ne s’expriment pas. Si on pas la preuve, on ne publie pas. Si on publie malgré cela, le premier objectif n’est pas d’informer mais de diffamer« , a-t-il dit.

L’avocat français, qui confirme une plainte en bonne et due forme contre ces deux organisations en France, appelle à ce que justice soit faite. « C’est pourquoi, nous attendons dénoncer à travers la plainte que nous avons déposé. C’est vrai que reconnaissance des Ongs de ce qu’elles ont aucune preuve lorsqu’elles décident de publier, est à mettre en perspective avec l’offre que nous avons toujours proposé depuis des mois la contradiction, l’examen des preuves. Elles auraient eu le temps dans le cadre d’un débat loyal examinées les preuves que nous voulions produire. Elles n’ont pas souhaité aller sur cette démarche là. Ça interroge., » a dit l’avocat de Afriland First Bank.

Au-delà de l’action judiciaire contre Global Witness et PPLAF, Éric Moutet appelle à une vraie réflexion au sujet des rapports unilatéraux d’ONGs internationales en Afrique « qui accusent et condamnent sans jugement aucun ». S’agissant des enquêtes sollicitées par ces ongs auprès des autorités congolaises sur Dan Gertler et Afriland First Bank, Éric Moutet souligne que c’est surréaliste. « Comment des ongs étrangères peuvent venir dicter à vos dirigeants ce qu’ils doivent faire en interne dans un dossier comme celui là. Imaginez un peu des ongs congolaises viennent en France et vont dicter à Emmanuel Macron ce qu’il convient dans des dossiers industriels. Imaginez un peu la réponse des français sur une interpellation d’une telle nature? » S’est il interrogé.

Dans une vidéo parvenue à Politico.cd, des journalistes travaillant pour l’Ong Global Witness ont fait chanter des cadres de la banque congolaise Afriland First Bank CD pour obtenir des informations dans le but de les exploiter dans leurs enquêtes à charge. Et derrière ces pratiques douteuses se trouvent le sulfureux Georges Soros serait derrière connu pour son implication dans la recherche de contrôle des mines de la RDC.

Thierry Mfundu

- Advertisement -
- Advertisement -

notre sélection

Jean-Marc Kabund: « je quitte ce poste la tête haute et sans compromission »

Jean-Marc Kabund a officiellement réagi peu après sa destitution du poste du 1er vice-président de l'Assemblée nationale intervenue tard dans la soirée...

Célestin Tunda recadre Benoit Lwamba et dément avoir violé l’indépendance des juges

En réaction à une correspondance du président de la cour constitutionnelle et président du conseil supérieur de la magistrature, Benoît Lwamba Bindu...

Convocation de Kamerhe: Tryphon Kin-Kiey Mulumba « stupéfait et préoccupé » face aux termes du communiqué de l’UNC

Dans un communiqué signé par tous ses hauts cadres, également membres du gouvernement et des institutions, l’UNC dénonce un acharnement contre son...