Chers lecteurs,

Nous avons besoin de votre contribution. Avec 1 dollar ou plus, vous pouvez nous aider à garder notre journalisme à l’abri de toute influence et contribuer ainsi à améliorer la qualité de l'information en RDC.

lundi, juin 1, 2020
DRC
3,070
Personnes infectées
Updated on 1 June 2020 à 7:27 7 h 27 min
DRC
2,550
Personnes en soins
Updated on 1 June 2020 à 7:27 7 h 27 min
DRC
448
Personnes guéries
Updated on 1 June 2020 à 7:27 7 h 27 min
DRC
72
Personnes mortes
Updated on 1 June 2020 à 7:27 7 h 27 min

Coronavirus en RDC: nécessité de renforcer les mesures de prévention

Le virus qui secoue le monde entier et fait des morts dans plusieurs pays est déjà confirmé à Kinshasa. Un visiteur indésirable étend déjà ses tentacules impitoyablement. Deux cas confirmés, c’est assez pour éveiller la conscience de la population et tiquer l’agir des autorités pour endiguer la propagation de cette maladie meurtrière.

Sous d’autres cieux, des dispositions sont prises pour contenir ce fléau dévastateur du monde des humains. Des Universités, écoles sont fermées momentanément en France, des vols venant d’Europe, épicentre du Coronavirus sont suspendus aux États-Unis, au Canada le rassemblement de plusieurs personnes prohibé. Le monde sportif n’est pas en reste. L’organe mondial du football a suspendu toutes les compétitions de toutes les disciplines pour éviter la contagion. Coronavirus vient ainsi perturber la cour normale de l’histoire, la marche du monde est ciselée.

Au niveau africain, pas grand chose. Seule la confédération africaine de football (CAF) a reporté les matches des éliminatoires de la coupe d’Afrique des nations prévus fin mars début avril. Oui, il faut en sauver plus d’un millier.

Au pays natal

En République démocratique du Congo, rien de grand ne semble fait ou envisagé, alors que le pays vit déjà avec le virus dans le ventre. Seule la Fédération congolaise de football (FECOFA) a annulé les rencontres de la Ligue nationale de football (Linafoot) prévues ce week-end. La maladie se transmet par la simple toux, salutation et respiration. Au stade, c’est son lieu de prédilection pour atteindre un grand nombre en un laps de temps.

A Kinshasa, l’Hôtel de ville se contente d’envoyer le ministre provincial de la santé intervenir sporadiquement dans des émissions ponctuelles s’il est sollicité. Aucun programme phare pour sensibiliser la population qui émet encore des doutes sur la présence réelle de cette maladie dans la capitale Kinshasa. Au niveau des écoles, les lave-mains sont visibles, mais ne suffisent pas. Les élèves adorent se saluer, se serrer la main, moyen propice de propagation. Pas un programme officiel non plus pour conscientiser, même pas dans les Universités.

Les Recteurs et préfets, le ministre de l’enseignement primaire, secondaire, son homologue de l’enseignement supérieur et universitaire dorment sur leur laurier. Ils estiment comme tout Congolais qu’il s’agit d’une chimère. Dans les aéroports en provinces, le contrôle n’a pas changé d’un iota. Les mesures demeures traditionnelles, pas une innovation. Oui, pas de renforcement jusque là.

Au marché, les gens se frottent comme d’habitude. Le rythme reste le même comme s’il n’y avait pas le virus dans leurs murs. La majorité pense que Coronavirus ne peut pas résister à la chaleur au Congo Kinshasa et en Afrique. Des déclarations sans fondement scientifique sont entendues à la cité à longueur des journées. Les Pasteurs et prêtres des églises en font peu de cas dans leurs prêches. Beaucoup privilégient l’option d’une maladie maléfique créée par la Chine pour des raisons inavouées. Mais ici, les fidèles prient quand même et implorent la grâce de bon Dieu pour que son peuple congolais n’en périsse. Une initiative digne d’éloge, mais qui mérite d’être accompagnée des mesures de prévention, de protection. C’est cela le pragmatisme. Rien n’est à remettre à demain, l’urgence s’impose en vue de sauver des vies.

Les Congolais sont déjà morts de moult rébellions, d’un autre virus Ebola. Halte à une éventuelle épidémie. Certains ministres sont interpelés par ce qui paraît aujourd’hui comme un simple virus. La santé, l’éducation, l’intérieur et les autres sont appelés à travailler en synergie pour éviter l’irréparable.

Édouard Bajika

- Publicité -

notre sélection

Jean-Marc Kabund: « je quitte ce poste la tête haute et sans compromission »

Jean-Marc Kabund a officiellement réagi peu après sa destitution du poste du 1er vice-président de l'Assemblée nationale intervenue tard dans la soirée...

Célestin Tunda recadre Benoit Lwamba et dément avoir violé l’indépendance des juges

En réaction à une correspondance du président de la cour constitutionnelle et président du conseil supérieur de la magistrature, Benoît Lwamba Bindu...

Convocation de Kamerhe: Tryphon Kin-Kiey Mulumba « stupéfait et préoccupé » face aux termes du communiqué de l’UNC

Dans un communiqué signé par tous ses hauts cadres, également membres du gouvernement et des institutions, l’UNC dénonce un acharnement contre son...