PUBLICITÉ

Quand Shadary veut faire mieux que Kabila

Poursuivre et améliorer l’oeuvre de Kabila. C’est  globalement ce que propose Emmanuel Razamani Shadary une fois élu. Devant une salle remplie de monde hier au luxueux Pullman Hotel à Kinshasa, l’ancien Vice-Premier ministre a dressé un programme incroyablement ambitieux, contrastant, dès sa première année, au règne du pouvoir actuel dont il fait pourtant partie.

Tout en saluant le bilan de son prédécesseur, qu’il qualifie de « père de la démocratie congolaise », Emmanuel Ramazani propose néanmoins de tripler son budget annuel. « Le défi sera dans la capacité à créer, mobiliser et protéger contre les pillages, le coulage des recettes et les richesses nationales« , dit-il. Des propos qui contrastent avec les 17 ans de règne de Kabila, où le budget annuel n’a jamais dépassé le 8 milliards de dollars .

- Publicité-

« Je verrai donc à ce que toute forme de violences de règles, dont le clientélisme, l’abus du pouvoir, l’impunité, la corruption, la fraude perpétrée à tous les niveaux, soient systématiquement sanctionnées conformément aux lois de la République», promet-t-il.

Renforcement de l’autorité de l’État, construire une économie diversifiée et compétitive,  lutter contre la corruption et l’accès aux services sociaux de base, Renforcer le rôle géostratégique de la République Démocratique du Congo… tels sont les autres objectifs énumérés de ce projet qui n’ont pas manqué de faire parler d’eux.

« La quaisi-totalité des programmes, mis à part celui de Freddy Matungulu, sont dénoués de toute réalité. Mais le plus frappant avec celui de Ramazani Shadary est sans doute ses prétentions à faire mieux que Kabila. Rien que tripler le budget du jour au lendemain est un doux euphémisme« , explique un analyste à Kinshasa.

Mais lui Shadary semble y croire. « Mon programme se fonde sur les atouts majeurs que la RDC a sur le plan politique, économique et social (…) Je fonde ma vision sur la valorisation de l’homme congolais, de sa fierté et de sa dignité », a-t-il clamé. Ou encore.« Moi président, je vais lutter contre la corruption, le clientélisme« 

Soutenez POLITICO.CD!

Si vous appréciez le travail de POLITICO.CD, sachez que votre média ne vit que des contributions et des annonces publicitaires, qui lui permettent de sauvegarder son indépendance éditoriale et de continuer à fournir des enquêtes de qualité. Dès lors, nous vous prions de faire un geste. Chaque contribution, qu'elle soit petite ou grande, fait la différence.

spot_img

EN CONTINU