PUBLICITÉ

Nord-Kivu : Baisse « sensible » de production des poissons sur le lac Édouard (Société civile)

La société civile de Kyavinyonge, une localité de la chefferie de Bashu, riveraine du lac au Nord-Kivu, a fait savoir que la production des poissons a largement diminué au niveau du lac Édouard à cause de la pêche illicite qui a pris de plus en plus de l’ampleur. Une situation qui pousse les pêcheurs congolais à s’orienter de plus en plus vers la partie Ougandaise, à la recherche des poissons.

« Les poissons se reproduisent au niveau de 500 m de la côte, c’est donc là-bas leur maternité. Mais quand ils viennent pêcher à ces endroits, ils exterminent toutes les espèces de poissons. Par ricochet, les pêcheurs s’orientent maintenant vers l’Ouganda, où ils sont régulièrement traqués par la marine ougandaise. Et c’est nous qui sommes victimes de tout ça», relate Kambale Muluko Samuel, président de la société civile de Kyavinyonge.

Il déplore le laisser-aller des services habilités à mettre en application la réglementation de la pêche au niveau de ce lac. Il cite entre autre la force navale congolaise. 

Samuel Kambale Muluko se questionne pour connaître les raisons qui font à ce que les services habilités ne réglementent pas la pêche au niveau du lac.

« Ceux qui sont censés réglementer la pêche au niveau du lac, c’est notamment la force navale congolaise, le service de l’environnement et l’agriculture, pêche et élevage. Mais pourquoi ils ne traquent-ils pas ces clandestins?».

Selon Fidèle Bahati Matembela, capitaine de vaisseau et commandant de la force navale sur le lac Edouard, son unité est totalement impliquée dans la lutte contre la pêche illicite. Il précise, en outre, qu’il n’écarte pas la possibilité de rencontrer la société civile afin de monter des stratégies ensemble.  

Dans la nuit de mercredi à jeudi 7 avril dernier, les marins Ougandais ont arrêté dix-huit (18) pêcheurs Congolais de Kyavinyonge alors qu’ils pêchaient sur le lac Edouard. Ils sont détenus dans la prison ougandaise de Katwe.

D’après la Fédération des pêcheurs individuels du lac Edouard (FECOPEILE), les Ougandais leur reprochent d’avoir violé les frontières liquides mais notamment de pêcher illicitement dans les eaux territoriales ougandaises.

Christian Malele

- Publicité -

EN CONTINU