jeudi, juillet 2, 2020
DRC
7,189
Personnes infectées
Updated on 2 July 2020 à 16:25 16 h 25 min
DRC
4,696
Personnes en soins
Updated on 2 July 2020 à 16:25 16 h 25 min
DRC
2,317
Personnes guéries
Updated on 2 July 2020 à 16:25 16 h 25 min
DRC
176
Personnes mortes
Updated on 2 July 2020 à 16:25 16 h 25 min
publicité

Est de la RDC: le prix à payer pour la paix

L'Est de la République démocratique du Congo est toujours foyer de violences de groupes armés. Alors que le président Félix Tshisekedi y déploie toute son énergie, avec une certaines réussite, il est temps de prendre le terreau par les cornes et en y adoptant des mesures concrètes, notamment sur le plan judiciaire, afin de ramener la paix.

Les opérations dites  » de grande envergure  » lancées par les Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC) semblent fructifier. Nonobstant quelques poches d’insécurité, des massacres des civils enregistrés sporadiquement ces derniers temps, il y a une grande avancée dans la traque de la ribambelle de rebelles qui se trouvent retranchés, à la recherche d’une bouffée d’oxygène.

C’est le premier résultat de l’installation du quartier général avancé des FARDC dans cette partie du pays meurtrie par des guerres aux allures sempiternelles. L’armée est motivée, des instructions claires sont données pour mettre en déroute moult groupes armés qui tuent, égorgent, pillent et violent à ciel ouvert. Ce succès, avouons-le, a commencé avec l’avènement d’un nouveau régime au pouvoir.

Ces groupes armés ont tué des millions de Congolais endéans une vingtaine d’années. Certains foyers vivent en brousse, chassés dans leurs propres villages. Plusieurs scenari politiques furent organisés pour endiguer ces tueries, mais c’était sans savoir qu’il y avait anguille sous roche.

A un an

Tshisekedi qui n’a qu’une année au pouvoir semble être sur la bonne voie pour contenir les assauts des ADF et autres égorgeurs. Des révélations troublantes ont mis à nu certains responsables des tueurs. Plusieurs rapports pointent du doigts certains Congolais qui soutiendraient certains groupes opérant au Nord et Sud Kivu. Félix Tshisekedi lui-même l’a dit à Londres devant la diaspora congolaise « Les tueries dans l’Est sont entretenues par nos frères et non par les étrangers « 

La Radio France Internationale (Rfi) a révélé dans son journal du jeudi 13 février 2020 que l’ancien Directeur général de l’Agence nationale des renseignements (ANR) interpellé à l’aéroport international de Ndjili, a des liens directs avec le M23, ce groupe rebelle au passé peccamineux. L’ex-patron des renseignements n’est pas seul à être cité dans ces dossiers, certaines personnalités politiques, des Élus et des responsables au sein de l’armée, sont indubitablement impliqués. Ironie du sort, ces présumés financiers sont libres et occupent de hautes fonctions politiques et militaires.

L’Etat congolais est resté aphone devant ces soupçons. Aucun dossier judiciaire n’a été ouvert, même pas à l’endroit d’un seul pour en avoir le coeur net. Personne n’est jusqu’à ce jour, inquiété.

Les Responsables militaires sont toujours là au commandement au sein de l’armée. L’envoyé spécial des États-Unis pour le Grand Lac n’a pas mâché les mots au Chef de l’Etat congolais récemment : «  Nous sommes (USA) limités de vous apporter une quelconque aide militaire, étant donné que des personnalités dans l’armée sont encore en fonction et circulent librement, alors qu’elles sont sanctionnées par l’Union européenne et les USA « , avait conclu Peter Pham.

Arrêter les tireurs des ficelles

L’implicite du discours de l’envoyé spécial met Félix Tshisekedi devant ses responsabilités. Ce sont les non dit de la communication. La Présidente de l’Assemblée nationale peut arriver sur place, le Cardinal, ce ne sont que de simples visites de compassion.

La paix totale au Nord et Sud Kivu dépend du Chef de l’Etat, Magistrat et Commandant suprême des FARDC. Si les personnes impliquées dans ces massacres sont traduites en justice et punies, cela découragerait les potentiels partenaires des groupes armés. Les USA apporteront leur expertise, logistique et personnel pour éradiquer ces fameux rebelles. Ce sont ces généraux qui détournent des armes destinées aux FARDC pour les orienter vers les rebelles. Des voix se sont levées au sein des FARDC pour dénoncer cette pratique. Mais dernière ces généraux, se cachent des puissances obscures.

Félix Tshisekedi a certes la volonté d’en finir avec les groupes armés, mais il doit écarter des FARDC tous les complices en les livrant à la justice. Les nouveaux Magistrats nommés ont le devoir patriotique de se saisir de tous ces dossiers. Les laisser circuler impunément au nom d’une coalition ou alliance politique, c’est accepter que des rivières des larmes qui coulent depuis une vingtaine d’années dans l’Est du pays, ne sèchent pas.

Édouard Bajika

- Publicité -

3 Commentaires

  1. Si la rdc doit commencer à arreter toutes les personnes citées de corruption et de malversations par les médias étrangers et par les impérialistes, alors la rdc finira d’exister.
    Ces occidentaux ont accusé Saddam Hussein de détenir es armes de destruction massive et ils l’ont assassiné. Enfin de compte, rien de vrai. Ils ont accusé Gheddafi de tuer son peuple, ils l’on assassiné et le peuple lybien vit pire que du temps de Gheddafi, etc. Congolais, ouvre l’oeil et le bon! Etudie bien ton histoire. Pense à Patrice Eméry LUMUMBA. L’histoire de la rdc ne sera jamais écrite ni à Bruxelles, ni à Paris, ni à New York, mais à Kinshasa et par les congolais eux-mèmes. Ne l’oublie pas, pauvre congolais.

  2. Bravo! Bien vu mr. Fitaku. Ce qu’ils n’ont pas réussi d’avoir par la guerre en se servant de rwanda et de l’ouganda, ils veulent l’avoir par les congolais eux-même.

Comments are closed.

notre sélection

Jean-Marc Kabund: « je quitte ce poste la tête haute et sans compromission »

Jean-Marc Kabund a officiellement réagi peu après sa destitution du poste du 1er vice-président de l'Assemblée nationale intervenue tard dans la soirée...

Célestin Tunda recadre Benoit Lwamba et dément avoir violé l’indépendance des juges

En réaction à une correspondance du président de la cour constitutionnelle et président du conseil supérieur de la magistrature, Benoît Lwamba Bindu...

Convocation de Kamerhe: Tryphon Kin-Kiey Mulumba « stupéfait et préoccupé » face aux termes du communiqué de l’UNC

Dans un communiqué signé par tous ses hauts cadres, également membres du gouvernement et des institutions, l’UNC dénonce un acharnement contre son...