PUBLICITÉ

APK: entre insécurité et pollution sonore, un ultimatum lancé au Ministre provincial de l’Intérieur

La séance plénière du lundi 2 mai 2022 à l’Assemblée provinciale de Kinshasa a essentiellement porté sur une question orale avec débat adressée au Ministre provincial de l’Intérieur, Sécurité et Justice, Didier Tenge Te Litho. Initiée par le député provincial Armand Ifukieto, la question portait notamment sur les accusations relatives à l’insécurité, la prolifération des stations services, les cimetières privés, les embouteillages monstres, les tapages et la pollution sonore.

Les inquiétudes des élus étant nombreuses, Didier Tenge Te Litho a demandé un délai de 48 heures, l’Assemblée plénière lui a accordé 4 jours à défaut de moyens du financement de la plénière, pour tenter de répondre aux multiples préoccupations des élus provinciaux. Toutefois, la séance a été suspendue et la plénière s’est clôturée par un huis clos.

Le Ministre provincial de l’Intérieur, Sécurité et Justice, quant à lui, reviendra ce vendredi le jour de l’élection du Vice-gouverneur de la ville province de Kinshasa.

En effet, ladite plénière avait initialement prévu d’aborder trois points essentiels, à savoir : l’adoption de l’ordre du jour; l’audition et adoption du procès-verbal de la plénière du 27 avril 2022; et la question orale avec débat adressée au ministre provincial de l’Intérieur, Sécurité et Justice par le député provincial Armand Ifukieto.

Après l’adoption de deux premiers points à l’ordre du jour, le député provincial Armand Ifueko a livré la quintessence de sa question orale avec débat en exigeant du Ministre provincial de l’Intérieur sa version officielle sur des faits établis, documentés et ayant fait l’objet d’enquêtes approfondies, sur dénonciation tiers contre la gestion des communes de la ville de Kinshasa.

Ce dernier relève, cependant, des dossiers liés à l’insécurité avec le phénomène «Kuluna», ceux concernant l’insécurité qui bat son plein dans les différentes communes de la ville de Kinshasa que le phénomène «Enfants dans la rue», avec ses méfaits, perturbe la quiétude des Kinoises et Kinois. Mais aussi des dossiers concernant les embouteillages à outrance. Ainsi que ceux relatifs à la mauvaise gouvernance des communes notamment la prolifération des stations services, les tapages et la pollution sonore.

Evidemment, dans chaque volet, l’auteur de la question orale a relevé un lot d’actes de mégestion sur lesquels le ministre provincial de l’Intérieur devait se prononcer. Il a demandé également la lumière sur la question de partenariat établi entre la ville de Kinshasa et HOLOGRAM SERVICE de manière plausible.

Les députés provinciaux ont soulevé une centaine de questions dont certaines se recoupent. Le ministre provincial de l’Intérieur, Sécurité et Justice, Didier Tenge Te Litho a sollicité 48 heures pour préparer ses réponses. l’Assemblée plénière lui a accordé 4 jours pour rencontrer les préoccupations soulevées.

Christian Okende

- Publicité -

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

EN CONTINU