La tension et la frustration montent à travers la RDC, alors que le président Joseph Kabila s’accroche bien au pouvoir après la fin de son second et supposé dernier mandat l’année dernière.  L’est du pays a été le théâtre principal de deux guerres civiles dévastatrices, livrées entre 1996 et 1997 puis entre 1998 et 2003. Il accueille toujours des dizaines de petits groupes armés, dont beaucoup sont des milices locales d ‘«autodéfense» appelées Mai- Mai.

Mais ces derniers mois ont vu l’émergence d’au moins deux nouvelles insurrections qui prétendent avoir un soutien de plus en plus large dans leur objectif commun de renverser Kabila.

Sud Kivu

En juin, la Coalition nationale du peuple pour la souveraineté du Congo (CNSPC), dirigée par l’ancien allié de l’armée nationale, William Yakutumba, a commencé à prendre des positions militaires dans la province du Sud-Kivu. Fin septembre, elle a attaqué la ville lacustre d’Uvira, en utilisant des armes lourdes et des vedettes, avant d’être repoussée par les forces de maintien de la paix de l’ONU.

Yakutumba s’est publiquement vanté d’avoir 10 000 combattants sous son commandement. Alors que le nombre réel est impossible à établir, les analystes suggèrent qu’il pourrait être inférieur à 1 000.

À la fin du mois de septembre, le général Didier Etumba a qualifié le CNSPC de «feu de paille» et a déclaré: «nous allons l’éteindre». Mais Delphin Ntanyoma Rukumbuzi, chercheur sur le conflit et expert du Congo à l’Université Erasmus de Rotterdam, a déclaré à IRIN que la force de Yakutumba chassait l’armée nationale d’une zone assez vaste et résistait aux contre-attaques, bien qu’elle ne soit pas claire.

Il a disparu dans les airs avec ses armes et ses combattants, ce qui soulève également des questions sur ses projets pour l’avenir proche“, a-t-il dit. “Tout est possible, mais je pense qu’il aura besoin de plus de tactiques militaires, ainsi que de ressources humaines, financières et politiques pour renverser le régime de Kabila.”

Pour Rukumbuzi, les jeunes recrutés par le CNSPC sont également plus susceptibles d’être motivés par la marginalisation chronique et les rivalités interethniques historiques que par la préoccupation de savoir qui est au pouvoir dans la lointaine ville de Kinshasa.

Notant que le Sud-Kivu abrite également une série d’autres groupes armés, M. Rukumbuzi a averti: “C’est une situation explosive qui pourrait mettre le feu à cette région des Grands Lacs si elle n’est pas contenue“.

Nord Kivu

Au Nord-Kivu voisin, un autre groupe, s’appelant le Mouvement national des révolutionnaires (MNR), attaque les villages et les villes depuis juin. Le porte-parole du MRN, John Mahangaiko Apipawe, a déclaré à IRIN que le groupe avait été créé en 2015 et qu’il avait passé les deux années suivantes à organiser et à planifier discrètement ses actions.

Au début, nous ne pouvions pas donner d’informations sur nos opérations par peur d’être mort-né. Si, aujourd’hui, nous sommes en mesure de revendiquer certaines actions, c’est parce que nous sommes déjà forts », a-t-il déclaré.

S’exprimant à la radio Okapi de l’ONU en juillet, le gouverneur du Nord-Kivu, Julien Pulaku, a déclaré que les récentes attaques semblaient dépasser les capacités des groupes maï-maï locaux et qu’une nouvelle rébellion émergeait.

Lorsque les Mai-Mai lancent des attaques, “ils ne résistent qu’à la puissance de feu de l’armée pendant 30 ou 40 minutes. Ce que nous voyons aujourd’hui, c’est que les Mai-Mai présumés résistent pendant une ou deux ou trois heures et planifient des attaques sur trois, quatre ou cinq endroits dans un mois. Cela suggère une offre de munitions et d’armes lourdes.

Toutefois, le porte-parole du gouvernement, Lambert Mende, a déclaré à IRIN que les attaques revendiquées par le MRN sont le fait de bandits. “Ils ne sont là que pour piller les gens et nos ressources naturelles. C’est pourquoi nous saisissons cette occasion pour les avertir. Quelles que soient leurs demandes, quelles que soient leurs origines, quel que soit leur soutien interne ou externe, il n’y a plus de temps pour la négociation », a déclaré Mende.

Tout comme nous avons vaincu les M23 [rebelles en 2013], nous les rencontrerons aussi avec des armes. Nos forces sont là pour ça. Les coupables de crimes se retrouveront contre leurs juges naturels.

Mais Pulaku, gouverneur du Nord-Kivu depuis 10 ans, a exhorté l’armée à prendre la nouvelle menace plus au sérieux. “Nous pourrions croire que ce ne sont que des groupes armés locaux, alors qu’en fait une grande guerre va commencer“, a-t-il averti.

L’escalade des attaques contre les positions de l’armée au Nord-Kivu a suivi l’évasion du 11 juin par plus de 900 détenus de la prison centrale de Kangabyi dans la ville de Beni – dont beaucoup auraient rejoint les rangs du MNR.

Le MRN fait partie de plusieurs groupes pour revendiquer la responsabilité de ces attaques, dont une sur le village de Kabasha, situé sur la route entre Butembo et Beni, les principales villes du territoire de Lubero et du territoire de Beni (les territoires les plus peuplés du Nord. Province du Kivu). Dans cet incident, plusieurs membres de la brigade d’intervention, une unité spéciale de la mission de maintien de la paix de l’ONU, la MONUSCO, ont été blessés lorsqu’ils sont venus à l’aide de l’armée.

Selon Omar Kavota, directeur du Centre d’études pour la promotion de la paix, de la démocratie et des droits de l’homme, le MNR est une “nouvelle rébellion politiquement coordonnée par des gens qui veulent renverser les institutions de la république.”

Compte tenu de l’impressionnante capacité logistique de cette coalition de rebelles, nous pensons qu’elle est politiquement et militairement liée à un soutien extérieur qui doit être exposé et démantelé“, a-t-il ajouté.

Kavota a dit qu’il croyait que le MNR englobe un éventail de différents groupes Mai-Mai ainsi que des combattants des Allied Democratic Forces, un groupe rebelle basé dans les montagnes Ruwenzori (près de la frontière avec l’Ouganda), d’où son leadership provient; les Forces démocratiques pour la libération du Rwanda, un groupe armé fondé par les principaux auteurs du génocide de 1994 au Rwanda; et les restes du M23, un groupe rebelle qui était important au Nord-Kivu en 2012-2013.

Aspirations nationales

Le porte-parole du MRN, Apipawe a déclaré que l’insurrection ne bénéficiait que d’un soutien de la part de Congolais et de la diaspora congolaise. Il a insisté sur le fait qu’il n’avait aucun lien avec le M23, l’ADF, les FDLR ou tout autre groupe et a déclaré qu’il “ne peut pas collaborer avec eux” car “leur seul but est de perpétuer le régime de Joseph Kabila”.

Nous avons des bases clés au Nord-Kivu à Beni, Lubero et Nyamilima. Puisque nous sommes un mouvement avec des aspirations nationales, nous allons progressivement atteindre d’autres provinces au Congo, en prélude au lancement d’actions [majeures]. Je ne peux pas dire quand, mais ce sera bientôt “, a-t-il dit à IRIN.

L’administrateur du territoire de Lubero, Djoy Bokele, a indiqué à IRIN que de nombreux agriculteurs avaient abandonné leurs récoltes pour échapper aux combats, ce qui a entraîné une pénurie d’aliments de base. “Un sac de manioc qui avait l’habitude de se vendre à 25 000 francs congolais (16 dollars) va maintenant à 80 000“, a-t-il dit.

Dans le territoire de Beni, l’émergence d’une nouvelle rébellion ne ferait qu’aggraver une crise alimentaire de trois ans qui a débuté par une série d’attaques contre des civils imputées à l’ADF.

Ces attaques ont conduit plus de 81 000 fermiers commerciaux à abandonner leurs champs et à une perte totale de revenus de 1,9 milliard de dollars sur trois saisons agricoles, selon la Ligue congolaise des organisations paysannes féminines (LOFEPACO).

Cela équivaut à un quart du budget national annuel, soit une fois et demie le budget annuel de la MONUSCO, et à peu près l’équivalent des importations alimentaires du pays chaque année“, explique Patient Mapendo, agronome de LOFEPACO.

Parallèlement, l’Institut congolais pour la conservation de la nature (ICCN) a réduit le personnel de la construction d’une importante centrale hydroélectrique à Lubero, un élément clé du développement économique de la région. “Après [cette] insécurité, il y aura moins d’investissements dans la région et moins d’emplois et moins de revenus“, a déclaré à IRIN le porte-parole de l’ICCN, Joël Wengamulay.

Qu’il s’agisse d’un nouveau groupe important ou, comme l’insiste l’armée, des groupes Maï-Maï locaux qui sont à l’origine des dernières violences au Nord-Kivu, les conséquences économiques et humanitaires ont été considérables.

Georges Katsongo, qui coordonne les groupes de la société civile dans le territoire de Lubero (dont presque toutes les parties ont été touchées par la violence), a indiqué à IRIN que plus de 23 000 personnes avaient été déplacées et vivaient sans aide dans cinq villes. “Des maisons ont été incendiées, des femmes ont été violées, des écoles et des centres de santé systématiquement détruits“, a-t-il dit.

Un article de IRIN, traduit de l’anglais par POLITICO.CD.