mercredi, septembre 30, 2020
DRC
10,659
Personnes infectées
Updated on 30 September 2020 à 16:03 16 h 03 min
DRC
248
Personnes en soins
Updated on 30 September 2020 à 16:03 16 h 03 min
DRC
10,139
Personnes guéries
Updated on 30 September 2020 à 16:03 16 h 03 min
DRC
272
Personnes mortes
Updated on 30 September 2020 à 16:03 16 h 03 min

Le Congrès américain demande des sanctions contre Evariste Boshab et Kalev Mutond

- Publicité-

Le  Congrès américain a adressé une lettre à Barack Obama pour lui demander de prendre de « nouvelles sanctions » contre des autorités congolaises qui, selon lui, bloqueraient le processus démocratique en République démocratique du Congo.

« Nous apprécions les efforts déployés par votre Administration (Barack Obama) pour promouvoir la bonne gouvernance en République démocratique du Congo (RDC) en décrétant des sanctions aux hauts fonctionnaires qui constituent une menace pour la paix. Cependant, nous vous exhortons à étendre la portée des sanctions américaines et à les coordonner avec les partenaires européens afin d’aider à éviter ce que beaucoup d’observateurs, y compris les fonctionnaires de l’Administration, redoutent une nouvelle instabilité à la fin du mandat de Joseph Kabila le 19 décembre de cette année, conformément à la limite prescrite par la Constitution de la RDC.« , déclare cette lettre adressée au président américain Barack Obama.

Lundi, des médias américains annonçaient l’éventualité des nouvelles sanctions des Etats-Unis contre les membres de la famille du président Joseph Kabila et  d’autres officiels et proches du pouvoir en République démocratique du Congo.   Cette nouvelle listes des sanctions comprendrait Kalev Mutond, Alexis Thambwe Mwamba, Emmanuel Andrupiako, Albert Yuma Mulimbi, Moïse Ekanga, Zoé Kabila et Jaynet Kabila,  ainsi que d’autres « puissants alliés de Kabila », révèle le site OpenSourceInvestigations.com . Ces dignitaires congolais font tous partie de l’entourage du président Joseph Kabila, que les Etats-Unis soupçonnent de vouloir se maintenir au pouvoir « par la force ». 

« Les éléments de preuve publiquement disponibles suggèrent que d’autres hauts fonctionnaires sont des cibles appropriées pour les sanctions américaines. Il s’agit notamment d’Evariste Boshab, vice-premier ministre chargé du ministère de l’Intérieur, qui est considéré comme l’un des principaux architectes de l’effort visant à étendre le pouvoir du président Kabila, et Kalev Mutond, directeur de l’Agence nationale de Renseignements, qui est impliquée dans des violations flagrantes des droits de l’homme, y compris la répression violente et la détention extrajudiciaire des militants de l’opposition et de la société civile, ainsi que des ingérences flagrantes dans le secteur de la justice. Sanctionner les personnes impliquées dans de telles activités enverra un signal clair que les États-Unis sont fermement en faveur du peuple congolais et leur désir d’une transition démocratique du pouvoir« , explique cette lettre datée du 1er novembre 2016.

Le général Gabriel Amisi Kumba, actuel commandant de la 1e zone de défense du pays, et le général John Numbi, ancien inspecteur de la police nationale, ont été placés sur la liste noire par le département du Trésor américain en septembre dernier. Leurs avoirs aux Etats-Unis sont gelés et il est interdit aux américains de réaliser des transactions avec eux. Le général Amisi, ancien chef d’état-major, est accusé d’avoir commandé des unités de l’armée responsables de la répression des manifestations politiques à Kinshasa. Quant à John Numbi, un conseiller influent du chef de l’Etat, il est accusé d’avoir menacé des candidats de l’opposition lors des élections des gouverneurs, en mars dernier, pour les contraindre à se retirer de la course au profit des candidats du pouvoir. En juin dernier, le général Célestin Kanyama avait inauguré cette liste des personnes sanctionnées pour les mêmes accusations.

Le 10 octobre 2016, l’Union Européenne a demandé à la République démocratique du Congo d’organiser des élections en 2017, menaçant de sanctions individuelles ceux qui s’opposeraient à ce processus.

« Monsieur le Président, une plus grande instabilité en République démocratique du Congo aurait de graves conséquences pour l’Afrique centrale et la communauté internationale dans son ensemble. La RDC traverse neuf pays sur le continent africain et une explosion soudaine de réfugiés causerait des ravages dans une région où le Soudan du Sud, la République centrafricaine et le Burundi sont déjà en crise, alors que la République du Congo et le Gabon ont également connu des troubles politiques récents . Comme vous le savez, le temps presse rapidement, compte tenu de l’opposition croissante à l’extension de la règle du président Kabila. Nous exhortons votre Administration à prendre les mesures les plus fortes« , conclu cette lettre du Congrès des Etats-Unis.

Les autorités congolaises n’ont pas souhaité réagir à cette information.

- Advertisement -

 

6 Commentaires

  1. Ils etaient ou pendant toutes ces annees ces comediens congressistes? Leur presendent et eux -memes sont sur le point de partir. S’ils aimaient le peuple congolais, ilya long temps qu’ils auraient ete corriaces contre ces personnes precitees ainsi que d’autres. On doit bien se mefier des bonnes intentions de derniere minute qui ne changent plus rien dans la realite presente de la RDC

  2. PASSEZ AUX ACTES CONTRE CES CRIMINELS AU SOMMET DE L’ÉTAT, ARRÊETEZ DE FAIRE DES FAITS D’ANNONCES COSMÉTIQUES, CAR LE 19 DÉCEMBRE 2016, LE PEUPLE CONGOLAIS LUI VA PASSER AUX ACTES POUR FAIRE PARTIR CE RÉGIME ILLÉGITIME ET ILLÉGAL À PARTIR DU 20 DÉCEMBRE 2016. C’EST PAR L’ATICLE 64 DE LA CONSTITUTION QUE LE PEUPLE SOUVERAIN FERA BARRAGE À CETTE TYRANNIE.

  3. LE POUVOIR SUPRÊME ÉMANE DU PEUPLE KONGO SOUVERAIN PRIMAIRE (ARTICLE 5 DE LA CONSTITUTION). LE RASSEMBLEMENT DE GENVAL UN CONGLOMÉRAT D’AVENTURIERS FAUX POLITICIENS CORROMPUS JUSQU’A LA MOELLE ÉPINIÈRE EXPERTS EN MANŒUVRES POLITIQUES DILATOIRES A UN GRAND INTÉRÊT GÉNÉRAL A RESPECTER LE PEUPLE KONGO SOUVERAIN PRIMAIRE SINON ILS SERONT DES MOUTONS NOIRS DE L’HISTOIRE DU KONGO SANS HÉROÏSME… VIVE LE SOULÈVEMENT POPULAIRE (ARTICLE 64 DE LA CONSTITUTION)…VIVE LA REVOLUTION… INGETA

  4. Le peuple congolais privé de tous ses droits dont celui de se rassembler et de possession d’une carte nationale d’identité malgré la présence sur son territoire d’une multitude des personnes s’autoproclamant d’être congolaises, ne se plaindraient pas pour des mesures qui lui paraîtraient salutaires pour sa survie sur cette planète TERRE !!!

  5. Deux congolais idiots du régime que notre pays a connu depuis l’indépendance de notre pays, leur place est en prison.
    Je ne sais pas si leurs enfants sont fièrement de leurs pères au moins qu’ils soient aussi idiots.

Comments are closed.

notre sélection

Jean-Marc Kabund: « je quitte ce poste la tête haute et sans compromission »

Jean-Marc Kabund a officiellement réagi peu après sa destitution du poste du 1er vice-président de l'Assemblée nationale intervenue tard dans la soirée...

Célestin Tunda recadre Benoit Lwamba et dément avoir violé l’indépendance des juges

En réaction à une correspondance du président de la cour constitutionnelle et président du conseil supérieur de la magistrature, Benoît Lwamba Bindu...

Convocation de Kamerhe: Tryphon Kin-Kiey Mulumba « stupéfait et préoccupé » face aux termes du communiqué de l’UNC

Dans un communiqué signé par tous ses hauts cadres, également membres du gouvernement et des institutions, l’UNC dénonce un acharnement contre son...