PUBLICITÉ

RDC: Richard Muyej, Monsieur Cobalt!

Indispensable aux smartphones, voitures électriques et batteries, le Cobalt, dit métal bleuté, est la clé de l’après-pétrole à travers le monde.  Le cobalt, qui permet aux batteries de stocker l’énergie sans surchauffer, est au cœur de la révolution technologique qui doit nous délivrer du pétrole. De 2016 à 2018, le prix de ce métal bleuté a plus que quadruplé. Il vaut aujourd’hui quelque 62 000 dollars la tonne.

En 2030, la demande de cobalt émanant des seuls véhicules électriques aura dépassé le niveau total de production actuel, environ 120 000 tonnes. La Banque mondiale a calculé que pour limiter le réchauffement climatique à 2°, en passant massivement aux voitures électriques et aux énergies renouvelables, la production de cobalt devrait augmenter de… 1200%.

- Publicité-

C’est donc logique qu’à la troisième conférence minière organisée dans le Kolwezi, en province de Lualaba,  ville déclarée dans la foulée « Capitale du Cobalt », le président Joseph Kabila ait personnellement fait le déplacement pour dévoiler sa nouvelle vision autour des minerais en RDC. Le président Kabila a en effet mis en place une nouvelle politique, à travers un nouveau code minier, qui vise à faire profiter grandement le pays de ce matière.

Au coeur du « Congo de demain » de Kabila

« J’exige la mise en œuvre effective du nouveau code minier », a martelé le chef de l’État congolais lors de son discours d’ouverture de cette conférence minière annuelle de la RDC, appelant le gouvernement à « veiller à ce que cela soit chose faite ».  « Les minerais du Congo ne sauraient continuer abusivement à ne satisfaire que des commodités des investisseurs et du marché mondial », a poursuivi Joseph Kabila, dévoilant aux participants sa vision du « Congo de demain ».

Un pays qui pourrait « permettre aux producteurs de voitures électriques, smartphones, écrans plasma, fibres optiques et autres alliages et super alliages spéciaux de s’installer en RDC, [de] réaliser de bonnes affaires, [de] créer de nouveaux emplois en faveur des jeunes et [de] participer ainsi à l’industrialisation et à la croissance inclusive de l’économie nationale ».

C’est autour de ce « Congo de demain » que  le très influent gouverneur de Lualaba, Richard Muyej Mangeng, a lancé une véritable campagne internationale pour attirer les investisseurs du monde entier autour de ce précieux métal.  Sa province en regorge en effet, plus de 60% de la réserve mondiale.

À New-York, le magazine économique américain FORBES lui a discerné le prix du développement économique sur le continent africain. Sur place, le gouverneur fait beaucoup plus que recevoir le prix, renseigne son entourage. « Il est surtout question de démystifier toutes les rumeurs sur le Congo et le nouveau code minier« , confie un proche. « Nous voulons faire démentir également les rumeurs autour du nouveau code minier qui n’a rien contre les vrais investisseurs« , ajoute-t-il.

A 63 ans,  Richard Muyej devient donc le  « visage » du cobalt au pays, au coeur de la stratégie de Kabila, loin d’une situation politique pourtant volatile.

 

Soutenez POLITICO.CD!

Si vous appréciez le travail de POLITICO.CD, sachez que votre média ne vit que des contributions et des annonces publicitaires, qui lui permettent de sauvegarder son indépendance éditoriale et de continuer à fournir des enquêtes de qualité. Dès lors, nous vous prions de faire un geste. Chaque contribution, qu'elle soit petite ou grande, fait la différence.

spot_img

EN CONTINU