Chers lecteurs,

Nous avons besoin de votre contribution. Avec 1 dollar ou plus, vous pouvez nous aider à garder notre journalisme à l’abri de toute influence et contribuer ainsi à améliorer la qualité de l'information en RDC.

dimanche, mai 31, 2020
DRC
3,070
Personnes infectées
Updated on 31 May 2020 à 11:26 11 h 26 min
DRC
2,550
Personnes en soins
Updated on 31 May 2020 à 11:26 11 h 26 min
DRC
448
Personnes guéries
Updated on 31 May 2020 à 11:26 11 h 26 min
DRC
72
Personnes mortes
Updated on 31 May 2020 à 11:26 11 h 26 min

Acte I: Thierry Taeymans, l’homme se croyait invulnérable

En liberté provisoire, déchu de son poste de Directeur général de la Rawbank, la première banque de la RDC, avec 1 800 collaborateurs, 400 000 clients et un total de bilan de 1,7 milliard de dollars en 2018 ; Thierry Taeymans n’en a pas fini avec la justice congolaise. Avec sa banque, l’homme est au cœur même d’un des plus grands scandales politico-financiers au pays. Pourquoi et comment en est ont arrivé là. A travers une enquête exclusive, retrouvez l’histoire du banquier du scandale des 100 jours sur POLITICO.CD tout au long du week-end, en collaboration avec le magazine Kin’s.

Bruxelles, 2008. La Belgolaise, « la seule banque européenne totalement dédiée à l’Afrique », filiale à 100% de la banque française Fortis, a été radiée, ses dirigeants interdits de tout métier dans le secteur de la banque, accusés par la CTIF, la Cellule belge de traitement d’informations financières saisie par le Conseil de sécurité de l’ONU et par le juge d’instruction Michel Claise, de participation à des opérations de blanchiment d’argent à des fins d’achats d’armes et d’enrichissement des dirigeants en lien avec le Congo en payant plusieurs millions de $ en cash.

Kinshasa, 2020. Un ancien de la Belgolaise à la tête de la première banque commerciale du Congo, Rawbank, propriété de cinq frères issus d’une communauté indo-pakistanaise musulmane arrivée au Congo depuis plusieurs générations, a été mis aux arrêts et est poursuivi par le procureur général Adler Kisula Betika Yeye dans une vaste opération anti-corruption pour des décaissements de plusieurs millions de $ en cash dont la raison supposée est le blanchiment et l’enrichissement des individus.

Quel lien entre ces deux affaires ? Voyage au coeur d’un feuilleton

A un moment de son histoire, sans s’y attendre le moins, le Congo reçut sur son territoire trois types d’hommes blancs. Ceux venus avec l’explorateur Diégo Cao furent les premiers à fouler son sol dès le XVe siècle. Ce furent des Portugais, des compatriotes de l’explorateur. Depuis la côte Atlantique d’où ils débarquaient des flottilles, ils se lançaient à la capture des Noirs. Ce fut le début de la traite négrière au Congo. Transformés en esclaves, embarqués sur des navires, ils étaient déportés par millions vers des plantations américaines de la côte sud où ils servaient de main d’œuvre bon marché. Sur cette côte ouest du Continent, le Congo constituait une mine d’esclaves. De ce trafic, le pays fut celui qui en pâtit le plus…

Recherchés jusque sur les terres de l’arrière-pays, ramenés à la côte, les captifs arrivaient les mains liées, le carcan au cou, le nom du trafiquant gravé dans la chaîne. Ces hommes et ces femmes étaient les plus agiles de cette côte. Sur les marchés d’esclaves, ils étaient les mieux cotés.

Le marin portugais ne venait pas seul.

- Publicité-

Pantalon de tissu coton kaki couleur blanche, salacot fait de liège et de tissus avec ruban noir sur la tête, le colon blanc se faisait accompagner d’un prêtre qui avait mission de répandre la religion catholique sous les tropiques pour faire passer l’une des pires campagnes de traite des Noirs de l’histoire du monde.

Mais les Portugais étaient aussi d’excellents commerçants. Partout où ils passaient, ils créaient des factoreries. Ces hommes furent rejoints plus tard par des Néerlandais, des Anglais, des Français, etc., et, à la fin du XIXe siècle, par des Belges agrippés à des prêtres capucins.

Des hommes d’origines et d’intérêts divers qui allaient bientôt s’affronter. Unis dans la défense du Christianisme considéré comme source de puissance pour contrer le pouvoir coutumier et le mépris de l’Islam dont de riches musulmans se lançaient dans des razzias à l’Est pour se procurer de l’ivoire et des esclaves, ces Européens détruisaient les religions africaines.

Simon Kimbangu et ses affidés qui prêchent ce qui deviendra plus tard l’Eglise de Jésus Christ sur la terre par son envoyé spécial Simon Kimbangu, furent relégués aux confins du Katanga. Ils y trouveront la mort… Mais le but de ces colons était ailleurs : la conquête et la domination des riches terres d’Afrique.

Après le déclin du Portugal replié en Angola, le retrait des Anglais apeurés par les médias des îles évoquant des soupçons de génocide quand les idées de 1789 prenaient de plus en plus place dans l’opinion publique conduisant à l’abolition de ce commerce, les Belges restent les maîtres du jeu.

publicité

En février 1885, à la Conférence de Berlin, Bismarck cède le Congo au roi des Belges qui en fait sa propriété privée mais le règne de ce monarque monte en flèche les horreurs. En 1888, survient le pneumatique gonflable moderne Dunlop inventé par l’Ecossais John Boyd Dunlop et la tragédie du « caoutchouc rouge » que décrit le journaliste américain Adam Hochschild dans son livre King Leopold’s Ghost (traduction française « les Fantômes du roi Léopold II, un holocauste oublié ») parut début octobre 1998.

Si, pour Adam Hochschild, ce roi est un « croque-mitaine, le génie du mal dirigeant la mise à sac de l’Etat indépendant du Congo depuis le lit de sa maîtresse », écrit le Belge Etienne Van De Walle, ce roi est, pour les Belges de sa « génération, « le grand roi » dont les statues peuplent les rues de Bruxelles ».

On pourrait dire autant de Thierry Taeymans, l’un des fervents admirateurs d’un roi dont les crimes font l’objet du film de l’acteur et réalisateur hollywoodien Ben Affleck tiré du livre de son compatriote Hochschild. Exécutions punitives, mutilations, villages entiers brûlés, etc., que de livres et de films sur ces cruautés.

L’un d’eux « Le roi blanc, le caoutchouc rouge et la mort noire », un documentaire anglais diffusé en 2004 sur une chaîne de télévision belge, « atterre » le Belge flamand Karel De Gucht, ministre des Affaires étrangères sans qu’une parole officielle belge à l’endroit du Congo n’ait été jamais prononcée.

Retourné en Belgique après un court passage à Kinshasa à l’ex-Banque Commerciale du Zaïre débaptisée BCDC, Thierry Taeymans appartient à la droite belge. Il habite un modeste immeuble de la commune francophone libérale de Waterloo.

- Publlicité-

Soixante ans après son indépendance, la porte d’entrée du Congo en Europe reste la Belgique. Chef du Gouvernement belge, Leonard Clemence Tindemans décrit le rapport du « Plat Pays » du chanteur Jacques Brel avec son ancienne colonie en ces termes : « La Belgique est la lucarne par laquelle le monde observe le Congo ». Une manière pour ce Flamand de droite de faire valoir la parole belge sur le Congo. Comme sous le Zaïre de Mobutu, la Belgique passe pour le Congo comme son commercial terrain, un VRP.

En 2001, une rencontre de Taeymans à Bruxelles avec un membre d’une fratrie indo-pakistanaise musulmane installée au Congo depuis plusieurs générations scelle un moment d’histoire qui permet à ce Belge de faire le voyage retour dans l’ex-colonie et de se hisser à la tête d’une banque dont il place l’enseigne, en moins de deux décennies, grâce à un business model bien particulier et à ses amitiés politiques, au fronton de la banque congolaise.

Portée en 2002 sur les fonts baptismaux, plus de dix ans plus tard, en 2016, Rawbank s’installe à la première marche de la banque commerciale au Congo. Elle se vante d’être « la première et la seule banque du Congo » à passer le cap du milliard de $, soit un total bilantaire de 1,2 milliard de $. Outre des chiffres astronomiques pour une banque œuvrant dans un pays aussi peu bancarisé : 781 millions de $ de dépôts ; 451,4 millions de $ de crédits ; 65,2 millions de $ de produit net bancaire ; 95,6 millions de $ de fonds propres ; 5,2 millions de $ de résultat net.

Comment cette banque a opéré pour réaliser ces résultats ?

Qu’importe ! Rawbank nourrit le rêve de quitter les frontières congolaises pour se hisser en une banque panafricaine en même temps de construire la première bourse des valeurs du pays. Si dans les milieux de la finance et des affaires, cette position fait du Belge un homme incontournable, elle finit par le perdre.

T. MATOTU, in Kin’s, sous le titre original « L’esprit colonial trempé, M. Taeymans se croyait invulnérable »

2 Commentaires

  1. C’est quand-même assez triste que des personnes interdites d’opéré dans le secteur financiers,sont blanchis et travaillent sans être inquiétés dans ce pays qui est la RDC.

Comments are closed.

notre sélection

Jean-Marc Kabund: « je quitte ce poste la tête haute et sans compromission »

Jean-Marc Kabund a officiellement réagi peu après sa destitution du poste du 1er vice-président de l'Assemblée nationale intervenue tard dans la soirée...

Célestin Tunda recadre Benoit Lwamba et dément avoir violé l’indépendance des juges

En réaction à une correspondance du président de la cour constitutionnelle et président du conseil supérieur de la magistrature, Benoît Lwamba Bindu...

Convocation de Kamerhe: Tryphon Kin-Kiey Mulumba « stupéfait et préoccupé » face aux termes du communiqué de l’UNC

Dans un communiqué signé par tous ses hauts cadres, également membres du gouvernement et des institutions, l’UNC dénonce un acharnement contre son...

POLITICO.CD a besoin de vous!

Contrairement à de nombreuses organisations de presse, nous ne diffusons pas d’informations sponsorisées. Ainsi, nous avons besoin de vos contributions pour continuer à démocratiser l’accès à l’information en RDC, si précieuse et essentielle pour protéger notre indépendance éditoriale.

Les + récents

L’ambassadeur des USA en RDC salue l’arrestation de +, un des puissants chefs de la milice Kamuina Nsapu

L'ambassadeur des USA en RDC, Mike Hammer salue l'arrestation de Trésor Mputu, un des puissants chefs de la milice Kamuina Nsapu.

Covid-19 au Sud-Kivu : la commune d’Ibanda en confinement total à partir de ce lundi 01 juin

Face à l'augmentation des cas de covid-19 à Bukavu au Sud-Kivu, soit de 4 à 16 cas et puis de 16 à...

Kinshasa: Travaux d’aménagement des marchés municipaux pour accueillir les vendeurs du marché central

Dans le cadre de l'opération "Kinshasa Bopeto" , initiée par Gentiny Ngobila Mbaka, l'hôtel de ville de Kinshasa a entrepris les travaux...
- Publicité-