PUBLICITÉ

Nord-Kivu : les combats se poursuivent entre les FARDC et M23 dans le Rutshuru

Les affrontements entre les Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC) et les terroristes du Mouvement du 23 mars (M23), ont repris ce lundi 20 juin 2022, entre 8 et 9 heures locales, dans le territoire de Rutshuru dans la province du Nord-Kivu.

Selon la société civile locale, ces combats ont lieu dans la zone de Bikenge et Shangi, dans le groupement Bweza. À en croire la même source et les sources militaires dans le territoire de Rutshuru, ces affrontements interviennent juste après de « violents » combats dans la même zone, le soir du dimanche 19 juin.

D’autres combats sont signalés dans le groupement Busanza. Les rebelles visent, selon les sources locales, le contrôle de la frontière de Kitagoma avec l’Ouganda, à 20 Kms de Bunagana.

Entretemps, il y a encore une accalmie dans les grandes agglomérations se trouvant le long de la nationale numéro 2 (RN2), depuis Rugari jusqu’à Rutshuru centre en passant par le camp de formation et d’entrainement des FARDC à Rumangabo.

Les rebelles ont effectué des tirs de mitrailleuses et de mortier, durant les affrontements de dimanche, probablement depuis Muhati et Runyoni, 18 kms au sud-est de Rutshuru-centre. D’après les sources de la mission onusienne, au moins six (6) ont touché la base de la MONUSCO à Shangi, 15 kms au sud-est de Rutshuru-centre, mais sans faire de victimes.

D’autres tirs, apprend-on, auraient touché les positions des Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC) à Kakimore, Bikenge et Busumba, 14 km au sud-est de Rutshuru-centre.

La cheffe de la MONUSCO, Bintou Keita, a condamné ces nouvelles attaques ciblées du M23. Elle a rappelé que viser les casques bleus des Nations Unies peut constituer un « crime de guerre » au regard du droit international.

Par ailleurs, le porte-parole du gouverneur du Nord-Kivu, le général Sylvain Ekenge, n’a pas voulu s’exprimer à ce sujet.

Christian Malele

- Publicité -

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

EN CONTINU