PUBLICITÉ

Agression dans l’Est : « Ne vous laissez pas diviser par les politiciens, nous devons faire bloc pour sauver la patrie » (JP Lihau à Kisangani)

En mission officielle dans la ville de Kisangani, chef-lieu de la province de la Tshopo, le Vice-Premier Ministre et Ministre en charge de la fonction publique, Jean-Pierre Lihau, a, dans un meeting populaire tenu mercredi 13 juillet 2022 à la grande Poste, lancé un message fort aux congolais qui font actuellement face à une agression des armées étrangères dans l’Est de la République Démocratique du Congo.

Dans son discours, le VPM de la Fonction publique a dénoncé la posture « antipatriotique » de certains politiciens congolais qui ne jurent que sur la tenue des élections en lieu et place de s’unir dans la bataille pour l’intégrité du pays car, a-t-il estimé, l’unité n’est pas une option, elle est un impératif.

« Je dénonce de la part de certains hommes politiques congolais de posture antipatriotique. Nous devons savoir au-delà de nos divergences faire bloc pour sauver la patrie, face à une agression extérieure l’unité n’est pas une option, elle est un impératif. La bataille pour l’intégrité de notre pays, nous allons la gagner et personne ne peut diviser les Congolais sur ce point. Pour prendre un millimètre carré de notre territoire, il faut d’abord marcher sur le cadavre du dernier Congolais resté en vie. Ne vous laissez pas influencer et diviser par des politiciens qui n’ont que comme seul projet de société la conquête du pouvoir », a martelé Jean-Piere Lihau devant la population à l’esplanade de la SCPT.

En outre, Lihau a exhorté la population Boyomaise de se ranger comme un seul homme derrière le chef de l’État Félix Tshisekedi pour faire échec au plan diabolique des ennemis de la RDC.

« J’appelle toute la population boyomaise à se ranger comme un seul homme derrière le président de la République, chef de l’État pour faire échec au plan diabolique des ennemis de la RDC. Je me ferais le devoir d’être le porte-parole auprès du chef de l’État, pour que cette fois-ci la Tshopo ne soit pas oubliée dans les projets du développement y compris celui de 145 territoires dont les travaux démarrent dans les prochains jours. Kisangani est une ville martyre, mais elle est aussi une ville désespérée », a-t-il ajouté.

Le ministre de la Fonction Publique séjourne dans la ville de Kisangani pour la supervision des opérations d’identification des agents de l’État éligibles à la retraite et de sensibilisation sur la réforme du basculement des retraités et rentiers du système octroyé vers la caisse nationale de sécurité sociale des agents publics de l’État (CNSSAP).

Serge SINDANI

- Publicité -

EN CONTINU