PUBLICITÉ

Haut-katanga: Début de l’identification des policiers déserteurs en provenance du Kasaï

Le Commissaire principal adjoint de la Police Nationale Congolaise, le Général Patience Mushid Yav a annoncé ce mercredi 18 mai, le début de la campagne d’identification des policiers en situation irrégulière dans le Haut-katanga.

Au cours d’une parade spéciale de la PNC organisée au Camp Est, le Général Patience Mushid a de prime à bord, confirmé la présence des policiers non identifiés, démissionnaires ou déserteurs.

« Sincèrement ces policiers existent. Ils existent ici au Haut-Katanga », a-t-il affirmé.

Occasion faisant le larron, il a invité les brebis galeuses à s’identifier le plus tôt possible pour leur prise en charge.

« Les policiers démissionnaires, irréguliers, nous devons les remettre sur le rail. Ils doivent se soumettre à l’organigramme et fonctionnement de la police congolaise. Ils doivent régulariser leurs situations au Katanga. S’ils ne les font pas, les mesures tomberont. Puisque en ce moment, ils sont irréguliers. Posant des actes contraires à la loi, et ne touchant aucun solde. Quelqu’un qui n’est pas payé, un mois ou deux, ils tracassent et visitent la paisible population », a-t-il souligné.

Et de poursuivre: « Je suis accompagné du directeur chargé des ressources humaines. Il a tout expliqué aux policiers, nous les appelons de venir s’identifier devant la police, pour les
aider à s’installer là où ils voudront, reconnu par le commissariat provincial du Haut-katanga ».

Par ailleurs, le Général Patience Mushid a rejeté les allégations du gouverneur selon lesquelles ces policiers seraient porteurs d’armes et munitions.  

« Je le dis tout haut. Je ne confirme pas les armes dans le Haut-Katanga. Je le dis et je suis en train de crier pour me faire entendre puisque je suis en contact avec toutes les provinces pour qui, les démissionnaires sont ici, les commissaires provinciaux m’ont confirmé que ces gens sont partis et les armes sont dans leurs dépôts. Voilà pourquoi, je dis que je ne confirme pas cette information mais je confirme la présence irrégulière des policiers sans armes dans le Haut-Katanga », a-t-il précisé.

En début de ce mois, l’exécutif du Haut-Katanga, Jacques Kyabula avait annoncé au cours d’une conférence de presse, la présence de plus au moins 750 policiers déserteurs armés qui se s’étaient déplacés d’eux-mêmes vers le Katanga.

Adrien AMBANENGO

- Publicité -

EN CONTINU