Jean-Marc Kabund traduit en justice pour « convocation frauduleuse » du congrès de l’UDPS

0
825

Le secrétaire général de l’UDPS, Jean-Marc Kabund A Kabund est appelé à comparaître devant le tribunal de paix de Kinshasa/Matata ce 28 mars, soit 2 jours avant le congrès de son parti devant désigner le successeur d’Étienne Tshisekedi, pour avoir signé « frauduleusement » le 13 mars 2018 « un acte appelé décision convoquant le congrès de l’UDPS pour le 30 au 31 mars 2018″, indique la convocation lui a dressée.

Le plaignant s’appelle, Tharcisse Loseke Nembalemba, président de l’UDPS du premier ministre Bruno Tshibala. Selon lui, Jean-Marc Kabund s’est arrogé le pouvoir en convoquant ce congrès en qualité de  » président intérimaire  » avec l’intention de nuire aux intérêts de ce parti.

En réalité, il a violé l’article 26 des statuts de l’UDPS qui prévoit qu’en cas de la disparition du président national de l’UDPS comme cela a été le cas le premier février 2017 lors du décès d’Étienne Tshisekedi, le pouvoir de convoquer le congrès revient au directoire du parti et cela endéans un mois. Jean-Marc Kabund s’est simplement substitué au directoire en prenant cette décision de convoquer le congrès se plaint Tharcise Loseke.

Par conséquent Jean-Marc Kabund doit être « arrêté immédiatement; condamné pour faux en écriture et usage de faux; condamné au paiement des dommages et intérêts de l’ordre de 100 mille dollars payables en francs congolais ;  » et que le tribunal détruise « l’acte incriminé faux à l’occurrence la décision de convocation du congrès du 13 mars 2018 », exige le plaignant.

Pourtant, c’est à titre individuel que l’actuel premier ministre Bruno Tshibala a convoqué en décembre 2017 le congrès dit de l’UDPS (l’UDPS Limete lui déniant la qualité de convoquer le congrès et d’utiliser le label UDPS parce que auto-exclu en avril 2017) au terme duquel il a été élu le 10 décembre par acclamation, président de l’UDPS.

A l’UDPS Limete, l’on considère que l’article 26 des statuts de ce parti évoqué par Tharcisse Loseke, accorde bel et bien le pouvoir au secrétaire général Jean-Marc Kabund de convoquer le congrès devant permettre la succession d’Étienne Tshisekedi comme il l’a fait.