PUBLICITÉ

RDC: L’apposition du Code-À-Barres congolais ne va pas hausser les prix des produits (Officiel)

L’apposition du Code-À-Barres congolais sur les produits locaux n’aura pour effet la hausse des prix des produits.

D’après une mise au point du Ministère du Numérique parvenue à POLITICO.CD, ce samedi 4 juin, il est précisé que « contrairement aux allégations tenues par une certaine opinion et relayées à travers les médias et réseaux sociaux de la place, au sujet de l’impact de la technologie Code-À-Barres », il n’en sera pas ainsi.

A cet effet, le Ministère du Numérique a, à travers se cellule de communication, fixé l’opinion de manière suivante :

  1. La mise en œuvre du Code-À-Barres congolais au préfixe national «605 » comme outil de traçabilité, est une Stratégie Nationale adoptée par Gouvernement pour identifier les produits « made in DRC » ainsi que des échanges commerciaux tant au niveau national qu’international ;
  2. Il a été constaté que le vide occasionné par la non existence du Code-À-Barres congolais a poussé plusieurs fabricants et producteurs évoluant en RDC à souscrire aux conditionnalités des systèmes des pays étrangers, principalement frontaliers, aux fins de rendre leurs productions conformes à la norme mondiale, qui exige l’apposition des CAB après certification par des services compétents tel que l’OCC, afin de les rendre traçables et vérifiables ;
  3. Pour ne pas déroger aux bonnes politiques en matière de gouvernance numérique et permettre ainsi la normalisation à l’internationale de cette traçabilité, le Gouvernement, par le Ministère du  Numérique, s’est approché de l’un des réseaux mondiaux gérant les Codes-À-Barres au niveau international, en l’occurrence le réseau IBN (International Barcodes Network) afin de l’accompagner dans l’implémentation de cet outil, en assurant une délégation de ce service. En tant que service, le Code-À-Barres congolais n’a pas vocation d’être ou de devenir une taxe imposable aux entreprises ; 
  4. L’application de cet outil donne au pays un accès important susceptible d’octroyer à chaque article, produit en local ou en transit au pays, une identité unique qui lui permettra de :

• Différencier un produit de l’autre, évitant ainsi la fraude, la contrefaçon et le piratage qui entraînent d’importantes pertes des  revenus pour les entreprises qui investissent dans l’innovation ;

• Assurer la certification, la traçabilité et la promotion de notre production locale au pays et à l’étranger ;

• Assurer la visibilité de nos produits locaux sur les plateformes internationales ;

• Permettre la certification de documents officiels.

  1. L’apposition du Code-À-Barres congolais au préfixe national «605» sur les produits locaux n’aura pas pour effet la hausse des prix des produits, car en lieu et place que les producteurs locaux continuent de recourir aux achats des Code-À-Barres étrangers ayant les préfixes d’autres pays, le Gouvernement a décidé de la mise en place de cette réforme qui, d’ailleurs, apporte des facilités à nos producteurs dans la mise en conformité de leurs produits par rapport aux normes internationales et assure la protection des consommateurs contre les produits contrefaits.

Aussi, peut-on lire, la balance commerciale de la RDC pourra en conséquence bénéficier de cette reconnaissance du « made in DRC » par le biais de cette réforme. 

  1. Après l’élaboration de cette Stratégie Gouvernementale en avril dernier, une Commission Nationale a été mise en place par le truchement du Ministère du Numérique travaillant en osmose avec les Ministères sectoriels, ainsi que les différents services spécialisés concernés par cet outil afin d’assurer sa mise en oeuvre effective tout en déterminant les nommages spécifiques et opérationnels pour chaque secteur.

Par ailleurs, il sied de rappeler que pendant 3 jours soit du lundi 18 avril au 20 avril dernier, le Ministère du Numérique a organisé un atelier sur l’élaboration de la stratégie nationale pour la traçabilité des produits et des échanges commerciaux à l’Hôtel Rotana à Kinshasa.

Clôturant ces travaux, le Premier Ministre Sama Lukonde avait félicité le Ministre du Numérique, Désiré-Cashmir Kolongele Eberande, dont il a jugé l’aboutissement des travaux heureux.

Cet atelier avait donc connu la participation des délégués du Ministère de l’Economie, du Commerce Extérieur, de l’Industrie et du Numérique, sans oublier les mandataires des entreprises publiques et les délégués de différentes institutions du pays.

Hervé Pedro

- Publicité -

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

EN CONTINU