PUBLICITÉ

Sécurité : Le gouvernement note la poursuite des opérations militaires contre les forces terroristes en Ituri et au Nord-Kivu

Bien qu’un calme précaire s’observe depuis plusieurs jours notamment sur la ligne des fronts contre les terroristes du M23, soutenus par les forces étrangères, dans le territoire de Rutshuru, au Nord-Kivu, les forces armées loyalistes maintiennent un cap des opérations militaires sur les forces terroristes et des groupes négatifs dans cette partie du pays. D’après le gouvernement, cette même situation se fait remarquer en Ituri.

Vendredi, à la soixante-troisième réunion du conseil des ministres congolais, le Vice-Premier Ministre, Ministre de l’Intérieur, Sécurité, Décentralisation et Affaires Coutumières, a informé le Conseil de l’état du territoire qui reste, apprend-t-on du compte-rendu, dominé par « la poursuite des opérations militaires contre les groupes terroristes et autres forces négatives, notamment en Ituri et au Nord-Kivu ».

Cependant, a confié le gouvernement, l’état d’esprit de la population a été caractérisé, cette semaine finissante par notamment :

  • L’organisation des manifestations dans la partie Est du pays pour réclamer le départ immédiat de la MONUSCO à cause de son attitude vis-à-vis des terroristes M23 et son incapacité déclarée à réaliser sa propre mission notamment défaire les groupes armés et forces négatives, qui pendant des dizaines d’années sèment la terreur et la désolation en RDC ;
  • Et la tenue à Kinshasa, le 25 juillet 2022, de la 21ème Session Ordinaire de la Conférence des Chefs d’Etat et de Gouvernement de la Communauté Economique des États de l’Afrique Centrale « CEEAC ».

Dans la même perspective, le gouvernement a également souligné les informations telles que :

  • Incessants affrontements entre les groupes armés communautaires dont principalement les Maï-Maï Biloze Bishambuke et Ngomino-Twi-Rwaneho, dont les derniers faits datent du 24 juillet 2022 ;
  • Les attaques ciblées contre les sites miniers ;
  • L’extension de l’activisme de miliciens Maï-Maï d’origine « Twa » au village Nyange, Groupement Sud, Secteur Ngandja, Territoire de Fizi qui ont investi le site minier de Madegere ;
  • Les vives tensions enregistrées dans le Maï-Ndombe entre deux groupes ethniques, les Yaka et les Teke.

Bien plus, concernant la sécurité du Territoire National, la Vice-Ministre de la Défense Nationale et Anciens Combattants, assumant l’intérim de son titulaire empêché, est revenu sur l’évolution des opérations menées par les Forces Armées de la République Démocratique du Congo (FARDC).

Il sied de noter que les terroristes du M23 contrôlent toujours la cité stratégique de Bunagana, frontalière de l’Ouganda, au Nord-Kivu, et ce, depuis plus d’un mois. Depuis bien lors, les affrontements ont baissé dans la région. S’accusant mutuellement sur fond des tensions armées et la résurgence du M23, Kinshasa et Kigali sont sur le point de décrisper les divergences au tour de la situation sécuritaire dans l’Est de la RDC.

Serge SINDANI

- Publicité -

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

EN CONTINU