PUBLICITÉ

RDC : Le CSAC brandit des sanctions contre les journalistes et médias relayeurs de discours de propagande contre l’intégrité territoriale

Le Conseil supérieur de l’audiovisuel et de la communication (CSAC) demande aux professionnels des médias de ne pas relayer tout discours de propagande contre l’intégrité territoriale. C’était au cours de la 90ème session ordinaire de son assemblée plénière tenue jeudi 16 juin 2022 à Kinshasa.

« De respecter scrupuleusement les textes légaux et réglementaires régissant la profession ainsi que les règles d’éthique et de déontologie journalistique ; d’éviter de relayer tout discours ou déclaration divers de propagande contre les institutions légalement établies et contre l’intégrité du territoire national », a indiqué le CSAC.

Par ailleurs, le CSAC a recommandé aux médias de traiter et diffuser avec professionnalisme les informations liées aux conflits intercommunautaires ou guerre dans l’Est de la RDC, en privilégiant tout ce qui contribue à la promotion de la cohésion et l’unité nationales. Il demande également que les médias s’interdisent, durant cette période, de programmer des émissions à téléphone ouvert sur la situation de la guerre dans l’Est de la RDC.

S’agissant des acteurs politiques et sociaux, le CSAC a demandé d’éviter tout discours susceptible d’aggraver les conflits intercommunautaires, de démoraliser et démobiliser l’armée congolaise. Il leur enjoint également de s’abstenir de porter atteinte aux intérêts de la sécurité de l’État ainsi qu’aux secrets de la défense nationale.

De plus, le CSAC a invité les acteurs politiques et sociaux à éviter tout discours ou incitation divers de propagande contre les institutions légalement établies et contre l’intégrité territoriale.

Le CSAC renseigne que cette recommandation est de « stricte » application. Il ajoute que tout contrevenant subira des sanctions relativement aux textes légaux et réglementaires tels que l’embargo, la suspension, l’interdiction ou le retrait de fréquence.

Dans cette lancée, l’autorité de régulation de l’audiovisuel et de la communication a formulé cette recommandation suite aux récents rapports circonstanciés du Centre de monitoring des médias congolais (CMMC) notamment la réaction de l’opinion publique en général en ce qui concerne la diffusion et la publication par les médias audiovisuels, en ligne et la presse écrite des contenus véhiculant différents messages sur la guerre dans l’Est de la RDC.

À l’en croire, ces discours et déclarations constituent des incitations à la violence, à la haine tribale, à la xénophobie mais sont aussi facteurs de démoralisation et démobilisation des FARDC qui, selon lui, sont engagés au front.

Christian Malele

- Publicité -

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

EN CONTINU