PUBLICITÉ

Dialogue avec le M23: « Museveni a donné son opinion qui n’est pas la nôtre, le M23 et ses suppôts doivent retourner aux positions initiales » ( Patrick Muyaya )

Le ministre de la Communication et Médias, porte-parole du gouvernement, Patrick Muyaya a, au cours d’un briefing co-animé avec le ministre du Commerce extérieur, Jean-Lucien Bussa, ce lundi 18 juillet à Kinshasa, fixé l’opinion sur les motifs du déplacement d’une délégation congolaise à la rencontre du président ougandais, Yoweri Museveni, à Kampala.

Contrairement à ce qui a été distillé dans les réseaux sociaux, le porte-parole du gouvernement a de prime à bord, précisé que c’est sur demande du président Museveni que son homologue congolais, Félix Tshisekedi a dépêché une équipe conduite par le ministre des Infrastructures et Travaux publics.

« Il faut restituer les choses telles qu’elles sont dans leurs contextes. Le Président de la République, 48h avant, le Président Museveni a contacté le Président Tshisekedi pour lui demander d’envoyer une délégation pour échanger avec lui sur la situation dans l’Est et pour que ce dernier propose ses pistes de solution », a indiqué Patrick Muyaya.

S’agissant de la suggestion du président Museveni pour la tenue d’un dialogue avec les terroristes du M23 pour la résolution pacifique de la crise qui prévaut actuellement au Nord-Kivu, le gouvernement a réitéré sa position. Il a soutenu que la RDC est attachée aux résolutions de Luanda où un cessez-le-feu a été décrété. « Le M23 doit quitter les positions qu’il occupe ».

« Le président Museveni a donné son opinion sur le sujet qui n’est pas la nôtre. Pour nous, le principe c’est ce qui a été dit à Luanda. Il faut que le M23 et ses suppôts retournent aux positions initiales », a souligné patrick Muaya qui martèle que le gouvernement congolais n’a pas besoin de singulariser une quelconque forme de discussion avec un groupe armé, parce qu’ayant déjà déclenché un processus politique à Nairobi qui implique tous les groupes armés.

« Pour nous quel qu’il soit ce qui va nous être dit, notre position, elle ne change pas. Il faut quitter Bunagana parce que nous avons convenu d’un cessez le feu à Luanda, et pour le moment nous nous en tenons à cela. Et quoi que l’on dise, avant toute progression, il faut que le M23 et leurs supplétifs et ceux qui les soutiennent quittent Bunangana. Ça c’est une position claire et c’est celle qui a été réitéré au président Museveni. Il a donné ses avis qui ne sont pas les nôtres et nous nous sommes fermes sur ce sujet-là », a martelé le porte-parole du gouvernement.

À Kampala, les émissaires de Tshisekedi ont réitéré au président ougandais, le soutien avérés de certains pays voisins aux terroristes du Mouvement du 23 Mars-M23 qui occupent Bunagana, cité frontalière avec l’Ouganda depuis un mois.

Carmel NDEO

- Publicité -

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

EN CONTINU