PUBLICITÉ

Carnage à Djugu : Félix Tshisekedi condamne « ce crime répugnant et odieux »

Depuis Abidjan où il participe au sommet des Chefs d’Etat de la 15e Conférence des parties de la convention des Nations unies sur la lutte contre la désertification, le Président de la République, Félix Tshisekedi a réagi à propos de l’attaque sanglante perpétrée par les miliciens du groupe armé Coopérative pour le Développement du Congo (CADECO) dans une mine artisanale d’or à 7 km de Pluto appelé “ Camp Blanquette “ dans le territoire de Djugu en Ituri.

Le Président de la République condamne avec fermeté cette attaque qu’il qualifie de crime répugnant et odieux. Occasion faisant le larron, le Chef de l’Etat a présenté ses condoléances les plus émues aux familles éplorées et a réitéré son engagement à éradiquer tout mouvement d’insurrection sur le sol congolais.

Le dimanche 08 Mai, les miliciens CODECO ont de nouveau endeuillé le territoire de Djugu. Le bilan officiel de ce carnage n’a pas encore été confirmé mais des sources locales parlent de plusieurs dizaines de civils tués dont un bébé de quatre mois.

Plus tôt, le gouvernement à travers le ministère de la communication et médias a condamné cet acte barbare et lâche des terroristes de CODECO sur les populations civiles innocentes. Le gouvernement a rassuré que cette attaque n’ébranlera en rien sa détermination à ramener la paix dans cette région.
Le gouvernement a martelé que tous les réfractaires à la pacification de cette partie du pays subiront la force.

En outre, les Forces Armées de la République Démocratique du Congo (FARDC) indiquent que cette attaque intervient alors que les groupes armés ZAÏRE Mouvement Auto Défense et la milice CODECO s’affrontent dans le territoire de Djugu, particulièrement dans la zone minière pour le contrôle de ressources en s’attaquant aux paisibles citoyens du secteur de Beniali-Kilo , de la commune rurale de Mongbwalu et de la chefferie de Mabendi qu’ils utilisent en bouclier humain.

Selon le porte-parole des FARDC en Ituri, le lieutenant Jules Ngongo, c’est en se disputant le contrôle de cette carrière minière artisanale que ces hors-la-loi ont accompli leur sale besogne.

Jules Ngongo a toutefois rassuré que les dispositifs sécuritaires ont été mis en place pour renforcer la sécurité dans la région et que la justice fera son travail, car a-t-il dit “ces actes ignobles ne resteront pas impunis”.

Carmel NDEO

- Publicité -

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

EN CONTINU