A 92 ans, Antoine Gizenga: une triste monnaie d’échange entre le PALU et Kabila

0
1000

Le 24 mars, le nouveau secrétaire permanent du Parti Lumumbiste Unifié (PALU), Wolf Gimasa a tenu le même discours que son prédécesseur Lugi Gizenga, martelant sur « les nouvelles couleurs » sous lesquelles le PALU doit se présenter aux prochaines élections. Ces nouvelles couleurs pour ce parti qui, en 2006 et 2011 n’a pas présenté de candidat président, c’est avoir son propre candidat président pour cette troisième élection présidentielle, comme convenu en 2011 avec la MP :

« En 2006, nous avons gagné ensemble les élections et avons géré ensemble le pays. Et, il y a eu les accords de 2011 qui stipulaient que le PALU ne présenterait pas de candidat à la Présidence de la République mais que le prochain tour serait le sien« , a révélé Wolf Gimasa. Candidat président oui mais lequel ? « Jusqu’aujourd’hui, le secrétaire général Antoine Gizenga est notre candidat président de la République « , a déclaré le nouveau secrétaire permanent du PALU Wolf Gimasa.

Du haut de ses 92 ans, Antoine Gizenga peut encore se porter candidat président, la constitution congolaise ne fixant que l’âge minimal (30 ans) pour être candidat président sans fixer l’âge maximal. Mais son aptitude à assurer les fonctions d’un président de la République reste hypothétique. « Il a les bras et les pieds pour battre campagne« , a rassuré Wolf Gimasa.

Pourtant, c’est sur un fauteuil roulant que  » le patriarche  » fait ses sorties médiatiques depuis quelques années, assisté dans l’exécution de ses tâches comme poser ses mains sur le scanner pour prélèvement des emprunts lors de sa prise de carte d’électeur il y a quelques mois. Bien avant, le 25 septembre 2008, Antoine Gizenga alors première ministre a déposé les clés sur la porte de la primature évoquant des problèmes de santé :

« Cependant, pour tout homme, même si l’esprit peut encore être sain et alerte, le corps physique a ses limites dont il convient de tenir compte« , écrivait-il à 84 ans dans sa lettre de démission adressée à Joseph Kabila. Ces mêmes insuffisances physiques et intellectuelles l’ont conduit a se dessaisir de ses responsabilités de son parti au sein duquel il joue un rôle plus honorifique.

Les photos de sa rencontre avec le Chef de l’Etat Joseph Kabila la semaine dernière ont choqué les internautes qui ont reproché aux membres du PALU de « malmener » une personne âgée qui a besoin du repos.

A 92 ans, il n’existe pas encore de certificat médical d’inaptitude physique d’Antoine Gizenga pour diriger la nation congolaise, mais son auto-diagnostic de 2008 démontre à suffisance qu’il n’est plus apte à conduire la République démocratique du Congo sur le chemin de développement.

Son nom comme potentiel candidat président pour le compte du PALU sert plus de stratégie pour les cadres de son parti qui ont joué des rôles mineurs depuis le deuxième mandat dans leur alliance, pour justifier leur départ de la MP ou pour que Joseph Kabila leur accorde une place de choix dans l’exécutif post-élections 2018 au cas où la Majorité présidentielle venait à remporter les élections à tous les niveaux comme elle le promet.