PUBLICITÉ

Manifestations anti-Monusco: « Toute attaque dirigée contre les Casques bleus de l’ONU peut constituer un crime de guerre » ( António Guterres)

Dans une déclaration publiée ce mercredi 27 juillet, le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres a condamné fermement l’attaque contre des Casques bleus servant dans la Mission de stabilisation de l’Organisation des Nations Unies en RDC (MONUSCO) le 26 juillet à Butembo, dans la province du Nord-Kivu.
Il a aussi condamné les violences qui ont visé les bases des Nations Unies dans la province du Nord-Kivu depuis le 25 juillet, au cours desquelles des individus et des groupes sont entrés de force dans les bases et se sont livrés au pillage et à la destruction des biens, tout en pillant et en incendiant des résidences du personnel des Nations Unies.   Le Secrétaire général a déploré la perte de vie de manifestants dans ce contexte et affirme l’engagement de la MONUSCO à travailler avec les autorités congolaises pour enquêter sur ces incidents.  
Tout en rappelant l’accord sur le statut des forces conclu entre les Nations Unies et le gouvernement de la RDC, qui garantit l’inviolabilité des locaux des Nations Unies, António Guterres a souligné que « toute attaque dirigée contre les Casques bleus peut constituer un crime de guerre ». Par conséquent, il a appelé les autorités congolaises à enquêter sur ces incidents et à traduire rapidement les responsables en justice. À cette fin, le Secrétaire général se félicite de la déclaration du porte-parole du gouvernement congolais, publiée le 25 juillet, qui a condamné la violence et a indiqué que les auteurs seront poursuivis. 

Le Secrétaire général a par ailleurs, réaffirmé le ferme attachement des Nations Unies à la souveraineté, à l’indépendance, à l’unité et à l’intégrité territoriale de la RDC.

« Il réaffirme aussi que les Nations Unies, par l’intermédiaire de son Représentant spécial en République démocratique du Congo et sa Mission mandatée par le Conseil de Sécurité, continueront à soutenir le gouvernement et le peuple congolais dans leurs efforts pour instaurer la paix et la stabilité dans l’est du pays », peut-on lire dans cette déclaration.

Il sied de rappeler que deux policiers indiens et un militaire marocain ont été tués et un policier égyptien a également été blessé lors d’une violente manifestation à la base de la Mission à Butembo.

Carmel NDEO

- Publicité -

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

EN CONTINU