PUBLICITÉ

RDC: Le Ministre de la défense appelé à s’expliquer sur l’enlisement de la sécurité au Nord-Kivu et Ituri

Le Ministre de la défense nationale et anciens combattants est attendu à la chambre basse du parlement. Gilbert Kabanda doit fournir des explications à la représentation nationale sur la situation sécuritaire dans les provinces du Nord-Kivu et Ituri.

Dans une question orale avec débat adressée au Ministre de la défense, le Député National Jean-Baptiste Muhindo Kasereka a invité Gilbert Kabanda a éclairé la lanterne des élus du peuple sur l’enlisement de la situation sécuritaire dans les provinces sous état de siège.

« En dépit de multiples prorogations de l’état de siège et de la mutualisation entre les FARDC et l’UPDF, au moins 79 civils congolais ont été massacrés du 12 au 14 mars courant dans plusieurs localités des territoires d’irumu/turi et Beni/Nord-Kivu, notamment à Mambumé, Ndimo, Apende, Otomabere, Pakolu, Kimautu, etc. Des images relayées à travers les réseaux sociaux de corps sans vie emballés dans de sacs et transportés sur des motos des lieux de massacres jusqu’à la morgue de l’hopital d’Oicha/Beni et à Beni-Ville ont profondément irrité la conscience nationale », a-t-il écrit.

« Depuis l’instauration de l’état de siège dans les provinces de l’ituri et du Nord-Kivu en date du 06 mai 2021 jusqu’à ce ajour, au moins 2068 civils congolais ont été tués en 311 jours, soit une moyenne d’environ 7 civils tués par jour. Quant à la période de la mutualisation (soit du 30 novembre 2021 à ce jour), l’on dénombre au moins 383 civils tués en 104 jours, soit une moyenne d’environ 4 civils tués par jour», a-t-il justifié sa démarche.

A travers son initiative parlementaire, Jean-Baptiste Kasereka a appelé le Ministre de la défense, à venir éclairer l’opinion publique à travers l’Assemblée nationale sur les causes réelles de l’enlisement de la situation sécuritaire dans les provinces sous état de siège ainsi que sur de mesures idoines mises en œuvre pour en sortir.

Junior Ngandu

- Publicité -

EN CONTINU