Chers lecteurs,

Nous avons besoin de votre contribution. Avec 1 dollar ou plus, vous pouvez nous aider à garder notre journalisme à l’abri de toute influence et contribuer ainsi à améliorer la qualité de l'information en RDC.

mardi, juin 2, 2020
DRC
3,326
Personnes infectées
Updated on 2 June 2020 à 22:29 22 h 29 min
DRC
2,772
Personnes en soins
Updated on 2 June 2020 à 22:29 22 h 29 min
DRC
482
Personnes guéries
Updated on 2 June 2020 à 22:29 22 h 29 min
DRC
72
Personnes mortes
Updated on 2 June 2020 à 22:29 22 h 29 min

Les Catholiques et les mouvements citoyens vont créer un réseau commun d’observation

La transparence des prochaines élections dévient une question cruciale en République démocratique du Congo. Alors que la Commission électorale a refusé des observateurs européens et américains, à Kinshasa, les Catholiques annoncent le déploiement de leur propre réseaux de surveillance.

« Le CLC informe l’opinion tant nationale qu’internationnale qu’il organisera avec ses partenaires, particulièrement des mouvements citoyens, un réseau autonome d’observation électorale citoyenne, afin de détecter tout manquement des parties prenantes à l’éthique électorale », annonce cette organisation.

La commission électorale a annoncé lundi qu’aucun observateur européen ou américain ne serait invité à superviser le scrutin. « Il n’y aura pas d’invitation pour les observateurs de l’UE ou du Centre Carter« , a déclaré un responsable de la Ceni, faisant référence à l’organisation de l’ancien président américain Jimmy Carter qui a surveillé des dizaines d’élections dans le monde.

Pour cause, explique ce responsable à l’AFP, une évaluation « non professionnelle » faite le Centre Carter des élections de 2011 en RDC avait « presque provoqué une guerre ». De son côté, l’Union Européenne est en bras de fer avec les autorités de Kinshasa suite aux sanctions prises contre 15 proches du président Joseph Kabila et officiels congolais. Kinshasa réclame toujours la levée de ces sanctions qui touchent notamment le candidat du pouvoir à la Présidentielle, Emmanuel Ramazani Shadary.

La Commission électorale a cependant invité des observateurs de diverses organisations africaines, dont l’Union africaine. Pour la CENI,  « les élections ne peuvent pas être valables seulement si l’UE et le Centre Carter sont présents« . Le mois dernier, les autorités congolaises ont déclaré que ces élections qui se tiendront le 23 décembre se dérouleront sans l’aide de la communauté internationale. Kinshasa a décliné toute offre de conseils, de surveillance et de financement pour organiser ces scrutins.

- Publicité -

notre sélection

Jean-Marc Kabund: « je quitte ce poste la tête haute et sans compromission »

Jean-Marc Kabund a officiellement réagi peu après sa destitution du poste du 1er vice-président de l'Assemblée nationale intervenue tard dans la soirée...

Célestin Tunda recadre Benoit Lwamba et dément avoir violé l’indépendance des juges

En réaction à une correspondance du président de la cour constitutionnelle et président du conseil supérieur de la magistrature, Benoît Lwamba Bindu...

Convocation de Kamerhe: Tryphon Kin-Kiey Mulumba « stupéfait et préoccupé » face aux termes du communiqué de l’UNC

Dans un communiqué signé par tous ses hauts cadres, également membres du gouvernement et des institutions, l’UNC dénonce un acharnement contre son...