PUBLICITÉ

Agression dans l’Est: Félix Tshisekedi reçu par Denis Sassou-Nguesso à Oyo

Sur invitation de son homologue, le président de la République du Congo Denis Sassou-Nguesso, le Chef de l’Etat, Félix Tshisekedi a effectué ce samedi 4 juin 2022, une visite de travail à Oyo, en République du Congo.

Selon une dépêche de la présidence RD Congolaise, Félix Tshisekedi et Sassou-Nguesso auront des échanges concernant les sujets d’actualité notamment sur les tensions observées ces dernières semaines entre la RDC et le Rwanda.

Ce déplacement du Président Tshisekedi fait suite à sa visite en Angola dans le cadre de la médiation du Président João Lourenço pour trouver une solution pacifique au différend entre la RDC et le Rwanda.

En mission officielle en Angola le 31 mai dernier, le président Congolais Félix Tshisekedi a été reçu par son homologue, le Président João Lourenço au Palais présidentiel de Luanda. Selon la présidence de la RDC, les deux chefs d’État ont eu un entretien de plus de 2 heures.

Au cours de leur rencontre, les deux présidents avaient sans surprise échangé sur la situation à l’Est de la RDC dans le cadre d’une médiation menée par le Président angolais, président en exercice de la Conférence internationale sur la région des Grands Lacs (CIRGL), pour un règlement pacifique du différend entre Kinshasa et Kigali.

La même source indiquait que, le Président angolais aura aussi un entretien avec le Président Paul Kagame.

Cette médiation fait suite aux entretiens téléphoniques du Président sénégalais Macky Sall, Président de l’Union Africaine, avec respectivement, le Président Tshisekedi, le 29 mai et le Président Kagame, le 30 mai.

Engagées dans une guerre contre les rebelles du M23, une rébellion terroriste qui déchire l’Est, les Forces Armées de la République Démocratique du Congo (FARDC) ont affirmé sans mâcher les mots que le Rwanda a décidé de passer à la vitesse supérieure, celle de l’agression de la RDC.

« Contrairement aux déclarations des officiels de ce pays voisin, les militaires des Forces de Défense du Rwanda (RDF) opèrent effectivement sur le territoire congolais, au Nord-Kivu », rapportent les forces armées, dans un communiqué parvenu à POLITICO.CD.

Ces affirmations de l’armée congolaise se fondent sur l’arrestation par la population à Biruma, localité du Groupement de Kisigari, Chefferie de Bwisha en Territoire de Rutshuru, à plus de 20 kilomètres de la frontière commune, de deux militaires rwandais.

« Il s’agit du Caporal Nkundabangezi Elysée, porteur d’une arme AK 36 N° 2881 et détenteur de trois cartes d’identité: la carte d’identité nationale N° 1199080027641157; de la carte d’indentité militaire N° 0118391-00 et de la carte des Nations-Unies qui prouve que ce militaire faisait partie du contingent rwandais des Forces des Nations Unies au Soudan du Sud et le deuxième militaire de la RDF capturé s’appelle Minuare GADI, porteur de la lance-roquette RPG7 N° 3986, fabrication 2014. Il a été appréhendé sans carte d’identité », a indiqué l’armée régulière congolaise.

« Attaque de Rumagabo sur ordre du Rwanda »

D’après leur propre récit, rapporté par les services de l’armée congolaise, les deux soldats RDF sont entrés sur le sol congolais depuis mercredi le 25 mai 2022 pour attaquer Rumagabo, à plus de 20 Km de la frontière rwandaise, en territoire de Rutshuru. Après avoir été mis en déroute par les FARDC à Rumagabo, ils se sont égarés avant d’être capturés par la population restée « vigilante et alertée ».

« Les autorités rwandaises nous ont dit que, la semaine passée, les bombes en provenance du Congo ont détruit des habitations et tué des personnes au Rwanda. Nos chefs nous ont alors confié la mission d’attaquer Rumagabo en RDC », ont-ils déclaré d’eux-mêmes.

« Nous appartenons au 115m Bataillon commandé par le Major KAPIRA. Nous avons été arrêté, non pas au Rwanda, mais sur le sol congolais par la population et la Police. Nous sommes entrés au Congo depuis mercredi le 25 mai 2022. Il faut quatre heures pour quitter le lieu de notre arrestation pour atteindre la frontière rwandaise. Depuis notre arrestation, nous sommes très bien traités par les FARDC », a ajouté le Caporal NKUNDABANGEZI, dans des propos recueillis par les services de l’armée.

Avec ces affirmations de ces militaires rwandais, les forces armées de la RDC ont estimé que le pays est effectivement agressée par son voisin, le Rwanda.

Toutefois sur demande du président angolais, Félix Tshisekedi avait accepté de libérer ces militaires capturés sur le territoire congolais afin de baisser les tensions entre les deux pays.

Carmel NDEO

- Publicité -

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

EN CONTINU