PUBLICITÉ

L’APLTP clôture la 10è session de formation des acteurs des premières lignes à Mbuji-Mayi

L’Agence pour la Prévention et la Lutte contre la Traite des Personnnes (APLTP), à clôturé, ce mardi 10 Mai à Mbuji-mayi, dans le Kasaï-Oriental, la 10è session de formation initiale des acteurs de première ligne sur la traite des personnes.

Roger Mobe, chargé d’études au sein de l’APLTP, a indiqué que cette session a porté sur deux volets. « Le premier volet c’est la formation des acteurs de première ligne sur les options des traites des êtres humains et le second, la collecte des données en rapport avec ces crimes ici dans la province de kasaï oriental », a-t-il signalé.

Et de poursuivre : « la collecte c’est une démarche heuristique et méthodiques des recueils de traitement et des analyses des informations sur un sujet ou un phénomène donné.
Sur base des informations mises à notre disposition nous ne pouvons qu’affirmer notre hypothèse du départ, qu’il existe bel et bien la traite des personnes ici à Mbuji-Mayi ». Selon lui, lutter efficacement c’est mesurer l’ampleur de ce phénomène.

Pour ce qui concerne la politique d’action de l’APLTP, il a confié qu’il s’agit de définir aussi les stratégies pour la prise en charge des victimes des traites des personnes et beaucoup plus, dit-il, ces informations constituent pour eux des éléments probants pour accentuer leur plaidoyer au niveau du parlement pour le vote de la loi spécifique sur la traite des êtres humains.
« Sur les différentes formes de traites, nous avons remarqué le mariage forcé qui constitue vraiment la forme la plus répandue ici dans la province du Kasaï oriental », a-t-il fait observer.

Mme Antoinette Diku Kayowa, chargée d’études aussi au sein de l’APLTP, elle a rappelé à la presse les missions de l’agence. Elle a déclaré que leur mission entre autre consiste en la prise en charge des victimes et des témoins ainsi que la protection des victimes et la poursuite des trafiquants en justice par la politique nationale en matière de lutte contre la traite des personnes en RDC et la coordination de toutes les activités en matière des traites.

« Les modules qui ont été dispensés ont été conçu de façon à prendre en charge toute cette mission c’est ainsi que depuis vendredi le premier jour de la mission jusqu’à ce jour les participants ont eu à être formé sur les thématiques qui couvrent cette mission la première c’était les notions de la traite les définitions les concepts les différentes formes des traites on leur a parlé de la prise en charge des victimes et des témoins, on leur a parlé du cadre institutionnel c’est-à-dire les bases juridiques qui constituent le siège de la matière qui leur est dispensé. On leur a parlé des mécanismes de référencement des enquêtes et des investigations. On leur a parlé de communication comment communiquer vis à vis de la population et à l’égard des victimes et on leur a parlé aussi de leadership parceque ce sont des pionniers en matières de traite dans notre province », a fait savoir Mme Diku.

Il sied d’indiquer que l’APLTP est une structure de la Présidence de la République.

Hervé Pedro

- Publicité -

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

EN CONTINU