PUBLICITÉ

RDC: L’UE appelle à la reddition immédiate et inconditionnelle du M23

L’Union Européenne a exprimé son inquiétude suite aux attaques du mouvement rebelle du 23 mars (M23) contre les forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC) dans le territoire de Rutshuru au Nord-Kivu.

Selon la porte-parole de l’Union Européenne Nabila Massrali, ces attaques aggravent davantage une situation humanitaire et sécuritaire extrêmement préoccupante.

Dans cette perspective, l’UE appelle à la reddition immédiate et inconditionnelle du M23 et de tous les groupes armés en RDC.

Dans ce même communiqué, l’UE encourage la saisine des mécanismes de gestion des différends des instances régionales et internationales compétentes et demande à tous les pays de la région de coopérer pour le rétablissement de la paix dans cette zone.

Par ailleurs, elle invite les autorités congolaises et les forces de sécurité nationales et internationales à renforcer la protection des populations civiles.

Un hélicoptère de la MONUSCO abattu

A travers un communiqué, les Forces Armées de la République Démocratique du Congo ont indiqué qu’en plus des dégâts enregistrés le lundi 28 mars à Tchanzu, Runyonyi, Ndiza, Tchengerero et les environs, le M23 aurait abattu, dans la zone qu’il contrôle, l’un des deux hélicoptères de reconnaissance de la Mission des Nations-Unies pour la Stabilisation en RDC (MONUSCO ) avec à son bord 8 Casques Bleus, membres d’équipage et Observateurs des Nations Unies.

Selon l’armée congolaise, l’hélicoptère a été abattu en pleine mission inoffensive d’évaluation des mouvements des populations causés par les attaques du M23 dans la région, en prévision des actions humanitaires à entreprendre.

De son côté, le M23 dit n’avoir aucun intérêt à s’apprendre aux forces de paix de Nations Unies et accuse à son tour l’armée régulière congolaise d’en être auteure avant d’inviter la MONUSCO à diligenter une enquête pour faire la lumière sur cet événement.

D’après le porte-parole de ce mouvement rebelle, c’est pendant que les FARDC pilonnaient la colline de Tchanzu que l’un de deux hélicoptères de la MONUSCO qui se sont introduits dans ce secteur a été touché par des tirs du mortier 122mm Multiple Rocket Launcher System (BM) lancés à partir du Camp Militaire de RUMANGABO.

« Et il n’est pas étonnant que l’hélicoptère de la MONUSCO ait été délibérément visé car, dans leur nouvelle strategie de guerre après leur débâcle, les FARDC recourent à tous les moyens à leur portée pour inviter les forces étrangères, à leurs côtés, dans les hostilités, il va de soi qu’elles n’ont jamais gagné, seules, une bataille », dit Willy NGOMA, porte-parole du M23.

Ce mercredi, la Mission Onusienne en RDC vient de confirmer le décès de 8 militaires qui étaient à bord de l’hélicoptère disparu et retrouvé écrasé a Tchanzu.

Les corps des victimes, en l’occurrence six membres d’équipage, tous Casques bleus pakistanais, et deux autres Casques bleus russe et serbe ont été retrouvés et ramenés à Goma.

Carmel NDEO

- Publicité -

EN CONTINU